Plan Baruch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Plan Baruch est une proposition du gouvernement des États-Unis présentée à la Commission des Nations Unies pour le contrôle de l'énergie atomique par son représentant Bernard Baruch à l'initiative du président Harry Truman en juin 1946. Le plan a été élaboré à la suite du rapport Acheson-Lilienthal.

Il prévoyait

  • d'étendre à tous les États l'échange d'informations scientifiques sur l'atome à des fins pacifiques
  • de mettre en œuvre le contrôle de l'énergie nucléaire
  • d'éliminer les armements nationaux permettant des destructions massives
  • de mettre en place des garanties efficaces par le biais d'inspections et tous autres moyens contre les risques de violation du traité.

L'Union soviétique rejeta ce plan au motif que l'Organisation des Nations Unis était dominée par les États-Unis et leurs alliés occidentaux et qu'elle ne pouvait donc lui faire aveuglément confiance pour exercer un contrôle international sur l'armement nucléaire. Elle suggéra aux États-Unis de supprimer ses propres armes nucléaires avant d'envisager un système de contrôles et d'inspections. Le plan prévoyait en outre qu'aucun membre du Conseil de sécurité des Nations Unis ne pourrait exercer son droit de veto contre les mesures de rétorsion à l'encontre d'un État coupable de violation du traité, ce que les soviétiques ne pouvaient accepter.

Devenue en 1949 une puissance nucléaire, l'URSS a montré un intérêt accru pour la limitation des armements, mais la question du contrôle effectif a toujours été un problème épineux bloquant toute évolution dans ce sens.

Avec l'échec du plan, les deux pays se sont engagés dans la course globale aux armements nucléaires inaugurant la période de guerre froide.