Polémique Brown dog

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La polémique Brown Dog (Brown Dog affair) est une controverse politique à propos de la vivisection, qui a eu lieu en Angleterre de 1903 à 1910. Elle inclut l'infiltration des conférences en médecine de l'université de Londres par des féministes suédoises, des rixes opposant les étudiants en médecine et la police, la protection policière de la statue d'un chien, un procès en diffamation à la Cour royale de justice et l'établissement d'une Commission royale pour enquêter sur l'usage d'animaux lors des expériences[1].

La controverse débute par des allégations suggérant que, en février 1903, William Bayliss, du département de physiologie à l'University College de Londres, a procédé à une dissection illégale devant soixante étudiants en médecine sur un chien terrier de couleur marron. Selon Bayliss et son équipe, le chien avait été anesthésié comme il se doit, tandis que, selon les activistes suédoises, l'animal était conscient et en difficulté. La procédure est jugée cruelle et illégale par la Société nationale anti-vivisection. Bayliss, dont les recherches sur les chiens a permis la découverte des hormones, outragé par cette attaque à sa réputation, intente un procès en diffamation et le gagne[2].

Les anti-vivisections font faire une statue en bronze du chien en guise de mémorial, inauguré à Battersea en 1906. Cependant, les étudiants en médecine s'élèvent contre cette provocation, ce qui entraîne de fréquents vandalismes. Finalement, le mémorial est mis sous protection policière permanente[3] Le , près de 1 000 étudiants en médecine marchent à travers Londres en agitant l'effigie d'un chien sur un bâton et doivent faire face à des suffragettes, des syndicats et à près de quatre cents officiers de police. Ces émeutes font partie de ce qu'on a appelé les « émeutes Brown Dog » (« Brown Dog riots »)[4].

En mars 1910, fatigué par la controverse, le Conseil de Battersea envoie quatre ouvriers, accompagnés par cent-vingt policiers, retirer la statue durant la nuit. Celle-ci est ensuite fondue par le forgeron de la ville, en dépit d'une pétition comptant 20 000 signatures en sa faveur[5]. Une nouvelle statue du chien est commandée par des groupes anti-vivisection soixante-dix ans plus tard et est érigée dans le parc Battersea Park en 1985[6].

Contexte[modifier | modifier le code]

Déroulement de la vivisection[modifier | modifier le code]

Bayliss contre Coleridge[modifier | modifier le code]

Deuxième commission royale sur la vivisection[modifier | modifier le code]

Mémorial Brown Dog[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Baron 1956, p. 547–548
  2. Lansbury 1985, p. 10–12 et 126–127
  3. Ford 2013, p. 6
  4. Mason 1997, p. 51–56
  5. Kean 2003, p. 357
  6. Kean 1998, p. 153

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) J. H. Baron, « The Brown Dog of University College », The British Medical Journal,‎ (lire en ligne)
  • (en) Coral Lansbury, The Old Brown Dog: Women, Workers, and Vivisection in Edwardian England, University of Wisconsin Press,
  • (en) Edward K. Ford, The Brown Dog and his Memorial, Euston Grove Press,
  • (en) Peter Mason, The Brown Dog Affair, Two Sevens Publishing,
  • (en) Hilda Kean, « An Exploration of the Sculptures of Greyfriars Bobby, Edinburgh, Scotland, and the Brown Dog, Battersea, South London, England », Society and Animals,‎ , p. 353–373 (lire en ligne[archive du ])
  • (en) Hilda Kean, Animal Rights: Political and Social Change in Britain since 1800, Reaktion Books,

Source de la traduction[modifier | modifier le code]