Plan d'eau du Canada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plan d'eau du Canada
La Base nautique du plan d'eau du Canada
La Base nautique du plan d'eau du Canada
Administration
Pays Drapeau de la France France
Ville Beauvais
Géographie
Coordonnées 49° 27′ 07″ nord, 2° 03′ 28″ est
Type Lac
Superficie 36 ha
Hydrographie
Alimentation Thérain
Émissaire(s) Thérain, rivière de Saint-Just, Rivière de Saint-Quentin
Îles
Nombre d’îles 1
Divers
Commentaire Pavillon Bleu d'Europe

Géolocalisation sur la carte : Oise

(Voir situation sur carte : Oise)
Plan d'eau du Canada

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Plan d'eau du Canada

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Plan d'eau du Canada

Le Plan d'eau du Canada est un lac situé au nord-ouest de Beauvais et le long du Thérain, un affluent de l'Oise.

Sur la rive droite du Thérain[1], il possède un sentier tout au long de ses berges sur une longueur de 3 kilomètres et est ouvert à la baignade de juillet à août. Celui-ci était autrefois divisé en deux parties inégales par une digue détruite en 1999. Seul un îlot est resté au milieu du lac en étant interdit au public.

Le plan d'eau du Canada vu sur OpenStreetMap

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le plan d'eau peut absorber 320 000 m3 d'eau, ce qui représente environ deux jours de crue du Thérain[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon l'historien Henri Fromage, « “Canada” vient de “can en dent”, un champ en forme de dent, comme l'attestent les anciens cadastres. Au siècle dernier, c'était un champ de courses de chevaux et de lévriers »[3].

Historique[modifier | modifier le code]

C'est au début des années 1970 que commence l'exploitation d'une carrière de sables et de graviers alluvionnaires par les Carrières Chouvet sur le site de l'actuel plan d'eau, à cheval sur les communes de Beauvais et de Fouquenies[4],[5].

En 1981, un projet de réaménagement de la carrière en lac artificiel est initié[6] par le maire de Beauvais de l'époque, Walter Amsallem[7]en relation avec la société carrières Chouvet implantée à Therdonne (Oise).

En 1995 est installée la base nautique du plan d'eau[8], ainsi qu'une première aire de jeux. La seconde sera installée en 2001[6].

L'accès sécurisé à la baignade est autorisé en 1997[6].

En , le Thérain connaît cinq jours de forte crue. Le plan d'eau arrive à saturation, l'eau envahit alors les marécages situés en aval avant d'arriver au quartier de Saint-Just-des-Marais. La ville envisage de réaliser une digue en aval qui permettrait de retenir 100 000 m3 d'eau supplémentaire[2].

En , le label Pavillon Bleu d'Europe est attribué au plan d'eau. La plage artificielle du lac ouvre un mois plus tard[9]. C'est cependant la même année, en , que la puce de canard est introduite sur le site[10]. La fréquentation chute à 9 000 entrées sur l'ensemble de la saison, contre 21 000 l'année précédente[11].

En 2007, le label Pavillon Bleu est perdu[12], avant d'être récupéré l'année suivante[13].

Le plan d'eau est une zone très prisée des sportifs qui peuvent venir y pratiquer de nombreuses disciplines comme la course à pieds, de l'aviron ou encore du vélo.

Activités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Thérain (H21-0400) » (consulté le 8 mai 2012)
  2. a et b Frédéric Hennebert, « Une digue au Canada pour retenir 100 000 m 3 d'eau », sur Le Parisien, (consulté le 8 octobre 2015)
  3. « Mairie de Beauvais - Plan d'eau du Canada » (version du 14 mars 2004 sur l'Internet Archive)
  4. Brigitte Bruandet, « Le cri d’alarme des Carrières Chouvet », Picardie la Gazette, no 3410,‎ , p. 62-63 (ISSN 2111-336X, lire en ligne)
  5. Patrick Caffin, « C’est la fin de la carrière historique du plan d’eau », sur Le Parisien, (consulté le 8 octobre 2015).
  6. a, b et c « Beauvais: Il y a dix ans… Le plan d'eau du Canada affichait un autre visage », sur L'Observateur de Beauvais, (consulté le 8 octobre 2015)
  7. « Amsallem promu commandeur », sur Le Parisien, (consulté le 8 octobre 2015)
  8. « Bleu rose, la vraie couleur du pavillon du plan d'eau », sur Le Courrier picard, (consulté le 8 octobre 2015)
  9. « Beauvais décroche le Pavillon bleu », sur Le Parisien, (consulté le 8 octobre 2015)
  10. Frédéric Hennebert, « Alerte à la puce du canard », sur Le Parisien, (consulté le 8 octobre 2015)
  11. Olivier Beaumont, « La puce du canard est de retour à Beauvais ! », sur Le Parisien, (consulté le 8 octobre 2015)
  12. David Livois, « La ville perd son pavillon bleu », sur Le Parisien, (consulté le 8 octobre 2015)
  13. Adeline Daboval, « Le plan d'eau du Canada récupère son pavillon bleu », sur Le Parisien, (consulté le 8 octobre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]