Plus haut que la mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Plus haut que la mer
image illustrative de l’article Plus haut que la mer
L'île d'Asinara, ayant inspiré celle du roman.

Auteur Francesca Melandri
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Genre Roman
Version originale
Langue italien
Titre Più alto del mare
Éditeur Rizzoli
Date de parution
ISBN 9788817055956
Version française
Traducteur Danièle Valin
Éditeur Gallimard
Collection Du monde entier
Date de parution
Nombre de pages 208
ISBN 9782070139453

Plus haut que la mer (titre original en italien : Più alto del mare) est un roman italien de Francesca Melandri publié originellement en Italie le et en français le aux éditions Gallimard. Il a reçu en Italie le prix Stresa l'année de sa parution.

Résumé[modifier | modifier le code]

Durant les années de plomb où le terrorisme politique fit vaciller la société italienne, Paolo, un professeur d'histoire et de philosophie, et Luisa, une paysanne mère de cinq enfants, vont rendre visite dans une prison de haute sécurité située sur une petite île de la Méditerranée[1] l'un à son fils, militant des Brigades rouges condamné pour meurtres politiques, l'autre à son mari, coupable de deux meurtres ordinaires mais perpétrés de manière extrêmement violente. Après un long voyage pour atteindre l'île et rendre visite à leurs proches, la survenue d'un mistral violent empêche la navette par bateau de regagner le continent, forçant les deux visiteurs à rester sur l'île durant une nuit sous la surveillance de Nitti, un gardien de la prison.

Paolo et Luisa, tous deux brisés par la tragédie qui touche aussi les parents des criminels, vont, alors qu'ils ne se connaissaient pas, trouver en l'autre – comme une évidence, malgré le peu de mots échangés –, une immédiate commisération dans leur malheur à la fois si semblable et si différent. Une écoute, quelques gestes et regards, peu de paroles mais de simples attentions données sans arrière-pensée leur permettront de relever un peu la tête dans leur durable abattement.

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Le journal italien Internazionale qualifie l'ouvrage de « magistral et d'une grande intensité émotionnelle[2] ». Lors de sa parution en France, le roman reçoit un accueil favorable dans la presse généraliste, le journal La Croix soulignant la qualité d'un « texte subtil[3] ».

En Italie comme en France, Plus haut que la mer a reçu de nombreux prix littéraires :

Éditions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Certains aspects de la description de l'île – qui dans le roman n'est jamais nommée – (notamment « l'île de l'île », la géographie générale, l'histoire de la prison particulière et les ânes albinos) indiquent qu'il s'agit très probablement de l'île sarde d'Asinara qui hébergeait une prison de haute sécurité où ont été emprisonnés des terroristes, des mafieux, et criminels de droit commun dangereux.
  2. Recensione : Più alto del mare par Gerhard Mumelter dans Internazionale no 973 du 2 novembre 2012.
  3. Douceur au temps des années de plomb par Guillaume Goubert dans La Croix du 4 février 2015.
  4. (it) Melandri "Più alto del mare" vince il premio Rapallo-Carige dans La Repubblica du 23 juin 2012.
  5. (it) I 5 finalisti della 50a edizione sur le site du prix Campiello.
  6. a et b Plus haut que la mer sur le site des éditions Gallimard