Poignée (serrurerie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Une poignée de porte en zamak
Une poignée de porte fabriquée en zamak, sur une plaque ronde, couleur noire mat

Une poignée ou clenche désigne une pièce sur laquelle on pose la main pour fermer, ouvrir, coulisser, tirer à soi ou pousser une porte, une portière, ou une fenêtre. La poignée actionne un système de fermeture constitué d'un pêne ou demi-tour (en principe au dessus du pêne dormant) et d'une gâche.

La poignée peut prendre beaucoup de formes et être fabriquées sur une base de materiaux divers. La poignée peut prendre une forme sphérique qu'on l’appellerait alors bouton de porte.



Histoire et typologie[modifier | modifier le code]

Avant l’invention du système actuel on utilisait un mécanisme légèrement différent : une clenche.

La clenche est un pièce de loquet qui lorsque logée dans le mentonnet tient la porte fermée. Le fait d'enlever la clenche crée le mot déclencher qui permet d'ouvrir une porte[1].

La clenche est une barre de fer avec un pivot qui se bloquait dans un « U » métallique. Ce système se trouve d’ailleurs encore sur certaines anciennes portes. Partie d'une ancienne serrure, La clenche est une barre de métal qui pivote autour d'un axe située à son extrémité, l'autre bout dépassant de la porte se bloque dans le mentonnet. On soulève la clenche grâce au poucier (cf. wiktionnaire).

Fin XVIIIe siècle, en termes de serrurerie, une poignée désigne une pièce sur laquelle on pose la main pour fermer ou tirer à soi une porte ou une Fenêtre[2]etc. La pièce qui meut le corps d'une espagnolette se nomme aussi poignée.

Types[modifier | modifier le code]

Poignée de porte en laiton sur une plaque longitudinale (plaque de propreté longue)
Poignée de porte en laiton sur une plaque longitudinale (plaque de propreté longue)
Poignée de porte à l'église réformée de Sent, en Suisse. Septembre 2019.

Il existe diverses types de poignées[3], qui portent différents noms :

  • La poignée béquille - la poignée béquille est le modèle le plus répandu dans nos intérieurs. De forme allongée, la béquille (ou manche) positionnée à l'horizontale, permet l’ouverture et la fermeture de la porte par pression de la main de haut en bas. Les poignées béquille se différencient selon leur mode de fixation sur la porte:
    • La poignée de porte béquille sur plaque longitudinale (plaque de propreté longue) - la plaque rectangulaire, aussi appelée plaque de propreté, sert à fixer la poignée sur la porte. Elle mesure environ 25 cm de long et 4 cm de large. Elle est maintenue sur la porte par deux vis situées en haut et en bas de la plaque. Certains modèles intègrent la serrure avec clé ou un verrou de condamnation.
    • La poignée béquille sur rosace - le montage de la poignée sur la porte s’effectue via un adaptateur de montage aux dimensions plus discrètes que la plaque longitudinale qui sert de socle au mécanisme. La rosace peut être ronde, ovale mais également carrée ou rectangulaire. Les deux vis de fixation sont vissées de part et d’autre de la béquille et souvent couvertes par la rosace qui vient se clipser au-dessus pour un rendu esthétique.
      Différence entre les rosaces de porte
      La différence entre les rosaces de porte - rosace à clé de chambre, clé à barillet et condamnation
      La poignée est souvent complétée d’une seconde rosace qui fait office d'un cache du trou de la serrure.
    • La poignée béquille sur plaque cachée - La plaque de fixation est conçue de manière à faire partie intégrante de la poignée. Elle devient impossible à dissocier de la poignée.
    • La poignée béquille sans plaque - La béquille est directement fixée par la tige centrale sur la porte. Il existe des poignées avec un roulement à billes qui sert à protéger le bois de la porte afin qu'il ne se raye pas après avoir actionné la poignée.
  • La poignée encastrée pour porte coulissante - Ce type de poignée porte plusieurs noms :  poignée encastrée, encastrable, escamotable ou encore poignée cuvette. La particularité de cette poignée est qu’elle ne dépasse pas de la surface de la porte de manière à ne pas entraver l’ouverture et la fermeture de la porte coulissante.
  • Le bouton de porte - L’ouverture de la porte s’effectue en tournant le bouton de porte sur le côté. Traditionnellement de forme arrondie, le bouton de porte est parfois appelé poignée ronde. Cependant, la quincaillerie décorative propose des boutons de porte de toutes les formes : ovale, carrée ou rectangulaire. Les poignées rondes tubulaires proposent la serrure intégrée.
  • La poignée de tirage - La poignée de tirage aussi appelée bâton de maréchal sert à tirer la porte pour l’ouvrir. De forme allongée, cette poignée est fixée par les deux extrémités sur la porte. Ce type de poignée est souvent choisi pour une porte d’entrée de bâtiments ou de locaux commerciaux.
  • Poignées anciennes[4] :
    • Poignée pleine ou ordinaire pour espagnolette, de première, deuxième et troisième force, selon sa longueur.
    • Poignée évidée pour espagnolette : on la désigne d'après la forme des ornements, par feuille de persil, queue de cochon, à la grecque, pour ces poignées.
    • Poignée à pointe molle : poignée dont les deux branches se rivent sur le bois, et qui sert à tirer une porte à soi.
    • Poignée à pale : poignée propre au même usage, mais elle est arrêtée avec deux vis passant dans les deux pattes.
    • Poignée à lacet : poignée qui sert ou à lever des volets de fermeture ou à les mettre en place
    • Poignée avec ou sans talon : elles sont montées sur des lacets à vis ou à pointe
    • Poignée à tourillon : elles sont montées sur une platine avec des lacets roulés ou de forme olive.
Poignée de porte[5] sur une plaque carrée de couleur chrome brossé

La réglementation en matière de poignées de porte dans les lieux publics[modifier | modifier le code]

La poignée de porte intervient dans l’accessibilité des pièces de la maison et des lieux publics.

La réglementation sur le type de poignées de porte[modifier | modifier le code]

Extrait de l’Arrêté du 20 avril 2017 relatif à l’accessibilité des personnes handicapées dans l'espace public[6]

Les poignées de porte sont facilement préhensibles et manœuvrables en position " debout " comme " assis ", ainsi que par une personne ayant des difficultés à saisir et à faire un geste de rotation du poignet.

L'extrémité des poignées des portes, à l'exception de celles ouvrant uniquement sur un escalier, et à l'exception des portes des sanitaires, cabines et espaces à usage individuel non adaptés, est située à plus de 0,40 m d'un angle rentrant de parois ou de tout autre obstacle à l'approche d'un fauteuil roulant.”

L'Arrêté du 08/12/14 fixe les normes officielles pour l’usage des poignées de porte dans les lieux ouverts au public[7].

Dans les espaces publics, les poignées béquille qui fonctionnent par pression vers le bas sont considérées plus faciles à manipuler que les boutons de porte.

La réglementation sur la hauteur des poignées de porte[modifier | modifier le code]

L’article 23 de l’Arrêté du 1 août 2006[8] précise la hauteur des poignées dans les habitations et maisons individuelles.

La poignée doit être fixée en 0.90 m et 1.30m du sol.

La réglementation sur la pression à exercer[modifier | modifier le code]

L’effort nécessaire pour ouvrir une porte est calculé au niveau de la poignée. La norme recommande une pression de 50 N  maximum soit moins de 5kg. Cette norme s’applique également aux locaux des professions libérales[9].

Les matériaux utilisés pour fabriquer les poignées de porte intérieures[modifier | modifier le code]

Une poignée de porte doit être suffisamment solide pour résister à de multiples manipulations quotidiennes.

Les qualités des matériaux recherchées pour une poignée de porte[modifier | modifier le code]

Solidité[modifier | modifier le code]

Les fabricants choisissent des matériaux qui garantissent la résistance nécessaire à un usage intensif.

Malléabilité[modifier | modifier le code]

La résistance doit se combiner au design. Les poignées de porte deviennent des accessoires décoratifs aux formes et aux finitions complexes. Les matériaux doivent être suffisamment malléables pour concevoir des modèles originaux.

Hygiène et entretien[modifier | modifier le code]

Les poignées doivent être faciles à entretenir et ne pas retenir les traces de doigts après chaque utilisation.

Pour limiter la transmission de maladies infectieuses notamment la Covid-19, il est recommandé de désinfecter les poignées de porte régulièrement[10]

Les matériaux des poignées de porte[modifier | modifier le code]

Parmi les matériaux[11] les plus utilisés pour fabriquer des poignées de porte, citons :

  • aluminium, métal malléable résistant à la corrosion
  • acier inoxydable , aussi appelé inox, acier particulièrement hygiénique car insensible à la corrosion
  • bois
  • bronze, alliage de cuivre et étain, très prisé en architecture et décoration
Poignées de porte en bronze véritable, couleur bronze blanc
  • fer, métal souvent utilisé pour les poignées de porte extérieures
  • laiton, alliage jaune composé de principalement de cuivre et de zinc
Des lingots de laiton brut
  • porcelaine, céramique fine de certains boutons de porte
  • verre
  • zamak, alliage zinc, aluminium, magnésium et cuivre, matériau recyclable à l’infini.
  • ciment (matière plébiscitée par les designers et décorateurs d’intérieur)
Poignées de porte fabriquées en ciment, sur une plaque ronde et les buses en laiton personnalisables
Poignées de porte fabriquées en ciment, sur une plaque ronde et les buses en laiton personnalisables

Description[modifier | modifier le code]

En position normale, le pêne, qui est relié à la poignée, est bloqué par la gâche et maintient ainsi la porte fermée. Lorsque l'on tourne la poignée, le pêne sort de la gâche et on peut ouvrir la porte. Lorsqu'on lâche la poignée, un ressort la ramène dans la position de fermeture. Cependant le pêne ne revient dans la gâche que si la porte est fermée. Pour cette raison le pêne est biseauté, ce qui permet qu'il reprenne sa place automatiquement si la porte est poussée (ou claquée) sans tourner la poignée.

Régionalismes[modifier | modifier le code]

Dans certaines régions de France et de Belgique : le mot « clenche » est également utilisé, en souvenir de l'ancien système de fermeture de porte (encore utilisé actuellement sur certaines vieilles portes). La clenche est une barre de métal, ayant à une extrémité un point de rotation fixé dans la porte, l'autre extrémité dépasse de la porte et vient se bloquer dans le mentonnet. La clenche se manœuvre par l’intermédiaire du poucier.

En Belgique et dans le nord de la France, le mot « clinche » (ou « cliche »[12]) est fréquemment utilisé pour désigner une poignée de porte ou la poignée d'un dispositif de fermeture.

Poignée de portière[modifier | modifier le code]

La portière d'une voiture ou d'un autre véhicule est souvent munie d'une poignée. Celle-ci est dotée de deux fonctions: ouverture et fermeture de la portière. Fermeture a clé, soit avec une clé, soit avec un dispositif sans clé.

Réglementation des poignées de portière

« Chaque porte doit être équipée d'au moins un dispositif de verrouillage qui, lorsqu'il est en position fermée, bloque la poignée extérieure ou toute autre commande extérieure d'ouverture, et qui dispose d'un moyen de manœuvre et d'un dispositif d'engagement/désengagement situé à l'intérieur du véhicule. »

— Règlement n 11 de la Commission économique pour l'Europe des Nations unies (CEE-ONU) — Prescriptions uniformes relatives à l'homologation des véhicules en ce qui concerne les serrures et organes de fixation des portes [2019/1354]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6521847f/f14.image.r=clenche?rk=386268;0
  2. Les fenêtres, anciennement appelées croisées ou croisées de fenêtre. Voir aussi « fenêtre à croisée ».
  3. « Les différents types de poignées d'intérieur », sur MILLA POIGNEES (consulté le )
  4. J. M. Morisot, Tableaux détaillés des prix de tous les ouvrages du bâtiment, Carilian, (lire en ligne), « Vocabulaire de la serrurerie », p. 46.
  5. « Poignées de Porte d'Intérieur », sur MILLA POIGNEES (consulté le )
  6. La ministre du logement et de l'habitat durable, « Arrêté du 20 avril 2017 relatif à l'accessibilité aux personnes handicapées des établissements recevant du public », sur www.legifrance.gouv.fr, (consulté le )
  7. Ministère De La Transition Écologique Et Solidaire, « Accessibilité des établissements recevant du public et installations ouvertes au public existants », www.ecologie.gouv.fr,‎ , p. 38 (lire en ligne [PDF])
  8. La ministre du logement et de la ville, « Arrêté du 1 août 2006 fixant les dispositions prises pour l'application des articles R. 111-18 à R. 111-18-7 du code de la construction et de l'habitation relatives à l'accessibilité aux personnes handicapées », sur www.legifrance.gouv.fr, (consulté le )
  9. Ministère de la transition écologique et solidaire, « Les locaux des professions libérales : réussir l'accessibilité », www.ecologie.gouv.fr,‎ , p. 24 (lire en ligne [PDF])
  10. « Hygiène à la maison : recommandations durant la période d’épidémie COVID 19 », sur Santé.fr, (consulté le )
  11. « Les différents matériaux des poignées de porte », sur MILLA POIGNEES (consulté le )
  12. Gabriel Glépin, Annales des travaux publics de Belgique, vol. 15, (lire en ligne), « Mémoire sur le nouveau mode d'extraction et de triage de la houille appliqué aux mines du Grand-Hornu (Belgique) », p. 220.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]