Pluton (1805)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres navires du même nom, voir Le Pluton.

Pluton
Image illustrative de l’article Pluton (1805)
La bataille de Trafalgar, par Auguste Mayer. Le Pluton est représenté au centre du tableau.
Type Vaisseau de 74 canons
Classe Téméraire
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale
Naval Jack of Spain.svg Marine espagnole
Commanditaire Première République (Consulat)
Chantier naval Toulon
Commandé juin 1803
Quille posée août 1803
Lancement 17 janvier 1805
Armé mars 1805
Statut capturé par l'Espagne (juin 1808)
renommé Montañes (1808)
détruit en 1814
Équipage
Équipage 690 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 56 mètres
Maître-bau 15 mètres
Tirant d'eau 7 mètres
Déplacement 1 630 tonnes
Tonnage 2 900 tonneaux
Propulsion trois-mâts carré, plus de 2.485 m²
Vitesse 10 nœuds maximum
Caractéristiques militaires
Armement 28 canons de 36 livres
30 de 24 livres
16 de 8 livres et 4 caronades

Le Pluton était un navire de ligne de 74 canons de la marine française de la classe Téméraire en service dans la marine française de 1804 à 1808, puis dans la marine espagnole de 1808 à 1814.

Le Pluton, flambant neuf en 1805 comme l’Achille (maquette de ce dernier), fera la campagne de Trafalgar.

Construction[modifier | modifier le code]

Le Pluton est un vaisseau de ligne de classe Téméraire (sous-classe Borée), construit à Toulon, en 1804. Ce type de vaisseau de 74 canons constitue l'armature de la flotte impériale en reconstruction[1].

Service sous le pavillon français[modifier | modifier le code]

Sous les ordres du capitaine Cosmao-Kerjulien il fait partie de l'escadre commandée par le vice-amiral Villeneuve au printemps 1805 qui quitte Toulon pour les Antilles en mars, pour y attirer Nelson. Avec celui du Berwick c'est l'équipage du Pluton qui réalise la reprise du Rocher du Diamant le 2 juin. Il joue un rôle remarqué aux combats du cap Finisterre le 22 juillet, puis à la Bataille de Trafalgar le 21 octobre au cours de laquelle 60 membres d'équipage sont tués et 132 blessés[2].

Deux jours plus tard, le , il est le vaisseau amiral de la contre-attaque française menée depuis Rota, à la sortie de la baie de Cadix, par le capitaine de vaisseau Cosmao-Kerjulien, avec l'Indomptable, le Neptune, le Rayo, et le San Francisco de Asis, pour reprendre les navires capturés par les Britanniques. Ils réussirent à reprendre le Santa Anna et le Neptuno[3]. Pour éviter qu'elles ne soient reprises, les Britanniques sabordent l'Intrépide et plusieurs autres prises. Le Rayo et le San Francisco de Asis font naufrage lors du voyage de retour.

Réfugié à Cadix[3], en très mauvais état après la bataille, il y reste jusqu'à l'insurrection espagnole de 1808. Les 9 et 10 juin, la flotte britannique canonne les navires à quai[4]. Le 11, menacé par les canons des rebelles espagnoles, l'amiral de Rosily tente une sortie de la rade, mais les vents contraires font échouer la manœuvre[4]. Le 14 juin, pris entre deux feux, les navires français capitulent[4].

Service sous le pavillon espagnol[modifier | modifier le code]

Le Pluton est incorporé dans la flotte espagnole sous le nom de Montanes et détruit en 1814 au Ferrol.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tulard 1999, p. 388
  2. Smith 1998, p. 207
  3. a et b Tulard 1999, p. 865
  4. a b et c Gillet 2010, p. 308

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]