Pointe-Gatineau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pointe-Gatineau (appelée Pointe-à-Gatineau jusqu'en 1959) est une ancienne ville du Québec.

Historique[modifier | modifier le code]

Colonisation[modifier | modifier le code]

À cette époque, Philémon Wright, fondateur de Hull et riche propriétaire terrien, adresse une requête au lieutenant-gouverneur de la province du Bas-Canada afin que lui soit concédé un octroi supplémentaire représentant le quart du canton de Templeton. Le lieutenant-gouverneur acquiesce à sa demande et lui remet des lots de la partie sud-ouest correspondant au territoire de Pointe-Gatineau. Les lettres patentes seront émises en 1809[1].

Dénomination[modifier | modifier le code]

Depuis sa colonisation qui remonte à près de deux siècles, le territoire de Pointe-Gatineau a porté divers noms[1] .

En parcourant les registres du conseil municipal du Canton de Templeton (1855-1886), on rencontre la plus ancienne des appellations pour désigner le territoire de Pointe-Gatineau : Waterloo Village. Au milieu du dix-neuvième siècle, au temps où le village de Pointe-Gatineau n'existe pas encore, le canton est généralement colonisé par des gens d'expression anglaise et le nom de Waterloo est sans doute plus familier et désigne ce coin de terre. Deux associés de Philemon Wright étaient parmi les premiers propriétaires de terrain à cet endroit : Gideon Olmstead, père de la bru de Philemon Wright, et London Oxford. London Oxford et son épouse, Jane Ammon, étaient deux personnes de race noire libres qui ont accompagné Philemon et les 3 autres familles de Woburn en 1800.

Plus tard, Ruggles Wright, troisième fils de Philémon Wright construira sa Ferme Waterloo dans ce canton.

Pour préciser davantage l'origine du nom de la ville, on disait « Long Point de la rivière Gatineau », et pour en arriver au nom actuel, on a raccourci graduellement cette expression. D'abord en mettant de côté le qualificatif « Long », le nom devint « Pointe-de-la-Gatineau ». Par la suite, ce nom a été modifié à nouveau pour devenir « Pointe-à-Gatineau » et finalement, on arrive à « Pointe-Gatineau », nom sous lequel le village fut incorporé le 1er janvier 1876.

À l'ouest de Pointe-Gatineau, on retrouve la ville de Touraine qui borde, sur une grande étendue, la rivière Gatineau. Plein nord, se situe la municipalité de Templeton-Ouest. Enfin, la ville de Gatineau, qui a accès à la rivière des Outaouais, est située à l'est de Pointe-Gatineau.

L'arpenteur qui fit le premier plan du canton de Templeton, en 1807, sous la direction de l'arpenteur général du Canada, Joseph Bouchette, donne le nom de « Long Point Range » aux lots numérotés 25, 26, 27 et 28, c'est-à-dire à cette pointe de terre où on reconnaît le territoire actuel de Pointe-Gatineau. 1

Dans une lettre datée du 9 mars 1838 et adressée à Mgr Bourget, le missionnaire, John Brady, emploie le vocable actuel pour la première fois.

Chez les habitants de langue anglaise, le village se nomme plutôt « Templeton », car il est le chef-lieu du canton du même nom. Même le bureau de poste de Pointe-Gatineau s'appelle ainsi jusqu'en novembre 1885, ceci pour éviter la confusion avec le nouveau bureau de poste de Templeton-Est, qui a finalement changé de nom.

En 1876, le village de Pointe-Gatineau se détache du canton de Templeton. Le village porte alors le nom de Pointe-à-Gatineau.

En 1957, le village de Pointe-à-Gatineau devient la ville de Pointe-à-Gatineau.

En 1959, le nom de la ville devient Pointe-Gatineau.

En 1975, les villes de Pointe-Gatineau, Gatineau, Touraine, le village de Templeton, les municipalités de Templeton-Ouest, Templeton-Est et Templeton-Est-Partie-Est fusionnent pour former la ville de Gatineau.

Notes et références[modifier | modifier le code]