Plaque de cheminée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plaque de cheminée dans la maison natale de Jeanne d'Arc à Domrémy

La plaque de cheminée est une plaque de fonte apposée contre le mur du fond de l'âtre d'une cheminée pour protéger le mur de la chaleur excessive et renvoyer les ondes de chaleur vers l'intérieur de la pièce.

Au début du XVe siècle, les cheminées intérieures sont garnies de céramiques décoratives et de plaques en fonte (plus rarement en cuivre, en pierre et en bronze). Leurs décors sont variés (allégories, scènes bibliques ou mythologiques, emblèmes), les familles nobles privilégiant les armoiries. Les plaques en fonte se généralisent au milieu du XVIe siècle[1].

En France, la plus ancienne plaque pentagonale en fonte de fer, aux armes du roi René d'Anjou (1431-1453), est conservée au musée Lorrain. Cette plaque porte différents noms selon les régions : elle est en particulier appelée taque dans le nord-est et l'est du domaine d'oïl (en Belgique par exemple, ou en Lorraine)[2]. On trouve aussi le mot ancien contrecœur (ou plaque de contrecœur)[3] et également plaque à feu.

D'après Réaumur, ces plaques étaient réalisée en fonte brute, celle de première fusion, de la même matière dont on faisait les gueuses destinées à l'affinage[4].

Le décret du 18 vendémiaire an II ordonne la destruction des plaques présentant des décors féodaux. La Convention nationale décrète quatre jours plus tard que « dans un délai d’un mois les propriétaires de maisons seront tenus de faire retourner les plaques de cheminées qui porteront le ci-devant écu de France ou de figures féodales ». La Révolution française est à l'origine de la disparition de beaucoup de ces plaques et il faut attendre la deuxième moitié du XIXe siècle pour retrouver des œuvres de grande qualité[5].

Elles présentent généralement un motif en relief et assez souvent les armoiries du propriétaire du lieu et la date de sa réalisation.

Il est parfois difficile de dater les plaques par leur style car les moules peuvent servir à fabriquer ces contrecœurs pendant de nombreuses années (il existe au encore au XXIe siècle des moules ayant de plus de deux cents ans). Les plaques sont donc plutôt datées par une date, une dédicace[6].

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Claude Renard, L'âge de la fonte : un art, une industrie, 1800-1914, Éditions de l'Amateur, , p. 170
  2. Définitions lexicographiques et étymologiques de « taque » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales.
  3. Entrée « Contrecœur » dans le Dictionnaire de l'Académie française, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  4. René-Antoine Ferchault de Réaumur. L'art de convertir le fer forgé en acier,: et L'art d'adoucir le fer fondu, ou de faire des ouvrages de fer fondu aussi finis que de fer forgé.Michel Brunet, 1722. Consulter en ligne
  5. Jean-Claude Renard, L'âge de la fonte : un art, une industrie, 1800-1914, Éditions de l'Amateur, , p. 171
  6. Catherine Arminjon, Nicole Blondel, Objets civils domestiques : principes d'analyse scientifique, vocabulaire, Inventaire Général des Monuments et des Richesses Artistiques de la France, , p. 454

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Lizot, « Plaques de cheminées armoiriées de l'Eure », Connaissances de l'Eure, n°35, 1980 ; n°43, 1982 ; n°57, 1985
  • Bernard Lizot, « Les Plaques de cheminées anciennes », Connaissances de l'Eure, n°45, 1988
  • Henri Carpentier, « Plaques de cheminées », F. De Nobele, 1967, 476 p.

Lien externe[modifier | modifier le code]