Podarcis liolepis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Podarcis liolepis
Description de l'image Catalonian Wall Lizard (Podarcis liolepis cebennensis) close-up (14085684563).jpg.
Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Sauria
Infra-ordre Scincomorpha
Famille Lacertidae
Genre Podarcis

Nom binominal

Podarcis liolepis
(Boulenger, 1905)

Synonymes

  • Lacerta muralis var. liolepis Boulenger, 1905
  • Lacerta atrata Boscá, 1916
  • Lacerta atrata columbretensis Eisentraut 1930
  • Lacerta atrata mancolibrensis Eisentraut 1930

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Podarcis liolepis est une espèce de sauriens de la famille des Lacertidae[1]. En français il est nommé Lézard catalan ou Lézard hispanique.

Répartition[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre en France et aux îles Columbretes en Espagne[1].

Elle trouve refuge au sein des vieux murs bien orientés au sud, des lisières de chemins, les tas de pierres, les vieux vignobles, les vieux arbres à cavités. Globalement, les espaces ouverts comme les cultures, les friches, les garrigues sont des espaces qui lui sont favorables. Cette espèce est très largement connue dans le sud de la France car très commune à l'instar de la Tarente de Maurétanie par leur caractère urbain et anthropophile.

Le lézard catalan est observable toute l'année dans le sud de la France, avec un pic d'activité au printemps et en été. Il faudra patienter les journées les plus ensoleillées l'hiver pour les voir lézarder à l'occasion.

Présence certaine 

Ardèche, Ariège, Aude, Aveyron, Drôme, Gard, Haute-Garonne, Hérault, Isère, Lozère, Pyrénées-Atlantiques, Pyrénées-Orientales, Tarn[2].

Présence probable 

Loire, Vaucluse[2].

Description[modifier | modifier le code]

Catalonian Wall Lizard (Podarcis liolepis cebennensis) (14042432936).jpg

C'est un Lézard de forme élancée, à la chromie polymorphe, allant du brun au gris ou même verdâtre.

La queue de ce lézard se casse très facilement, on parle d'autotomie. Cette capacité lui permet d'augmenter ses chances de survie face aux prédateurs qui peuvent s'en contenter ou être surpris face à ce leurre, qui a tendance à se mouvoir nerveusement une fois arraché. La queue du lézard repousse rapidement après arrachage.

Prédateurs[modifier | modifier le code]

Tout comme l'ensemble des Lacertidae urbains, ils sont la proie des commensaux de l'homme, comme le chat, le chien et certains oiseaux. Au sein de son habitat naturel, l'espèce entre dans le régime alimentaire de lézards plus gros comme le lézard ocellé, de serpents, d'oiseaux, de mammifères.

Confusions[modifier | modifier le code]

Ce lézard est souvent confondu avec le lézard des murailles, avec lequel il peut coexister même si le lézard catalan aura un preferundum plus xérique dans son écologie. Ainsi, dans les Pyrénées-Orientales, globalement, le lézard catalan colonise l'ensemble des plaines, quand le lézard des murailles est observé sur l'ensemble des étages méso-méditerranéens, plus haut en altitude.

De nombreux critères de distinction sont observables, comme une plaque massétérique généralement plus réduite chez le lézard catalan. Sa forme générale est également bien plus élancée et fine, avec un museau finissant en pointe. Le lézard des murailles apparaît plus trapu. Un autre critère assez discriminant est un iris jaune pâle pour le lézard catalan et un iris orange foncé pour le lézard des murailles.

Statut de protection[modifier | modifier le code]

Comme tous les reptiles indigènes de France, le lézard catalan est protégé par l'article 2 de l'arrêté du 19 novembre 2007 fixant les listes des amphibiens et des reptiles protégés sur l'ensemble du territoire et les modalités de leur protection. De ce fait il est interdit de capturer, d'élever, de détruire, de conserver intentionnellement tout ou partie d'un individu vivant ou mort. L'article 2 dispose également que ses habitats de vie, de reproduction et l'ensemble des espaces nécessaires au bon accomplissement de son cycle biologique ne doivent souffrir d'aucune altération ou destruction intentionnelles.

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Boulenger, 1905 : A contribution to the knowledge of the varieties of the Wall-Lizard (Lacerta muralis) in western Europe and North Africa. Transactions of the Zoological Society of London, vol. 17, p. 351-420 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]