Plinio Corrêa de Oliveira

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la religion
Cet article est une ébauche concernant la religion.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Plinio Corrêa de Oliveira

Plinio Corrêa de Oliveira ( à São Paulo au Brésil, ) est le fondateur du mouvement Tradition Famille Propriété.

Il fut :

catholique, et fondateur de l’Action Universitaire Catholique ;

  • avocat dès 22 ans ;
  • député à 24 ans à l’Assemblée constituante pour la Ligue électorale catholique ;
  • journaliste pour le compte de l’archidiocèse de São Paulo et fondateur de la revue Catolicismo ;
  • professeur des universités, d'abord à l'Université de São Paulo où il est titulaire de la chaire d'Histoire de la Civilisation, puis à l’Université pontificale de São Paulo, titulaire de la chaire d’Histoire moderne et contemporaine.

En 1960, il fonde le mouvement Tradition Famille Propriété. Il devient un important leader de la droite catholique en Amérique latine avec la fondation d'associations sœurs dans ce continent et à travers le monde.

En France, la TFP commence à se faire connaître dans les années 1970, mais rencontre des résistances dans les milieux lebfévristes. Ce n'est qu'en 1981, lors d'une grande campagne contre l'autogestion socialiste de François Mitterrand que Plínio devient célèbre dans l'Hexagone. Son article, long de six pages, est publié partout dans le monde, mais censuré en France, et ce, de façon inexplicable. Le Figaro, qui avait été payé pour le publier changea d'avis au dernier moment sans donner d'explications. Quelques mois plus tard, les Socialistes oubliaient l'autogestion, pourtant au programme.

Plínio fut un admirateur de la France, s'y rendant plusieurs fois. Son dernier voyage en France date de 1988, pour fêter ses 80 ans. Il s'est éteint 7 ans plus tard, dans sa ville de São Paulo, laissant derrière lui un vaste réseau d'associations qui ont par la suite périclité.

Le mouvement Tradition Famille Propriété (TFP)[modifier | modifier le code]

Ce mouvement, fondé au Brésil, s'est organisé sur le territoire français dès 1977, avec la création d'associations telles qu'Avenir de la culture[1] (1986), et Assistance Jeunesse, cette dernière ayant pour but essentiel de collecter des fonds pour le mouvement. Quant à Avenir de la culture, cette association qui avait pour objet ", la promotion, la mise en valeur et la défense du patrimoine culturel européen et occidental " a lancé plusieurs campagnes contre la dégradation des mœurs à la télévision et dans les médias : - campagne TV-Plébiscite , - campagne Explosion en chaîne des consommateurs mécontents, campagne marée noire - campagne contre les préservatifs, campagne contre le bicentenaire . TFP a été vue comme une secte des plus agressives, menant un combat pour les valeurs morales et chrétiennes de l'Occident[2]. Mais sous couvert de défendre les valeurs de la civilisation chrétienne, TFP aurait eu à cœur de défendre ses objectifs politiques et paramilitaires. Son fondateur, Plinio, considéré comme un prophète par ses adeptes, a affirmé que sa mission est de "remplacer l'Église catholique et de lutter contre le communisme afin d'établir un âge d'or où serait restaurée la chrétienté."[3]

Scandale à l'école Saint-Benoît[modifier | modifier le code]

Au début des années 1980, TFP sera, en France, au cœur d'un premier scandale. L'école Saint-Benoît (dans le Berry) , qu'elle a créée, inquiètent les parents d'élèves. Les enfants reviennent l'humeur sombre et secrète, en proie aux angoisses. Les mœurs de cette école privée, proposant des ''stages'' au Brésil, finissent par être dévoilées, ainsi que les véritables buts de la TFP: endoctrinement, fanatisation des élèves. "Le personnel d'encadrement de l'internat, composé pour la plupart de Brésiliens, exerçait sur les jeunes élèves une sorte d'action psychologique les incitant à devenir les adeptes militants d'une certaine association étrangère, (...)" (jugement rendu par le Tribunal de grande instance de Châteauroux, le 25-08-1982)[4].

Les principaux griefs contre la TMP[modifier | modifier le code]

Les principales accusations portées à l'encontre du mouvement TFP portent sur :

- l’escroquerie intellectuelle ;

- l’endoctrinement ;

- la destruction de la personne des adeptes et l’éloignement de leur famille ;

- le culte rendu à la personne du fondateur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Avenir de la culture est un groupe inscrit sur la liste des sectes du rapport parlementaire de 1995) Source: BULLES, n)30, 2e trimestre 1991)
  2. « TFP », sur sos-derive-sectaire.fr,‎ (consulté le 19 mai 2016)
  3. « Tradition-Famille-Propriété: Une secte influente », sur CCMM (Centre contre les manipulations mentales) (consulté le 19 mai 2016)
  4. « Tradition, Famille, Propriété : Avenir de la culture », sur prevensectes.com (consulté le 19 mai 2016)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Plinio Corrêa de Oliveira, Noblesse et élites traditionnelles analogues dans les allocutions de Pie XII, Éditions TFP, 1995
  • Roberto de Mattei, Le Croisé du XXe siècle, Plinio Corrêa de Oliveira, Éditions L'Âge d'Homme, 1997