Poilcourt-Sydney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune des Ardennes
Cet article est une ébauche concernant une commune des Ardennes.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Poilcourt-Sydney
La Mairie
La Mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Rethel
Canton Château-Porcien
Intercommunalité Pays Rethélois
Maire
Mandat
Jean-Yves Guignette
2014-2020
Code postal 08190
Code commune 08340
Démographie
Population
municipale
179 hab. (2014)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 25′ 24″ nord, 4° 06′ 09″ est
Superficie 7,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Poilcourt-Sydney

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Poilcourt-Sydney

Poilcourt-Sydney est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Grand Est. Le suffixe Sydney a été ajouté après la Première Guerre mondiale à la suite de l'aide que la ville australienne a apportée à sa reconstruction.

Géographie[modifier | modifier le code]


Histoire[modifier | modifier le code]

Houdilcourt et Poilcourt appartenaient toutes deux à l'abbaye saint Nicaise de Reims, la mention Hundelicurti apparaît en 1061 dans un don fait par le roi Philippe à l'abbaye.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Poilcourt-Sydney Blason Parti : au 1) de gueules à la tour d'or ouverte et ajourée du champ, au chef de vair de deux cloches, au 2) d'azur à l'ancre d'argent enfilant, en cœur, une couronne murale de trois merlons d'or maçonnée de sable, au chef vairé d'or et de gueules de deux cloches.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Nom d'un homme Roman Paulus + cortem. La ferme de Paul[1].
Paulicurtis (1066), Polecourt (1400).

Les troupes australiennes ont participé à la libération du département des Ardennes en 1918. En novembre 1919, la ville de Sydney adopte la commune de Poilcourt, sortie dévastée du conflit. Le conseil municipal décide d'apposer une plaque rappelant les morts australiens tombés pour la France et propose d'accoler le nom de Sydney au nom de la commune. Il y est autorisé par décret le 3 août 1921[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1876 après 1877 Taillard[2]    
mars 2001 mars 2008 Jean-Pierre Macquart    
mars 2008 2014 Emmanuel Van Sante[3]    
2014 en cours Jean-Yves Guignette    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 179 habitants, en augmentation de 2,87 % par rapport à 2009 (Ardennes : -1,28 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1872 1876 1881 1886 1891
139 144 177 188 282 280 267 247 205
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
230 204 200 187 172 152 154 174 128
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009
138 178 174 165 155 150 150 156 174
2014 - - - - - - - -
179 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006 [7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église dédiée à saint Pierre garde son aspect roman avec les restes d'une tour à la croisée de la nef et des transepts. Un litre laisse encore apparaître des traces sous le badigeon. Elle garde les gisants de

<:IAQUE DE COUCY VIVANT ESC

SEIGNEUR DE POILCOURT ET
CAPITAINE D'UNE COMPAGNIE
DE TROIS CENT HOME DE PIEDZ
SOVB LE ROY hANRY iiii LE
QULE DECEDA LE è FEVRIER
1622 AGE DE 59 ANS.>


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Octave Guelliot, Géographie traditionnelle et populaire du département des Ardennes, Librairie Emile Nourry, , 410 p., p. 350
  2. Almanach historique administratif et commercial de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, 1877, p234.
  3. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin (fichier au format PDF)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Liens externes[modifier | modifier le code]