Pleurtuit

From Wikipédia
Jump to: navigation, search
Pleurtuit
Mairie de Pleurtuit.
Mairie de Pleurtuit.
Blason de Pleurtuit
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Saint-Malo
Canton Dinard
Intercommunalité Communauté de communes de la Côte d'Émeraude
Maire
Mandat
Alain Launay
2014-2020
Code postal 35730
Code commune 35228
Démographie
Gentilé Pleurtuisien
Population
municipale
6 114 hab. (2011)
Densité 206 hab./km2
Population
aire urbaine
31 638 hab. (2010[1])
Géographie
Coordonnées 48° 34′ 50″ N 2° 03′ 25″ O / 48.5805555556, -2.05694444444 ()48° 34′ 50″ Nord 2° 03′ 25″ Ouest / 48.5805555556, -2.05694444444 ()  
Altitude 83 m (min. : 0 m) (max. : 92 m)
Superficie 29,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Pleurtuit

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Pleurtuit

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pleurtuit

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pleurtuit
Liens
Site web www.pleurtuit.com

Pleurtuit est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne.

Ses habitants sont appelés les Pleurtuisien(ne)s.

Géographie[edit | edit source]

Située dans le triangle formé par Dinard, Dinan et Saint-Malo, la commune est limitrophe des Côtes-d'Armor. Intégrée dans l'unité urbaine de Dinard et à proximité des pôles d'emploi de Saint-Malo et de Dinan, la commune connaît une nette poussée démographique depuis le début du 21e siècle.

Communes limitrophes[edit | edit source]

Communes limitrophes de Pleurtuit
Saint-Briac-sur-Mer Saint-Lunaire, Dinard La Richardais
Ploubalay Pleurtuit
Tréméreuc Plouër-sur-Rance, Pleslin-Trigavou Le Minihic-sur-Rance, Langrolay-sur-Rance

Lieux-dits et écarts[edit | edit source]

Hydrographie[edit | edit source]

Géologie[edit | edit source]

Faune - Flore[edit | edit source]

Du point de vue de la richesse de la flore, Pleurtuit est à la dixième place des communes du département possédant dans leurs différents biotopes le plus de taxons, soit 605 pour une moyenne communale de 348 taxons et un total départemental de 1 373 taxons (118 familles). On compte notamment 32 taxons à forte valeur patrimoniale (total de 207) ; 16 taxons protégés et 19 appartenant à la liste rouge du Massif armoricain (total départemental de 237)[2].

Toponymie[edit | edit source]

Attesté sous les formes Plerestu, Plerestuit 1181, Plurestuit 1231, Pleurtuit 1382.

Nom sans rapport avec les toponymes normands en -tuit.

Il s'agit d'un nom de lieu brittonique composé de plebs en vieux breton « église pouvant baptiser », puis « paroisse » en breton, suivi peut-être du nom de personne chrétien d'origine latine Restitutus.

Il semble que, dans l'Ille-et-Vilaine (et dans la Loire-Atlantique : Plessé), les produits de plebs n'ont jamais évolué en Plou- / Plo- comme à l'ouest de la Bretagne, car le recul du Breton, dans les endroits où il était parlé, y a été plus précoce. On trouve plus généralement les formes Ple(s)-/ Plé- (Pléchâtel, Plesder, Plerguer, etc.)

Histoire[edit | edit source]

Église de Pleurtuit : la flèche du clocher détruit pendant la Seconde Guerre mondiale

Ville de marins, Pleurtuit a été pendant un temps le lieu de production des craquelins, spécialité locale cuite dans les fours du Bourgneuf.

XVIIe au XIXe siècles[edit | edit source]

L'Abbaye Notre-Dame du Tronchet possédait le bailliage du Fretay qu'elle avait aliéné[3].

La Révolution[edit | edit source]

L’organisation des fêtes révolutionnaires témoigne de l’accueil favorable de la population de Pleurtuit aux changements apportés par la Révolution française, surtout après la fin de la Terreur :

Les autres fêtes républicaines sont peu suivies, notamment à cause du manque de succès du calendrier républicain, qui fait que les fêtes d’Ancien Régime et les nouvelles ne coïncident pas[5]. On peut citer les fêtes de la Jeunesse, de la Reconnaissance, au printemps.

XXe siècle - XXIe siècle[edit | edit source]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'église perdit son clocher qui gênait l'activité aérienne allemande sur l'aérodrome voisin. Pleurtuit, situé dans le sud du canton de Dinard, fermait la poche de Saint-Malo au sud-ouest. Le 8 août 1944 au matin, les troupes américaines lancent l'assaut après une préparation d'artillerie sur Pleurtuit mais déchantent vite : elles rencontrent une forte résistance devant la ferme de la Vieuville, à droite de la route Dinan-Dinard, et à gauche, après la traversée de Tréméreuc, un bataillon du 121e régiment de la 8e division d'infanterie (Golden Arrow) est encerclé au sud de l'aérodrome et ne sera délivré que le 12. Ce même jour, après de nouveaux assauts américains devant la ferme de la Vieuville dont les abords sud avaient été transformés par les Allemands en véritable champ de tir avec repérages, les Américains vont prendre enfin Pleurtuit et pouvoir poursuivre vers Dinard, après avoir subi des pertes importantes[6].

Politique et administration[edit | edit source]

Tendances politiques et résultats[edit | edit source]

Liste des maires[edit | edit source]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1865   Jean-Baptiste Brindejonc des Moulinais   Conseiller général d'Ille-et-Vilaine
1903 1933 Jean Brugard    
1947 1977 Jean Boyer    
1977 1989 Joseph Launay PS  
mars 1989 mars 2001 Charles Thépaut RPR  
mars 2001 mars 2008 Antoine Berry UMP  
mars 2008 en cours Alain Launay[7],[8] PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[edit | edit source]

Population et société[edit | edit source]

Démographie[edit | edit source]

En 2011, la commune comptait 6 114 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5 407 6 596 5 199 7 826 8 352 6 019 6 398 4 589 4 912
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5 330 5 481 5 552 5 308 5 238 4 227 4 170 4 184 3 905
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 059 3 808 4 084 3 709 3 773 3 722 3 548 3 002 3 574
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
3 608 3 776 3 764 4 165 4 428 4 547 5 346 5 565 6 114
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[edit | edit source]

La ville compte deux écoles primaires et deux maternelles:

  • Groupe scolaire Joseph Launay : maternelle et école primaire publiques
  • École et maternelle privées Saint-Pierre

Services Publics[edit | edit source]

Dans la ville, il y a :

Vie associative et culturelle[edit | edit source]

La ville compte plusieurs équipements culturels :

On compte une centaine d'associations sportives ou culturelles qui proposent toutes sortes d'activités :

Plusieurs structures sportives sont installées en ville, une salle de tennis, plusieurs terrains de football, une salle omnisports, une salle de danse.

Le 30 août 2013 est prévu l'inauguration de la nouvelle salle de sport par la ministre des sport Valérie Fourneyron

Économie[edit | edit source]

Commune à vocation plutôt agricole, elle se développe néanmoins dans le domaine du tourisme avec l'ouverture de nombreux gîtes ruraux.

Le centre-ville compte de nombreux commerces (boulangeries, boucheries, opticien, pharmacie...) et services (notaires, médecins, agences immobilières...) et la commune compte plus de 50 entreprises (plomberie, électricien, carreleur...).

Desservie par l'aéroport de Dinard Pleurtuit Saint-Malo, la ville profite de cette ouverture dans le domaine du tourisme (liaison avec Londres) mais aussi par les activités économiques que cela suscite (réparation des avions, fret...)

Commerces et services[edit | edit source]

Grandes marques:

Culture locale et patrimoine[edit | edit source]

Lieux et monuments[edit | edit source]

La commune compte un monument historique :

  • Le château de Montmarin, construit sur les bords de Rance en 1760 par Aaron Magon, armateur malouin. Le château et une partie des jardins ont été classés par arrêté du 20 juillet 1966, le reste du domaine a été classé par arrêté du 2 mai 1995. De plus, il constitue un site inscrit suite à l’arrêté du 5 novembre 1945[12]

Autres lieux notables :

Personnalités liées à la commune[edit | edit source]

  • Marcel Brindejonc des Moulinais, aviateur du début du XXe siècle, séjourna dans un manoir de Pleurtuit (aujourd'hui situé rue Saint-Guillaume). Ce pilote repose depuis le 6 juillet 1922 dans le cimetière de Pleurtuit.
  • Geoffroy Dauvergne (1922-1977), peintre fresquiste, séjourna à l'Écluse où il avait son atelier de 1957 à sa mort.
  • Jess Hahn (1921-1998), acteur d'origine américaine, né dans l'Indiana, a vécu à Pleurtuit à partir des années 1980 jusqu'à la fin de sa vie.
  • Marcel Carfantan (1933-), ancien coureur cycliste.
  • François Broussais (1772-1838) Médecin de l'Empire, il vécut à Pleurtuit durant son enfance, une plaque est visible sur la rue Saint-Guillaume à effigie sur la maison de ses parents.

Héraldique[edit | edit source]

Blason Blasonnement :
Écartelé : au premier de sinople au navire de trois mâts d’or, au deuxième d’argent aux deux clefs de gueules passées en sautoir, aux pannetons de sable, cantonnées en chef d’une moucheture d’hermine du même, au troisième d’argent à la gerbe de blé de gueules, liée de sable, au quatrième de sinople au vol d’argent soutenu d’un petit annelet d’or.

Voir aussi[edit | edit source]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[edit | edit source]

Archives[edit | edit source]

  • Fonds de la seigneurie de La Vieuville en Pleurtuit, (aveux...), (Archives I&V), Fonds 68 J, (0,60 ml).

Articles connexes[edit | edit source]

Liens externes[edit | edit source]

Notes et références[edit | edit source]

Notes[edit | edit source]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[edit | edit source]

  1. INSEE : évolution de la population de l'aire urbaine de Dinard.
  2. Louis Diard, La flore d'Ille-et-Vilaine, Atlas floristique de Bretagne, Rennes, Siloë, 2005, carte p. 170.
  3. Déclarations de 1685 et 1790
  4. Louis Dubreuil, « Fêtes révolutionnaires en Ille-et-Vilaine », in Annales de Bretagne, volume 21, tome 4, 1905, p. 398-399
  5. a et b Dubreuil, Fêtes..., p. 397
  6. Jean-Claude Petit, La Bataille de Pleurtuit
  7. Pleurtuit sur le site de la Communauté de communes de la Côte d'Émeraude
  8. « Les maires élu du 1er tour », Dimanche Ouest-France, no 534,‎ 15 mars 2008, p. 10-11 (ISSN 1285-7688)
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  11. http://www.magasins-u.com/superu-pleurtuit
  12. « Notice no PA00090657 », base Mérimée, ministère français de la Culture