Plantières Queuleu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Plantières-Queuleu
Plantières Queuleu
Queuleu vu depuis le centre Pompidou-Metz, avec au centre l’église de l’Immaculée Conception, et le temple en retrait à gauche
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Ville Metz
Arrondissement Metz
Canton Metz-Ville-2
Code postal 57070
Démographie
Gentilé Cuculotin
Population 13 108 hab.
Densité 3 449 hab./km2
Fonctions urbaines Quartier résidentiel et historique
Étapes d’urbanisation Époque moderne, Époque contemporaine
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 07″ nord, 6° 11′ 45″ est
Superficie 380 ha = 3,8 km2
Cours d’eau Seille, ruisseau de la Cheneau (souterrain)
Site(s) touristique(s) Fort de Queuleu, église de l’Immaculée-Conception, temple de Metz-Queuleu, cimetière de l’Est, hôpital militaire Legouest
Transport
Gare Metz-Ville
Bus Mettis MA, Mettis MB,L4, L4a, L4b, C12, C14 et C17
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plantières-Queuleu

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Plantières-Queuleu

Géolocalisation sur la carte : Metz

Voir sur la carte administrative de Metz
City locator 14.svg
Plantières-Queuleu

Plantières Queuleu est un quartier de Metz constitué de l’ancienne commune de Plantières et de l’urbanisation de la pente du fort de Queuleu, le quartier est rattaché à la commune de Metz depuis 1906.

Ses habitants sont nommés les Cuculotins.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Plantières[modifier | modifier le code]

  • Planturis (1161), Planteires (1209), Plantierez (1341), Planteire (1436), Plaintière (1485), Plantier & Plantierre (1756).
  • Piantire en Lorrain.

Queuleu[modifier | modifier le code]

  • Cuclido ou Cuelido en 945.

Deux hypothèses[réf. nécessaire] sur l’étymologie du nom :

  • Quelle (source en allemand) ;
  • Queu Leu (Queue du Loup). En effet, les habitants de Queuleu étaient pour leur majeure partie des agriculteurs. Ainsi lors des trois jours qui précèdent la fête de l'Ascension, les habitants avaient pour coutume de processionner à travers champs durant les Rogations. Ils marchaient ainsi à la queue leu leu, les uns à la suite des autres, comme des leux (loups en vieux français). Cette hypothèse serait d'autant plus plausible qu'à l'époque << se promener en queue leu leu >> était synonyme de processionner pour les Rogations. [1]

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Plantières-Queuleu était à la base scindée en deux communes : Plantières, intégrant l'extrême nord du territoire actuel et l'est du quartier de Bellecroix, et Queuleu, comprenant le reste.

Le quartier est marqué par la présence de la Seille et de sa vallée, dans sa partie ouest, tandis que la colline de Bellecroix marque sa partie nord. Il est situé au cœur géographique de la ville de Metz, encadré au nord par le quartier de Bellecroix, comprenant la colline homonyme, à l’ouest par celui du Sablon, au sud par Magny, et à l’est par Borny, Grigy-Technopôle et Vallières-Les Bordes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Blason du village de Plantières, partie nord de l'actuel quartier en plus d'une section de Bellecroix

Queuleu, sur sa colline, était un lieu-dit de la communauté de Plantières. Des Messins aisés y font construire de belles demeures à la veille de la Révolution (Gardeur-Lebrun, ingénieur, Ladoucette, avocat au parlement de Paris…).

Le 1er avril 1908, la commune de Plantières-Queuleu sont officiellement intégrées au district urbain de Metz (Stadtkreis Metz).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • chapelle de l’hôpital Legouest ;
  • chapelle du cimetière de l’Est ;
  • cimetière de l’Est : crée en 1832, les deux entrées du cimetière datent de 1834 et 1864. Il est aujourd’hui inscrit à l’inventaire du patrimoine pour ses sépultures anciennes, l’architecture de certaines tombes et la notoriété de ceux qui y reposent[2].
  • église de l’Immaculée-Conception, 47 rue du Trois-Evêchés ; l’architecte Joseph Muller commence la construction en juin 1913, elle est interrompue par la guerre ; un nouvel architecte nommé Collin reprend les travaux en 1919 : le projet initial est revu faute de budget, la flèche est abaissée de dix mètres et la décoration sculptée est allégée ; l’édifice est consacré le 24 juillet 1924. Le tympan du portail principal est retravaillé et sculpté en 2014 pour les 100 ans de l'église[3];
  • église Saint-Bernard, 1 rue Monseigneur Pelt ; construite entre 1952 et 1955, l’édifice pourrait être comparé à un temple romain flanqué d’un clocher ; bénie par Mgr Heintz le 26 juin 1955 ; d’abord rattachée à la paroisse de Queuleu sous la forme d’un vicariat résidentiel, elle acquiert son indépendance en 1986 ; le Christ — œuvre maîtresse de l’église —, la statue en bois du Sacré-Cœur et le chemin de croix sont réalisés par J. Saur ; des vitraux réalisés par de jeunes artistes parisiens illustrent le Salve Regina ; le tableau de la tribune représente saint Bernard de Clairvaux prêchant la deuxième croisade à Vézelay ; les cloches, primitivement installées sur l’église Saint-Paul et Sainte-Rita d'Alger, ont été rapatriées en 1965 et offertes à l’église Saint-Bernard[4].
  • temple protestant de Queuleu, rue du roi Albert, inauguré en 1904 : édifice de style néo-roman construit en grès rose et en pierre de Jaumont dans le même esprit que le temple Neuf ; œuvre de Ludwig Levy de Karlsruhe ; le tympan représente la Sainte Cène et un Christ ; la tour est décentré sur la gauche de l’édifice ; l’intérieur est éclairé par deux roses latérales ; coupole centrale et galerie surmontée de tribunes à gauche[5].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École primaire/maternelle Camille Hilaire.
  • Collège Philippe-de-Vigneulles, 20, rue des Déportés.
  • Collège/Lycée/BTS privé Jean-Baptiste De la Salle.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Pierre-Émile Kiffer, « Le nom de lieu messin Queuleu », Le Messin, 1932, 32 p.
  • Henri Hiegel, « Les noms de Queuleu, Plantières et Magny », Les Cahiers lorrains, no 3, 1972, pp. 74-80.
  • « Metz. Quartier Queuleu-Tivoli », Vivre à Metz, no 8, 1974, pp. 40-45.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Académie nationale de Metz Auteur du texte, « Mémoires de l'Académie nationale de Metz », sur Gallica, (consulté le 27 octobre 2016)
  2. Miroir du temps de Metz — Carte postale de l’entrée du cimetière de l’Est donnant sur l’avenue de Strasbourg à Queuleu début 1900, apposée d’une photo d’octobre 2008.
  3. du temps de Metz — Carte postale de Queuleu à l’angle des rues des Trois-Évêchés et de la rue de Tivoli, apposée d’une photo d’octobre 2008.
  4. Église Saint-Bernard sur le site de la mairie de Metz. Consulté le 10 octobre 2009.
  5. « Le temple protestant de Queuleu » dans Metz Magazine, hors série Les Journées européennes du patrimoine 17 & 18 septembre 2011 à Metz, septembre 2011, Metz, p. 7.