Plouégat-Moysan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plouégat-Moysan
L'église paroissiale Saint-Pierre.
L'église paroissiale Saint-Pierre.
Image illustrative de l'article Plouégat-Moysan
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Morlaix
Canton Plouigneau
Intercommunalité Pays de Morlais
Maire
Mandat
François Girotto
2014-2020
Code postal 29650
Code commune 29183
Démographie
Gentilé Plouégatais
Population
municipale
670 hab. (2013)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 34′ Nord 3° 37′ Ouest / 48.57, -3.61
Superficie 14,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Plouégat-Moysan

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Plouégat-Moysan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plouégat-Moysan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plouégat-Moysan

Plouégat-Moysan [pluegat mwazɑ̃] (en breton : Plegad-Moezan) est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Révolution française[modifier | modifier le code]

Plusieurs des lieutenants du chef chouan Jean François Edme Le Paige de Bar, dont Jean-Louis Tanguy, dit Ulysse et Roland Madiou, dit Sans-Quartier, tous deux originaires de Plouégat-Moysan et Poëns-Kerily, dit Philippe, sont arrêtés en janvier 1799, dénoncés par François Marie Buhot de Kersers, ancien prêtre défroqué de Guerlesquin[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 1991 Yves Derrien    
1991 2001 Robert Kermarrec    
2001 2008 Alfred Lachuer    
2008 en cours François Girotto    

Monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Pierre (XVIIIe siècle), en forme de croix latine à chevet plat et sans bas-côtés, reconstruite entre 1874 et 1879. Le clocher de l'ancien édifice, édifié en 1700 par l'architecte Maurice Taoc, a été conservé. La flèche abattue par la foudre dans la nuit du 8 au 9 janvier 1886 a été reconstruite en 1902. Elle est du même type que celle de Guerlesquin.
  • Chapelle Saint-Méen et Saint-Judicaël (1830).
  • Manoir de Trogoff (1643), édifié par Jean de Pensornou, seigneur de Trogoff, époux de Marie de Toulgoët.
  • Croix ou vestiges de croix : Croas-ar-Salud (Moyen Âge), Croas-ar-Mal (Moyen Âge), Saint-Laurent (XIe siècle), les deux croix de Kerbabu (Moyen Âge et XIe siècle), la croix de l'église (1875), la croix relevée en 1959, la croix du couvent (XIXe siècle), Croix-de-Trobara (XIe siècle), Trudujou (XIVe siècle), la croix située près de la chapelle Saint-Méen (XIIIe siècle) ;
  • La fontaine Saint-Laurent (XV-XVIème siècle) et la fontaine Saint-Méen (XVe siècle).

Événements[modifier | modifier le code]

Children in Paradise au Festy'Jeanne 2013
  • Le Puits de Jeanne est un gîte qui organise des soirées comme le festival Festy'Jeanne, organisé pour la première fois en mai 2013 autour de la culture celtique et la musique.

Naissances[modifier | modifier le code]

Décès[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 138 778 1 139 1 258 1 139 1 288 1 335 1 324 1 359
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 338 1 389 1 372 1 216 1 159 1 077 1 106 1 029 1 015
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 064 1 024 1 020 1 019 943 874 837 798 698
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
587 543 500 480 501 545 609 628 658
2013 - - - - - - - -
670 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Daniel Bernard, « Études sur la Chouannerie dans le Finistère », revue Annales de Bretagne, n° 3 et 4, 1937, lire en ligne
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011, 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :