Politique en Équateur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Politique de l'Équateur)
Aller à : navigation, rechercher
Politique en Équateur
Image illustrative de l'article Politique en Équateur

L'Équateur est une république multipartite à régime présidentiel, où le président est à la fois chef de l'État et chef du gouvernement. Le pouvoir exécutif est aux mains du gouvernement tandis que le pouvoir législatif est partagé entre le gouvernement et l'Assemblée nationale. La Constitution prévoit également deux autres fonctions de l'Etat constituées en deux pouvoirs différents, chacun pourvu d'autonomie administrative: d'une part la Fonction de Transparence et Contrôle Social, et ensuite la Fonction Électorale. La première est responsable de la fiscalisation et la surveillance de toute institution, soit publique ou privée, engagée dans une activité d'intérêt public. Elle est aussi en charge de garantir la participation citoyenne dans tous les niveaux de la gestion publique. Elle est présidée par le Conseil de Participation Citoyenne et Contrôle Social. Par ailleurs, la fonction électorale est dirigée par le Conseil National Électoral et est en charge des processus électoraux.

Constitution[modifier | modifier le code]

Les trois pouvoirs[modifier | modifier le code]

Selon la constitution de 2008, le pouvoir exécutif est détenu par un président élu au suffrage universel direct à bulletin secret pour un mandat de quatre ans renouvelable une fois. Le président de la république nomme les gouverneurs des provinces et est commandant en chef des forces armées. En raison de la nature présidentielle du régime, le Président exerce également les fonctions de chef du Gouvernement.

Le pouvoir législatif et le contrôle des actes de l'exécutif sont exercés par l'Assemblée nationale (Assemblea Nacional) qui siège à Quito. il est composé de 124 membres (élus au niveau provincial tous les quatre ans) et les députés sont rééligibles.

Le pouvoir judiciaire est indépendant des autres pouvoirs. La Cour suprême de justice (Corte Suprema de Justicia) se réunit à Quito. Quand une place devient vacante, un candidat n'est nommé juge suprême que s'il obtient 2/3 de votes favorables. Le Président de la Cour suprême doit toujours informer annuellement le Congrès sur ses travaux.

Les élections[modifier | modifier le code]

C'est le Conseil National Électoral (Consejo Nacional Electoral) qui supervise tous les votes avec l'aide des organisations internationales compétentes.

Le suffrage est universel et obligatoire pour les personnes âgées de 18 à 65 et facultatif pour les votants âgés de 16 à 18 ans, de plus de 65 ans, les analphabètes, les militaires, les policiers, les ressortissants équatoriens à l'étranger et les résidents étrangers en Équateur depuis plus de 5 ans.

Les partis politiques[modifier | modifier le code]

Les partis sont rangés avec les partis de droite en haut et ceux de gauche en bas

Article détaillé : Partis politiques équatoriens.

Principaux partis politiques actuels:

Présidence actuelle[modifier | modifier le code]

Les dirigeants actuels[modifier | modifier le code]

  • Pouvoir législatif :
Répartition en siège de l'Assemblée nationale en 2008
  Parti Sièges
  Alianza País (AP) 59
Parti société patriotique 21 janvier (PSP) 19
Movimiento Cívico Madera de Guerrero (MG) 7
Parti rénovateur institutionnel de l'action nationale (PRIAN) 7
Mouvement populaire démocratique (MPD) 5
Mouvement municipaliste pour l'intégrité nationale (MMIN) 5
Parti Social-Chrétien (PSC) 4
Mouvement d'unité plurinationale Pachakutik - Nouveau pays (MUPP-NP) 4
Parti roldosiste équatorien (PRE) 3
Parti de la gauche démocratique (ID) 2
Parti socialiste - Front large (PS-FA) 1
Mouvement de la concertation démocratique nationale (MCND) 1
Mouvement indépendant Faire c'est aimer (MIOSA) 1
Mouvement social conservateur du Carchi (MSC) 1
Mouvement autonome régional (MAR) 1
Action régionale pour l'équité - Alliance populaire latinoaméricaine (ARE-APL) 1
Mouvement indépendant Unis pour Pastaza (MIUP) 1
Mouvement politique indépendant Amauta Yuyai (MPIAY) 1
Conscience citoyenne (CC) 1
Total 124

Avant la constitution de 2008 le pouvoir législatif était le Équateur

Élections générales équatoriennes de 2006[1], répartition du congrès en siège.
Parti / Formation politique Siège
Parti rénovateur institutionnel de l'action nationale (PRIAN) 27
Parti société patriotique (PSP) 23
Parti social-chrétien (PSC) 12
Autres 11
Alliance (ID-RED) 10
Parti roldosiste équatorien (PRE) 6
Pachakutik 6
Mouvement populaire démocratique (MPD) 3
Union démocrate-chrétienne (UDC) 2

Le 20 octobre 2002 :

  • Parti social chrétien (PSC) 25 %
  • Parti de la Gauche démocratique (ID) 16 %
  • Parti roldosiste équatorien (PRE) 15 %
  • Parti rénovateur institutionnel de l'action nationale (PRIAN) 10 %
  • Parti de la Société patriotique du 21 janvier (PSP) 9 %
  • Mouvement d'Unité pluri-nationale de Pachakutik - Nouveau Pays (P-NP) 6 %
  • Mouvement populaire démocratique (MPD) 5 %
  • Démocratie populaire - Union démocrate chrétienne (DP) 4 %
  • Parti socialiste élargi (PS-FA) 3 %
  • Indépendants 7 %

On peut remarquer qu'aucune majorité ne se dégage. Ces chiffres sont seulement indicatifs, des alliances se font tout au long du mandat.

Présidence Correa[modifier | modifier le code]

Conformément à sa promesse électorale, Correa annonce lors de son investiture[2] la tenue d'un référendum le 18 mars 2007 dans le but d'autoriser la création d'une assemblée nationale constituante chargée de rédiger une nouvelle constitution. Ce dernier s'est finalement tenu le 15 avril 2007. Les électeurs équatoriens se sont à cette occasion prononcés en faveur de l'élection d'une Assemblée constituante.

Correa a par ailleurs annoncé sa volonté de renégocier la dette équatorienne qui s'élève à 10 milliards d'euros, de renégocier les contrats de la société énergétique PetroEcuador avec les partenaires étrangers[3]. Correa a par ailleurs annoncé la diminution par deux de son salaire ainsi que la diminution des salaires des hauts fonctionnaires équatoriens[4].

Le 30 septembre 2007, l'Alianza País (Alliance pays) qui soutient le projet du président Correa, a reçu 70 % des suffrages lors de l'élection de l'Assemblée constituante. L'Alliance pays totalise quatre-vingts des cent trente députés chargés de la rédaction de la nouvelle constitution.

Le , une crise politique entraine une mutinerie de la police. Le président Rafael Correa est mis en danger, mais les militaires rétablissent la situation[5].

Présidence Gutiérrez[modifier | modifier le code]

Le , Lucio Gutiérrez remporte les élections présidentielles. Il entre en fonction le . Son programme politique est marqué par la volonté d’endiguer la corruption dans la haute administration, de clarifier et de rétablir une économie saine. Cependant, élu en partie grâce aux voix des partis indigénistes et paysans (Pachacutik), il mènera une politique économique orthodoxe, dans la ligne de ses prédécesseurs et suivant les recommandations du Fonds monétaire international. Cela amène la rupture avec les ministres issus des secteurs les plus à gauche, qui sont évincés du gouvernement en août 2004. Du point de vue de la politique extérieure, Gutiérrez a pris des engagements fondamentaux, parmi lesquels le refus de l’intégration à la Zone de libre-échange des Amériques et de l’implication de l’Équateur dans le conflit colombien en fonction de ses intérêts et de ceux des États-Unis d'Amérique qui veulent faire arrêter la production de cocaïne dans ce pays. Cependant, il n'a pas remis en question la cession de la base de Manta à l'armée américaine, ce qui lui a valu les critiques de ses alliés du Pachacutik.

Mais le , il est destitué par le parlement et c’est le vice-président Alfredo Palacio qui lui succède.

Lucio Gutiérrez n'avait pas la majorité au Congrès National, il devait donc composer avec d'autres partis. À l'inverse des libéraux, il avait axé sa campagne sur la lutte contre la corruption, la réduction de la pauvreté, l'augmentation des investissements publics dans les domaines de la santé et de l'éducation, la promotion de ses « cinq sécurités » (qui sont sociale, citoyenne, juridique, écologique et alimentaire) et enfin la stimulation d'une compétitivité créatrice d'emplois.

La réalité économique du pays est difficile : en effet, en 2003, le service de la dette extérieure publique (qui est de plus de 12 milliards de dollars, soit près de 80 % du PIB) coûte à l'Équateur 2 milliards de dollars. Le déficit fiscal de 2002 est estimé à près de 250 millions de dollars. Ces chiffres sont dus à une très mauvaise gestion des prédécesseurs, de la corruption qui régnait… Remettre le pays sur la bonne voie apparut alors comme un défi au moment des élections de 2003.

Au lieu de tenir ses engagements sociaux, M. Gutiérrez a mené une politique budgétaire d'austérité pour satisfaire les exigences du FMI. Le mécontentement populaire a donc commencé à se faire sentir en 2004. Mais le , il avait alors rassemblé sa majorité parlementaire pour destituer 27 des 31 membres de la Cour suprême, et placer à la tête de cet organe (normalement indépendant) des hommes fidèles. La corruption étant arrivée à ce moment précis à son paroxysme, l'opposition et les Equatoriens ont vivement réagi. Pour autant, depuis le , les manifestants se réunissent seuls sans l'aide des politiques. "Aucun mouvement politique ne coordonne la protestation, aucune personnalité politique ne peut même s'en approcher. Le mouvement est complètement spontané". Le , M. Gutiérrez est destitué par le parlement, et s'enfuit alors à l'ambassade du Brésil où il demande l'asile politique. Les manifestations ont fait deux morts dont un photographe chilien victime des gaz lacrymogènes et une femme renversée par un camion. Le changement de président place Alfredo Palacio (l'ancien vice-président) à la tête du pays. Dans ce contexte très tendu, il a affirmé qu'il finirait le mandat entamé par Guttiérez jusqu'en février 2007 en mettant fin à ce début de dictature.

Élections[modifier | modifier le code]

Le tribunal électoral suprême (Tribunal Supremo Electoral) annonce le la tenue d'élections générales dont le premier tour a lieu le 15 octobre et le second le . Les électeurs ont à choisir un président, un vice-président, 100 députés, 5 représentants pour le Parlement andin, 67 conseillers provinciaux et 674 conseillers municipaux.

Au premier tour de l'Élection présidentielle, le 15 octobre, se présentent treize candidats, dont aucun n’obtient les 40 % des suffrages nécessaires pour être élu. Les candidats des partis traditionnels sont battus par deux personnalités atypiques. Le millionnaire de droite, Álvaro Noboa (l'homme le plus riche d'Équateur) s'est présenté pour la troisième fois, contre, au second tour, le 26 novembre, l’économiste de gauche Rafael Correa, vainqueur de ces élections.

Diplomatie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]