Poïétique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’art
Cet article est une ébauche concernant l’art.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Sur les autres projets Wikimedia :

La poïétique a pour objet l'étude des potentialités inscrites dans une situation donnée qui débouche sur une création nouvelle. Chez Platon la poïèsis se définit comme "La cause qui, quelle que soit la chose considérée, fait passer celle-ci du non-être à l'être » (Le Banquet, 205 b).

Arts[modifier | modifier le code]

En art, étude des processus de création et du rapport de l'auteur à l'œuvre.

L'auteur René Passeron y consacra un texte, La Poïétique.

Voir aussi Guy Lecerf, Le coloris comme expérience poétique, L'Harmattan, 2014.

Musique[modifier | modifier le code]

Jean Molino, puis Jean-Jacques Nattiez étudieront trois niveaux de la sémiologie musicale (ce qu'ils nomment tripartition) :

  • le poïésis – ou niveau de la création (de l'inspiration de l'auteur à ses influences et son expérience musicale)
  • l'esthésis – ou niveau de la réception (lié à l'interprétation de l'œuvre musicale à partir d’une partition brute)
  • le niveau neutre – ou niveau de la partition qu'ils voient comme un niveau intermédiaire propre à la musique, dépourvu de tout le sens voulu ou ayant motivé l'auteur de la création (même sur une partition très détaillée et annotée, ou en cas d'interprétation par l'auteur lui-même, puisque l'interprétation ne parvient pas non plus à communiquer l'ensemble du sens voulu ou ressenti par l'auteur et se heurte aussi à des difficultés techniques d'interprétation limitant ce sens qui doit alors être retrouvé ou deviné par l'auditeur). Ce niveau ne comprend pas seulement la partitition musicale elle-même mais aussi les notes et commentaires portés par l'auteur à la suite de différentes réalisations de son œuvre. Ce niveau peut conduire à des modifications de l’œuvre elle-même, et est donc central car il participe autant à la création qu’à la réalisation ou la perception de l’œuvre.

On peut noter que le niveau esthésique n’est pas nécessairement final car il peut être (et est très souvent) la source d’un nouveau processus créatif, propre à l'interprétation de l’œuvre musicale ; il peut donc définir une nouvelle tripartition propre à cette interprétation, indépendante de la tripartition issue de l’œuvre originale et apportant son propre sens et sa propre esthétique indépendamment de ce qu’a voulu ou imaginé l’auteur de l’œuvre originale, mais aussi indépendant de ce qu’en attend ou ressentira l'auditeur de l’œuvre interprétée suivant qu’il attend une interprétation selon le sens donné originellement par l'auteur, ou les autres sens conférés par chacun des interprètes de la même œuvre et déjà reçus par le même auditeur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]