Politique étrangère de l'Ossétie du Sud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rouge : Abkhazie et Ossétie du Sud. Vert : États reconnaissant l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud.

La République d’Ossétie du Sud est un État autoproclamé reconnu par la Russie, le Nicaragua, le Venezuela, Nauru, l'Abkhazie, le Haut-Karabagh et la Transnistrie. L'Ossétie du Sud a déclaré son indépendance vis-à-vis de la Géorgie en 1991 mais ne reçut la reconnaissance d'États membres de l'ONU qu'après la guerre en Ossétie du Sud de 2008.

Relations bilatérales[modifier | modifier le code]

Abkhazie/Transnistrie[modifier | modifier le code]

Les représentations permanentes de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud à Tiraspol (Transnistrie).

L'Ossétie du Sud et l'Abkhazie, mais aussi la Transnistrie, ont reconnu mutuellement leurs indépendances le 17 novembre 2006. L'Abkhazie a une ambassade à Tskhinval, capitale de l'Ossétie du Sud, depuis le 10 décembre 2010[1] et la Transnistrie planifie d'en ouvrir une (actuellement en construction)[2]. L'Ossétie du Sud a une ambassade à Soukhoumi en Abkhazie depuis le 15 avril 2008[3] et un consulat à Tiraspol (Transnistrie)[4].

Au cours des dernières années, les gouvernements de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud ont travaillé en étroite collaboration à la recherche d'une reconnaissance plus internationale. Les dirigeants de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud ont également signé un pacte de défense mutuelle, précisant qu'en cas où l'autre pays est attaqué, l'autre doit s'impliquer dans la défense de l'autre.

Nauru[modifier | modifier le code]

Le 15 décembre 2009, Nauru devient le 4e État membre de l'ONU à reconnaître l'indépendance de l'Ossétie du Sud.

Nicaragua[modifier | modifier le code]

Le 5 septembre 2008, le Nicaragua devient le 2e État membre de l'ONU à reconnaître l'indépendance de l'Ossétie du Sud.

Russie[modifier | modifier le code]

L'ambassade d'Ossétie du Sud à Moscou.

Le 26 août 2008, la Russie devient le 1er État membre de l'ONU à reconnaître l'indépendance de l'Ossétie du Sud. La Russie planifie actuellement d'ouvrir une ambassade à Tskhinval[5]. La Russie a une base militaire à Tskhinval. L'Ossétie du Sud a une ambassade à Moscou[6].

Venezuela[modifier | modifier le code]

Le 10 septembre 2009, le Venezuela devient le 3e État membre de l'ONU à reconnaître l'indépendance de l'Ossétie du Sud.

RASD et Chypre du Nord[modifier | modifier le code]

La République arabe sahraouie démocratique, Chypre du Nord et le Hamas ont soutenu la reconnaissance de l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud par la Russie[7],[8],[9].

Organisations internationales[modifier | modifier le code]

L'Ossétie du Sud n'est membre d'aucune organisation internationale à l'exception de la Communauté pour la démocratie et les droits des nations (russe : Сообщество за демократию и права народов).

Visas[modifier | modifier le code]

Les touristes en Ossétie du Sud n'ont pas besoin de visa particulier à l'exception d'un visa valable pour la Russie[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « EDUARD KOKOITY ACCEPTED ABKHAZ AMBASSADOR TO S. OSSETIA NODAR PLIEV’S CREDENTIALS », Administration of the President of Abkhazia,‎ (lire en ligne)
  2. « Anatoly Kaminsky, “The opening of the building of the Embassy of Pridnestrovie is of very great importance, because it is our first mission abroad” », Supreme Council of Transnistria, Tiraspol,‎ (lire en ligne)
  3. « South Ossetia opens embassy in Abkhazia », RIA Novosti,‎ (lire en ligne)
  4. South Ossetia maintains a Consulate in Tiraspol
  5. « Vladimir Putin signed a direction about establishment of Russian embassies in Abkhazia and South Ossetia », REGNUM,‎ (lire en ligne)
  6. Liste d'ambassades en Russie
  7. (ru) « ХАМАС приветствует признание независимости Абхазии и Южной Осетии », Gazeta.ru,‎ (lire en ligne)
  8. « Only Palestine's Hamas Backs Kremlin's Recognition of Abkhazia, South Ossetia », Georgian Daily,‎ (lire en ligne)
  9. Con Coughlin et Adrian Blomfield, « Georgia: Europe unites to condemn Kremlin », Daily Telegraph, London,‎ (lire en ligne)
  10. http://www.mfa-rso.su/en/node/55

Liens externes[modifier | modifier le code]