Poinson-lès-Fayl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Poinson-lès-Fayl
Le portail de l'église.
Le portail de l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haute-Marne
Arrondissement Langres
Canton Chalindrey
Intercommunalité Communauté de communes Vannier Amance
Maire
Mandat
Isabelle Doizenet
2014-2020
Code postal 52500
Code commune 52394
Démographie
Gentilé Poinsonnais
Population
municipale
227 hab. (2015 en stagnation par rapport à 2010)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 45′ 14″ nord, 5° 36′ 54″ est
Altitude Min. 275 m
Max. 362 m
Superficie 12,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Poinson-lès-Fayl

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Poinson-lès-Fayl

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Poinson-lès-Fayl

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Poinson-lès-Fayl

Poinson-lès-Fayl est une commune française, située dans le département de la Haute-Marne en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village faisait autrefois partie de la Bourgogne et du Dijonnais, mais il était dépendant du diocèse de Langres. D'ailleurs en 1789, les habitants étaient encore bourguignons[réf. nécessaire].

Communes limitrophes de Poinson-lès-Fayl
Fayl-Billot
Champsevraine Poinson-lès-Fayl Pressigny
Genevrières

Hydrographie[modifier | modifier le code]

  • Ruisseau de Poinsenot.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom du village viendrait soit de Poinsson, Poinçon, Poyssum, ou peut être du patronyme d'un notable.

Histoire du village[modifier | modifier le code]

L'Ermitage de St-Pérégrin : Au Sud-est du village, à l'entrée du bois, se trouve un ermitage dont on disait que la chapelle avait été taillée dans le roc par le comte de Moret fils illégitime du Roi Henri IV.

Mais l'origine de ce lieu remonte au temps des croisades où un jeune seigneur de Pressigny partit pour la terre sainte. Lors d'un combat, il fut blessé et laissé pour mort. Son épouse se croyant veuve épousa un autre homme. Plus tard le brave chevalier revint, apprenant ce qu'il s'était passé, il prit la résolution d'entrer dans la religion. Il bâtit une cabane au milieu de la forêt, y vécut en ermite et on l'appela « Sanctus peregrinus » ce qui signifie le Saint Voyageur, Saint Etranger et évidemment St-Pérégrin. Quand il fut sur le point de mourir, il fit venir sa femme et son 2d mari, leur dit qui il était et leur fit promettre d'entrenir à perpetuité un ermitage en cet endroit. À proximité de l'ermitage, une source appelée Fontaine de St-Péregrin ou de Ste Claire, guérissait des fièvres et peut-être de la gale et de la lèpre. En 1670, Frère Jean-Jacques devint le Supérieur de l'Ermitage et appris aux frères à tresser l'osier pour confectionner paniers et corbeilles. Il est à l'origine de l'implantation de la Vannerie dans la région.

L'invasion du Saint-Empire romain germanique : En Septembre 1636, lors de l'invasion de l'armée impériale sous les ordres de Matthias Gallas, le lieutenant général Forkalz, commandant des Croates, établit son quartier général à Poinson. Ils ont volé, incendié, violé une grande partie des habitants et par de fréquentes excursions ils ont dévasté les environs du village, de sorte que, depuis les remparts de Langres, on pouvait suivre leur marche à la lueur des incendies. Poinson fut dépeuplé et ce n'est que le siècle suivant que la population a véritablement réaugmenté.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2008 2014 Marie-Claude Aubry    
2014 en cours Isabelle Doizenet    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2].

En 2015, la commune comptait 227 habitants[Note 1], en stagnation par rapport à 2010 (Haute-Marne : -2,65 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
560 623 603 567 547 569 531 581 586
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
494 488 497 473 458 436 470 433 430
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
406 411 409 352 333 320 298 269 301
1962 1968 1990 1999 2004 2009 2014 2015 -
260 257 187 161 189 221 228 227 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Fontaine dite "La Désirée" : Situé devant l'église, ce lavoir est particulier dans la mesure ou il se compose d'un bassin de lavage en plein air, sans toiture. Assez important, le bassin est dominé par une monumentale fontaine en pierre.
  • Église Saint-Martin : construite en 1544, son clocher massif est flanqué d'une tourelle et d'une flèche couverte en ardoise. C'est une des plus belles églises de sa paroisse, elle a été restaurée en 1986. À l'intérieur se trouvent un magnifique ensemble en bois doré avec un retable représentant la scène de la Nativité, un autel et des chandeliers du XVIIIe siècle, un vitrail de la Vierge de Pitié du XVIe siècle, des statues des XVIIe et XVIIIe siècles et une chapelle avec oculus. 
Elle est inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques[5],[6].
  • Croix XVIe siècle : située devant l'église, inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]