Planète hurlante

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Planète hurlante
Titre québécois Screamers - L'armée souterraine
Titre original Screamers
Sociétés de production Allegro Films
Fries Film Group
Fuji Eight Company Ltd.
The Movie Network
Super Écran
Triumph Films
Pays d’origine Drapeau du Canada Canada
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Japon Japon
Genre science-fiction
Durée 108 minutes
Sortie 1995

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Planète hurlante (Screamers) est un film canado-américano-japonais de science-fiction dystopique réalisé par Christian Duguay, sorti en 1995. Il s'inspire de la nouvelle Nouveau Modèle (Second Variety) de Philip K. Dick, publiée en .

Synopsis[modifier | modifier le code]

Avant le film[modifier | modifier le code]

L'Homme a colonisé la planète qu'il a appelée Sirius 6B pour récolter un minerai extrêmement énergétique : le Bérynium. Seulement, les scientifiques détachés pour analyser le minerai ont détecté que la source parfaite d'énergie ne l'était pas vraiment et qu'elle dégageait en réalité des émanations radioactives mortelles pour les mineurs. Ces derniers, conscients de la gravité des risques encourus à extraire le Bérynium se regroupèrent derrière les scientifiques pour former une entité, l'Alliance, capable de lutter contre le Nouveau Bloc Économique (NBE) qui désirait poursuivre l'extraction du Bérynium sur lequel reposait leur pouvoir économique, et qui menaçait d'utiliser la force.

Leur opposition dégénéra en une guerre thermonucléaire menée par le NBE et qui ravagea la surface de Sirius 6B (et qui détruisit tous ceux qui ne s'étaient pas enterrés). En contre-attaque, les scientifiques de l'Alliance créèrent une nouvelle arme : les Screamers (Hurleurs en version française). Cette arme est aussi appelée Épée Mobile Autonome. C'est en fait une machine autonome capable de détruire toute forme de vie qu'elle attaque avec les scies circulaires dont elle est équipée. Celles-ci produisent un son apparenté à un hurlement strident, ce qui décontenance les humains avant que la machine ne les tue. Cette arme leur a permis de ne pas être rayés de la surface de Sirius 6B…

Les Hurleurs sont paramétrés pour attaquer toute forme de vie, qu'ils détectent à leurs pulsations cardiaques... Les membres de l'Alliance s'en protègent à l'aide d'un bracelet qui ré-émet ces pulsations en déphasé. La production des Hurleurs est entièrement autonome, « les ingénieurs se sont contentés de mettre en marche les chaînes d'assemblage avant de prendre leurs jambes à leur cou ».

L'histoire du film[1][modifier | modifier le code]

Nous sommes en 2078, sur une petite colonie minière de la planète Sirius 6B. Depuis dix ans, la guerre fait rage entre le N.B.E., Nouveau Bloc Économique, et l’Alliance des mineurs qui s’est constituée après que des radiations ont été détectées dans les mines de Bérynium. En représailles contre la révolte des mineurs, le NBE a largué des bombes atomiques sur la population. Pour se prémunir de la radioactivité, les humains doivent fumer des cigarettes rouges. Entre l’Alliance et le N.B.E., c’est maintenant le statu-quo depuis deux ans.

Le film commence avec l'arrivée d'un soldat isolé du NBE vers un des quartiers généraux de l'Alliance. Il est, bien sûr, réduit à néant par les Hurleurs avant qu'il ne réussisse à atteindre le QG. Toutefois, le message qu'il portait - une proposition de trêve émanant du Commandant en Chef des troupes du N.B.E. - est récupéré par un colonel du bunker. L'un des chefs de l'Alliance, sur Terre, leur dit alors de ne pas s'en préoccuper car ils sont eux-mêmes en négociation de paix, ayant enfin trouvé un minerai non radioactif sur une autre planète. Mais le seul rescapé d'un vaisseau de l'Alliance qui s'écrase près du bunker de l'Alliance, leur apprend que le chef dont ils ont vu l'image virtuelle n'est plus en poste depuis deux ans. Prenant alors conscience qu'ils sont manipulés, le colonel Joe Hendricksson décide d'honorer le message et d'aller signer la paix avec le groupe NBE. Il part alors, avec le soldat rescapé du crash, un jeune tireur d'élite, cheminer à travers la lande glacée pour traiter avec le chef ennemi.

Cependant, le principal ennemi n’est plus celui qu’on croit. Les premiers Hurleurs se sont détachés de leurs concepteurs et ont cédé la place à de nouvelles versions plus insidieuses, plus meurtrières, et qui ne font aucune différence entre les antagonistes. Leur unique but : exterminer toute forme de vie humaine.

Dès lors, tout n’est plus qu’une question de survie dans un monde où les apparences seront très trompeuses.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb.

Drapeau du Canada Canada : (Festival international du film de Toronto 1995)
Drapeau des États-Unis États-Unis :
Drapeau de la France France :

Distribution[4][modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Une des scènes a été filmée à l'intérieur du stade olympique de Montréal et une autre dans l'ancien site de l'usine Angus avant la construction du nouveau développement immobilier. Les scènes extérieures ont été filmées à Joliette[5].

Sortie[modifier | modifier le code]

Promotion[modifier | modifier le code]

L'accroche française du film est « En 2078, le danger peut avoir tous les visages ». En anglais, il existe deux slogans[6]:

  • « The last scream you hear will be your own » (« Le dernier cri que vous entendrez sera le votre »)
  • « The silence of space is about to be shattered » (« Le silence de l'espace est sur ​​le point d'être brisé »).

Critique[modifier | modifier le code]

Au début, le film n'a pas reçu un bon accueil, mais il est devenu culte par la suite[réf. nécessaire]. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, Planète hurlante n'obtient que 30% d'opinions favorables pour 30 avis recensés[7].

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film n'a pas été un succès au box-office, ne rapportant que 5 711 695 $ de recettes sur le sol américain[8]. En France, il n'enregistre que 219 936 entrées[2].

Différences entre le film et la nouvelle[modifier | modifier le code]

Les différences par rapport à la nouvelle sont que dans cette dernière :

    • Les antagonistes sont l'URSS et les E.-U. au lieu des machines contre les humains.
    • les machines se dissimulent sous terre pour détruire l'armée soviétique.
    • La majorité de l'humanité s'est réfugiée sur la Lune. La Terre n'accueille plus que de rares humains irradiés.

Suite[modifier | modifier le code]

Planète hurlante 2 (Screamers: The Hunting) est un film canadien sorti directement en vidéo en 2009 et réalisé par Sheldon Wilson[9]. Gina Holden est cette fois-ci l'actrice principale.

La suite se passe plusieurs années après les événements du premier film. Hendricksson n'est jamais revenu sur Terre, car son vaisseau s'est consumé en rentrant dans l'atmosphère terrestre. La cause officielle est le suicide entrainé par le stress post-traumatique, mais la dernière image du premier film est un ours en peluche transformé en Hurleur à bord du vaisseau. La désintégration du vaisseau a empêché la machine tueuse d'arriver sur Terre.

Pendant ce temps, un signal SOS arrive de Sirius 6B. Un contingent de sept soldats, dont la fille de Hendricksson, Lieutenant Victoria Bronte (Gina Holden), est envoyé pour récupérer les derniers humains. Après un voyage de deux mois en sommeil cryogénique, Victoria Bronte veut en savoir plus sur la mort de son père, mais il ne leur reste que six jours avant que la planète soit détruite sous une pluie de météorites. Pour ne rien arranger, le commandant de la mission, Andy Sexton joué par Greg Bryk, remet en marche un Hurleur qui rend inutilisable le vaisseau leur permettant de quitter la planète. En communiquant avec les survivants, tout d'abord hostiles, ils apprennent que les machines sont devenues plus complexes et évoluent sans cesse.

Comme le premier opus, les critiques de Planète hurlante 2 ont été mitigées, la trame étant identique au premier film. Les années séparant les deux films ont malgré tout permis une meilleure qualité des effets spéciaux. Le film met en scène les Hurleurs de base (type 1) ainsi que des Hurleurs d'apparence humaine issus du premier film, mais également des Hurleurs hybrides : des corps humains auxquels ont été ajoutés des implants de Hurleurs ; et des Hurleurs rampant comme des serpents.

Si dans la version française du premier film, les Screamers étaient appelés Hurleurs, ils sont appelés Screamers dans la version française du deuxième film.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Synopsis, sur le site d'Esprit S.F.
  2. a et b « Planète hurlante », sur JP box-office.com (consulté le 20 avril 2015)
  3. (en) Release info sur l’Internet Movie Database
  4. (en)Distribution, sur IMDb.
  5. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database
  6. (en)Slogans, sur IMDb.
  7. (en) « Screamers (1996) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 20 avril 2015)
  8. (en) « Screamers », sur Box Office Mojo (consulté le 20 avril 2015)
  9. (en) Planète hurlante 2 sur l’Internet Movie Database

Liens externes[modifier | modifier le code]