Plaque indo-australienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Plaque indo-australienne
Image illustrative de l’article Plaque indo-australienne

Composition Lithosphère océanique
Déplacement
· Direction :
· Vitesse :

nord
5,6 - 3,7 cm/an
(référentiel : plaque africaine)

La plaque indo-australienne est une plaque tectonique majeure de la lithosphère de la planète Terre incluant le continent australien et l'océan le baignant, et s'étend au nord-ouest jusqu'au sous-continent indien et les eaux adjacentes. Elle était formée par la fusion des plaques indienne et australienne il y a approximativement 43 Ma[1].

Mouvements de la plaque[modifier | modifier le code]

La partie orientale (Australie) se déplace vers le nord à une vitesse de 5,6 cm/an alors que la partie occidentale (Inde) ne se déplace qu'à une vitesse de 3,7 cm/an en raison de l'obstacle himalayen. Ce mouvement différentiel entraîne la compression de la plaque indo-australienne à son centre à Sumatra conduisant à sa division en plaque indienne et australienne[2],[3]. Une troisième plaque, la plaque du Capricorne, serait également en train de se séparer du côté ouest de la plaque indienne[4]

Séparation[modifier | modifier le code]

Des études récentes et des preuves basées sur des évènements sismiques, tels que les séismes de 2012 dans l'océan Indien, suggèrent que la plaque indo-australienne peut s'être fracturée en deux ou trois plaques différentes à cause du stress exercé par sa collision avec la plaque eurasiatique le long de ce qui devint l'Himalaya[5],[6] et que la plaque indienne et australienne se seraient séparées depuis au moins 3 Ma[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) M. H. Monroe, « The Indo-Australian Plate », sur austhrutime.com (consulté le 9 février 2019)
  2. (en) Colin Barras, « Earth cracking up under Indian Ocean », New Scientist, no 2884,‎ (lire en ligne, consulté le 9 février 2019)
  3. (en) Matthias Delescluse, Nicolas Chamot-Rooke, Rodolphe Cattin, Luce Fleitout, Olga Trubienko et Christophe Vigny, « April 2012 intra-oceanic seismicity off Sumatra boosted by the Banda-Aceh megathrust », Nature, vol. 490, no 7419,‎ , p. 240-244 (DOI 10.1038/nature11520)
  4. (en) Lee Siegel, « Sumatra quake was part of crustal plate breakup: Study shows huge jolt measured 8.7, ripped at least 4 faults », sur Phys.Org, (consulté le 9 février 2019)
  5. (en) « Press Release: An Earth Plate Is Breaking in Two », sur www.columbia.edu
  6. (en) R. R. Hillis et R. D. Müller, Evolution and Dynamics of the Australian Plate, vol. 372, Geological Society of America, (ISBN 9780813723723, DOI 10.1130/SPE372)
  7. Seth Stein, Giovanni Sella et Emile A. Okai, « The January 26, 2001 Bhuj Earthquake and the Diffuse Western Boundary of the Indian Plate », American Geophysical Union,‎ (DOI 10.1029/GD030p0243, lire en ligne, consulté le 9 février 2019)