Poison City

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Poison City
Image illustrative de l'article Poison City
有害都市
(Yūgai toshi)
Type Seinen
Genre Suspense, thriller
Manga
Auteur Tetsuya Tsutsui
Éditeur (ja) Shūeisha
(fr) Ki-oon
Prépublication Drapeau du Japon Jump Kai, Tonari no Young Jump
Sortie initiale
Volumes 2

Poison City (有害都市, Yūgai toshi?) est un manga de Tetsuya Tsutsui, réalisé en collaboration avec les éditions Ki-oon. Il est prépublié entre avril et octobre 2014 dans le magazine Jump Kai avant d'être transféré dans le Tonari no Young Jump, et est édité en volumes reliés par l'éditeur Shūeisha. La version française est éditée par Ki-oon à partir de mars 2015.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À l'approche des Jeux olympiques de 2020 à Tokyo, le gouvernement japonais décide de faire place nette pour la réception des athlètes et met en place un système de surveillance des citoyens et des différents arts, comme les jeux vidéo ou la littérature, pouvant être caractérisés de nocifs. C'est dans ce contexte que Mikio Hibino, jeune mangaka, décide de publier une œuvre d'horreur réaliste et dérangeante...

Personnages[modifier | modifier le code]

Mikio Hibino (日比野 幹雄, Hibino Mikio?)
Jeune mangaka de 32 ans.
Tadamine Hida (比嘉 忠岑, Hida Tadamine?)
Responsable éditorial.

Création de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Dès 2007, Tetsuya Tsutsui faisait part au magazine AnimeLand de son désir de traiter du « comic-bashing » mené par le Comics Code Authority, un lobby américain issu du maccarthysme accusant la bande dessinée de mauvaise influence sur la jeunesse[1]. Cependant, le projet de Poison City prend corps à la suite d'une expérience personnelle de l'auteur. En effet, en 2009, son œuvre Manhole est classée « œuvre nocive pour les mineurs » pour  « incitation considérable à la violence et à la cruauté chez les jeunes » par l'agence pour l'enfance et l'avenir du département de Nagasaki. N'ayant pas été averti du communiqué de l'agence, l'auteur apprend la nouvelle seulement en 2013, et décide de se déplacer pour rencontrer la commission responsable de ce choix. Il en résulte que l'œuvre est censurée non pas par rapport aux thèmes abordés, mais sur l'aspect visuel[2],[3].

Analyse[modifier | modifier le code]

Pour Libération, si « avec une approche aussi frontale de sa propre situation, on pourrait craindre que Tsutsui tombe dans la vindicte un peu bas du front », Poison City se révèle au contraire un plaidoyer efficace pour la liberté d'expression en prenant pour exemple les « petites dérives » et en prenant le point de vue des auteurs plutôt que celui des censeurs : « il scrute les compromis que chacun accepte et cet instinct de préservation qui pousse à l'autocensure »[4].

Publication[modifier | modifier le code]

Deuxième collaboration entre Tetsuya Tsutsui et l'éditeur français Ki-oon[5], le manga est prépublié au Japon à partir du 10 avril 2014 dans le magazine Jump Kai[6]. À la suite de la disparition du magazine en octobre 2014[7], la série est transférée dans le magazine en ligne Tonari no Young Jump[8]. Le dernier chapitre est publié le 9 octobre 2015[9].

La version française est publiée par Ki-oon à partir du 12 mars 2015 en édition standard et édition grand format dans la collection Latitudes de l'éditeur[10].

Liste des volumes[modifier | modifier le code]

no  Français Japonais
Date de sortie ISBN Date de sortie ISBN
1 [fr 1] 978-2-35592-791-1[fr 1] [ja 1] 978-4-08-890046-9[ja 1]
Liste des chapitres :
  • Chapitre 1 : Incident
  • Chapitre 2 : Les sages
  • Chapitre 3 : Ordre de retrait
  • Chapitre 4 : Auteur « nocif »
  • Chapitre 5 : Encreur
  • Chapitre 6 : Reprise
  • Chapitre 7 : Le « Comics Code »
  • Chapitre 0 : Cinq ans plus tôt
2 [fr 2] 978-2-35592-896-3[fr 2] [ja 2] 978-4-08-890253-1[ja 2]
Liste des chapitres :
  • Chapitre 8 : Échappatoire
  • Chapitre 9 : Une lettre vielle de 70 ans
  • Chapitre 10 : Fahrenheit 451
  • Chapitre 11 : Sacrifice
  • Chapitre 12 : La violence du bon droit
  • Chapitre 13 : Les auteurs
  • Chapitre 14 : De quoi avons-nous si peur ?
  • Chapitre 15 : Le miracle de la classe CM2-3
  • Chapitre 16 : Lettre aux générations futures

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 2015, le manga remporte le Prix Asie ACBD[11].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Laurent Lefebvre, « Tetsuya Tsutsui en croisade contre la censure », Coyote magazine, no 54,‎ , p. 96-97 (ISSN 1276-3942)
  2. Frédéric Potet, « Le mangaka Tsutsui règle ses comptes », sur Le Monde,‎ (consulté le 25 mars 2015).
  3. Tetsuya Tsutsui, Poison City tome 1, 2015.
  4. Marius Chapuis, « Tetsuya Tsutsui face aux pannes des censeurs », sur Libération.fr,‎ (consulté le 7 mai 2015)
  5. « Poison City, la nouvelle série de Tetsuya Tsutsui », sur manga-news.com,‎ (consulté le 24 janvier 2015).
  6. (ja) « 筒井哲也らがジャンプ改で新連載「マンキン」イラスト集も », sur natalie.mu,‎ (consulté le 24 janvier 2015).
  7. (en) « Jump X Magazine Suspends Publication in October », sur Anime News Network,‎ (consulté le 24 janvier 2015).
  8. (ja) « ジャンプ改最終号にて、連載作の移籍先発表 », sur natalie.mu,‎ (consulté le 24 janvier 2015).
  9. « Poison City se termine », sur AnimeLand,‎ (consulté le 12 octobre 2015).
  10. « Deux éditions pour le manga Poison City », sur AnimeLand,‎ (consulté le 24 janvier 2015)
  11. « Poison City remporte le Prix Asie ACBD 2015 », sur manga-news.com,‎ .

Édition française[modifier | modifier le code]

  1. a et b Tome 1
  2. a et b Tome 2

Édition japonaise[modifier | modifier le code]

  1. a et b (ja) Tome 1
  2. a et b (ja) Tome 2

Liens externes[modifier | modifier le code]