Pollakiurie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

On appelle pollakiurie une fréquence excessive des mictions. Il s'agit d'un symptôme clinique, et non d'une pathologie. Toutefois, le volume d'urine produite en 24 heures n'est pas plus élevé pour autant, le patient a juste plus souvent envie d'aller uriner qu'à l'accoutumée.

Causes[modifier | modifier le code]

Elles peuvent soit résulter d'une hyperactivité du détrusor (le muscle de la vessie), soit d'un obstacle à l'écoulement des urines.

  • Infections d'urines :
  • Troubles neurologiques entraînant des anomalies de la commande motrice, surtout dans les sections de la moelle épinière, où l'on aboutit à un fonctionnement de "vessie automatique".
  • En post-opératoire ou après traumatisme pelvien : spasme reflexe ou caillot sanguin faisant obstacle à la vidange vésicale pouvant évoluer vers un globe vésical.
  • Cela peut être un symptôme du diabète.
  • Pathologies prostatiques chez l'homme :
  • Chez la femme : peut survenir en début de grossesse (3e semaine), associée à l'aménorrhée, elle constitue un signe évocateur[1]. Elles peuvent également résulter d'une irritabilité vésicale, à la suite d'une compression par un myome utérin ou un kyste ovarien.
  • Sclérose en plaques[2]

Traitement[modifier | modifier le code]

Le traitement dépend bien évidemment de la cause.
Il convient de bien définir la cause avant tout traitement de ce qui n'est qu'un symptôme.

Code CIM[modifier | modifier le code]

Code CIM-10 : R35 (nocturne) (sans incontinence)

             F45.3 (psychogène)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]