Police spéciale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Police spéciale (The Naked Kiss) est un film américain réalisé par Samuel Fuller, sorti en 1964.

Synopsis (résumé du début du film)[modifier | modifier le code]

Après une séquence pré-générique où elle tabasse son souteneur abusif, Kelly, une prostituée très « classe » et sûre d'elle, arrive dans une nouvelle ville pour changer de vie. Elle y rencontre d'abord le flic Griff qui surveille son territoire, évite la boîte de « Candy », la mère maquerelle qui recrute volontiers de la chair fraîche, enfin se fait recruter comme infirmière dans un hôpital spécialisé dans les soins à des enfants handicapés. L'hôpital a été créé par le notable de la ville, Grant. La réussite de Kelly comme soignante d'enfants est reconnue et on lui fait rencontrer le riche et esthète Grant.

Autour du film[modifier | modifier le code]

Samuel Fuller est un habitué des « petits » films de genre, noir (Shock Corridor) ou westerns (Quarante tueurs) : ici Fuller réalise un film qui allie thriller, satire sociale, mélodrame et fable sur la rédemption. On y retrouve les grandes caractéristiques du cinéma de Fuller : audace du sujet, liberté de ton, rupture avec les conventions, au risque de la parodie, voire du ridicule, recherches formelles, admirable photographie, rythme étonnant et toujours privilégié aux exigences et vraisemblance du récit ou des personnages. « Un film est un champ de bataille : amour, haine, violence, action, mort, en un mot émotion », répond Samuel Fuller à Jean-Paul Belmondo dans Pierrot le fou de Jean-Luc Godard.

Le film bénéficie d'une scène d'ouverture parmi les plus mémorables du cinéma : en une succession de champs/contre-champs subjectifs, une caméra attachée aux acteurs filme une bagarre entre un souteneur et une prostituée, qui se conclut par la perte de la perruque de Constance Towers et un plan mémorable sur son crâne nu. Elle reprend alors dans le portefeuille du type l'argent qu'il lui devait, puis s'arrête devant un miroir. S'ensuit un gros plan : elle se remaquille, remet sa perruque, se rhabille. La furie se transforme en une superbe femme fatale.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Capdenac, La Fantine du pauvre : Police spéciale de Samuel Fuller, Les Lettres françaises no 1116, 27 janvier-2 février 1966, p. 17

Liens externes[modifier | modifier le code]