Plougras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plougras
L'église Saint-Pierre
L'église Saint-Pierre
Blason de Plougras
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Lannion
Canton Plestin-les-Grèves
Intercommunalité Lannion-Trégor Communauté
Maire
Mandat
Jean-Claude Queniat
2014-2020
Code postal 22780
Code commune 22217
Démographie
Gentilé Plougrasien, Plougrasienne
Population
municipale
427 hab. (2012)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 30′ 42″ N 3° 33′ 36″ O / 48.5116666667, -3.5648° 30′ 42″ Nord 3° 33′ 36″ Ouest / 48.5116666667, -3.56
Altitude 215 m (min. : 164 m) (max. : 314 m)
Superficie 26,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Plougras

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Plougras

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plougras

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plougras

Plougras [plugʁas] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Plougras se situe au sud du Trégor. Elle a pour voisines Botsorhel, Plounérin, Loguivy-Plougras, Lohuec, et, au Sud, Bolazec qui se situe en Cornouaille.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Plougras est composé de plou (paroisse) et de gras qui serait une contraction de groas (croix ou calvaire en breton). Plougras signifierait donc « la paroisse de la croix ». La paroisse étant placée sous la protection de la Sainte Croix[1], Géraud Lavergne en fait la « paroisse de la Sainte Croix » [2].

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette commune est connue pour des faits liés à la Révolte des Bonnets rouges en 1675.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent à la croix pattée de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1965 juin 1995 Jean Goasdoué    
juin 1995 en cours Francis Morellec   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 427 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 030 673 738 919 1 151 1 173 1 200 1 216 1 174
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 167 1 366 1 510 1 402 1 397 1 333 1 322 1 260 1 261
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 217 1 256 1 252 1 178 1 200 1 120 1 019 857 768
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
725 670 592 530 498 495 465 430 427
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le encore modeste mais néanmoins puissant Comte de Guerlesquin a récemment acquis le manoir de plougras, pour donner écoute à ses ouailles une ou deux fois l'an. Il a acheté son titre en échange de deux années à guerroyer dans les contrées lointaines de South-Western Australia.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Benjamin-Philibert Jollivet, Les Côtes-du-Nord: histoire et géographie de toutes les villes et communes du département, p.158
  2. Géraud Lavergne, « Les noms de lieux d'origine ecclésiasticque » (sic), Revue d'histoire de l'Église de France, Tome 15, no 68, 1929, p. 321.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :