Plaisance (Gers)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Plaisance.

Plaisance
Plaisance (Gers)
Pont sur Arros à Plaisance
Blason de Plaisance
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Mirande
Canton Pardiac-Rivière-Basse
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté de communes Bastides et vallons du Gers
Maire
Mandat
Régis Soubabère
2014-2020
Code postal 32160
Code commune 32319
Démographie
Gentilé Plaisantins, Plaisantines
Population
municipale
1 474 hab. (2016 en augmentation de 0,55 % par rapport à 2011)
Densité 108 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 36′ 24″ nord, 0° 02′ 50″ est
Altitude 131 m
Min. 122 m
Max. 186 m
Superficie 13,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Plaisance

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Plaisance

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plaisance

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plaisance
Liens
Site web plaisancedugers.fr/

Plaisance (Plasença en gascon) est une commune française située dans le département du Gers, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Plaisance est située en Gascogne dans le sud du département du Gers, à l'ouest d'Auch.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Plaisance est limitrophe de six autres communes.

Carte de la commune de Plaisance et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Plaisance[1]
Tasque Lasserade
Galiax Plaisance
Jû-Belloc Saint-Aunix-Lengros Beaumarchés

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Bastide située en Rivière-Basse sur l'Arros à 4 km de sa confluence avec l'Adour et l'ancienne route nationale 646 entre Courties et Riscle. Le ruisseau de Larté, affluent gauche de l'Arros, conflue sur la commune.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 371 hectares ; son altitude varie de 122 à 186 mètres[2].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Plaisance est accessible par la RD 3, depuis Termes-d'Armagnac, au nord, ainsi que par la RD 946, qui relie Préchac-sur-Adour, à l'ouest à Marciac, au sud.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Plaisance fut fondée par le comte Jean Ier d'Armagnac et l'abbé de la Case-Dieu. Cette bastide succédait à un village préexistant. Bastide tardive, Plaisance se développe mal. Elle connut, en outre, les vicissitudes liées aux affrontements entre anglais et français. Plaisance fut ainsi détruite une première fois en 1338 par les Anglais. Elle fut de nouveau incendiée en 1355 par le Prince Noir qui s'opposait à la famille d'Armagnac[3].

La bastide fut reconstruite mais dans des proportions bien plus modestes et fut baptisée Plaisance en lieu et place de son ancien nom : Ribaute (= Rive Haute ou Ripa Alta).

Plaisance végéta pendant toute la période de l'Ancien Régime faute d'importantes fonctions administratives ou religieuses.

Cependant à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, grâce aux frères Louis lanafoërt[4] et joseph Louis Lanafoërt[5], les grands maires bâtisseurs du Plaisance du XIXe siècle[6], Plaisance connaît un réel essor et retrouve les dimensions de l'ancienne bastide. Sous le Second Empire, grâce au gendre de Louis Lanafoërt, Jean-François Doat, maire de Plaisance (1848-1852) et surtout conseiller général du Gers (1858-1869), Plaisance connaît un essor industriel important avec l'ouverture de la gare de Castelnau, et la construction d'un second moulin achevé en 1864, le moulin de Lalanne, disparu au XXe siècle.

Après la fin de la Première Guerre mondiale, qui a vu disparaître la plupart des hommes des grandes familles plaisantines (notamment la famille Sabail et L'Officier, héritière des Lanafoërt et Doat), Plaisance reprit son déclin.

Au XXe siècle, l'activité de la ville tourne autour de l'agriculture et de la viticulture.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 500 et 1 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de quinze[7],[8].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de l'arrondissement de Mirande de la communauté de communes Bastides et vallons du Gers et du canton de Pardiac-Rivière-Basse (avant le redécoupage départemental de 2014, Plaisance était le chef lieu de l'ex-canton de Plaisance).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

mairie de Plaisance
Liste des maires successifs depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1969 Louis Pérès    
1969 1989 Jean-Louis Quéreillahc Rad.ind. puis
UDR puis DVD
puis DVG puis PS
Ecrivain-paysan, conseiller général (1949-1992)
1989 2001 Jean Izaac    
2001 En cours Régis Soubabère[9] UMP-LR Agriculteur retraité - Conseiller général (1992-2011)
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2016, la commune comptait 1 474 habitants[Note 1], en augmentation de 0,55 % par rapport à 2011 (Gers : +0,94 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 2061 2391 1981 5551 6441 7911 8591 9901 954
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 9222 0281 9962 0552 0952 1021 9041 8341 683
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 7251 5481 4151 3911 2991 3791 3461 4121 490
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016
1 5351 5761 5751 6571 4791 4681 4651 4751 474
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[14] 1975[14] 1982[14] 1990[14] 1999[14] 2006[15] 2009[16] 2013[17]
Rang de la commune dans le département 16 15 16 15 16 18 18 18
Nombre de communes du département 466 462 462 462 463 463 463 463

Enseignement[modifier | modifier le code]

Plaisance dépend de l'académie de Toulouse. Les élèves de la commune débutent leur scolarité à l'école maternelle du village (2 classes), regroupant 48 enfants[18], puis à l'école primaire (5 classes), regroupant 92 enfants[19]. Ils poursuivent au collège Louis Pasteur (8 classes), toujours au village[20],[21]. Une antenne du Greta est également installée à Plaisance[22].

Santé[modifier | modifier le code]

Plaisance ne dispose pas d'hôpital, mais plusieurs professionnels de santé sont installés dans la commune : 4 médecins, 1 pharmacie, 2 dentistes, 3 infirmiers, 1 kinésithérapeute, 1 podologue[23].

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique de Notre-Dame de Plaisance dépend de l'archidiocèse d'Auch. Elle regroupe 14 communes autour de celle de Plaisance, dans le secteur pastoral Rivières-Basses[24].

Services publics[modifier | modifier le code]

Plusieurs services publics sont installés à Plaisance : bureau de poste, trésor public, pompiers[25].

Culture et manifestations[modifier | modifier le code]

  • Une salle de cinéma d'art et d'essais, proposant les films commerciaux actuels, accueille également l'« association Ciné 32 », qui anime 23 salles dans le département du Gers[26].
  • RPGers, festival du jeu, créé en 1998, tous les troisièmes weekend d'août[27].
  • Tous les ans, en mai, se tient le Salon des métiers d'art[28].

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Rugby à XV

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

cave coopérative de Plaisance

Plaisance fait partie des Côtes-de-saint-mont (AOVDQS). Rivière-Basse est une région du Gers essentiellement agricole : céréales avec une domination du maïs, soja, vignes et élevage de bovins.

Plaisance possède une cave coopérative de vin de Plaimont producteurs.

Commerces et artisanats[modifier | modifier le code]

En plus d'un marché hebdomadaire, le jeudi matin, sur la place de l'église, la commune dispose de plusieurs commerces, dont deux moyennes surfaces, plusieurs banques et assurances, deux bars, quatre restaurants, deux boulangeries, deux boucheries. Les onze artisans et les habitants du villages ont quatre enseignements de matériaux, ainsi que de nombreux services à leur disposition[31].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Plaisance fait partie des stations vertes, et propose des activités de loisirs de plein air, tel que pêche, natation, canoé, cyclotourisme, équitation[32]. L'hébergement touristique est composé d'un camping 3 étoiles[33], ainsi qu'une chambre d'hôte:Ripa alta

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La place à garlandes du XIVe siècle, noyau du bourg jusqu'au XIXe siècle, montre quelques belles maisons à colombage.
  • L'église Notre Dame de Plaisance, de style néo-gothique, construite au XIXe siècle par l'architecte Durand, reprend le plan de Notre-Dame de Lourdes[34]. En 1988, le facteur Daniel Birouste et l’artiste Daniel Ogier, créaient le Grand Orgue, orgue-retable situé dans le chœur de l'église[35].
  • Tour carrée, vestige de l'ancien rempart du village, détruit au XVIIIe siècle. Elle fut un temps prison, durant la révolution française[36].
  • Hôtel particulier de Lanafoert-Chapelain, XVII-XVIII siècle. Construit par la famille Lanafoert-Chapelain, cet hôtel fut le siège de l'étude de notaire de Plaisance, détenue par la même famille durant plus de 300 ans. C’est un exemple typique de l‘architecture Gascogne de cette époque.
  • Arènes[37].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Sieur Dominique Lanafoërt (1656-1736), consul de Plaisance, notaire royal et avocat en parlement
  • Sieur Etienne Lanafoërt (1695- 1763), consul de Plaisance, notaire royal et avocat en parlement
  • Sieur Jean Gabriel Lanafoërt (1740-1806), consul de Plaisance, notaire royal et avocat en parlement
  • Jean-Jacques de Laterrade (1758-1794), général de la Révolution française
  • Louis Lanafoërt (1782-1819), avocat en parlement, législateur et notaire royal français[38], né à Plaisance, héritier d'une vieille famille gasconne de la noblesse de robe, maire de Plaisance du Gers du 4 mars 1818 au 3 juillet 1819. Louis Lanafoërt, se maria le 2 juin 1806 avec Marie-Henriette Magenc ( 1782-1850) fille de Joseph Magenc, juge de paix, et tante d’Alexandre Magenc (1822-1894), peintre.
  • Joseph Louis Lanafoërt (1788-1842), avocat en parlement et procureur impérial près le Tribunal d'Auch. Il fut également avocat général prés la Cour d'Appel d'Agen, premier Conseiller Général du département du Gers, élu pour le canton de Plaisance (1833-1842). Il fut le grand maire de Plaisance au XIXe siècle (1822-1842). On lui doit le percement de la grande rue et la construction de la place de l'église. Il collabora également avec son frère, Louis, à la rédaction du nouveau Code civil des Français.
  • Jean-Pierre Bonnafont (1805-1891), né à Plaisance, médecin oto-rhino-laryngologue, membre de l'Académie de médecine.
  • Bernard Adolphe Granier de Cassagnac (1806 -1880) journaliste et homme politique bonapartiste, député du Gers (1852 - 1870) (1876 - 1880)
  • Jean-François Doat (1801-1869) Maire de Plaisance (1848-1852), fut le grand conseiller général du Gers (1858-1869), on lui doit une grande partie du développement économique de Plaisance sous le second empire. Epousa la descendante Lanafoërt, Josephe Elmire, le 27 septembre 1831 à Plaisance.
  • Alfred Jean Joseph Napoleón Sabail, né au Château de Montus en 1840, décédé en 1927 à Plaisance, notaire et homme politique libérale, par deux fois maire de Plaisance, (1870-1871) (1908-1920), Président de la Chambre des Notaires du Gers. Il épousa la fille de Jean-François Marie Doat, Louise Doat.
  • Pierre Marius L'officier (1872-1916), Capitaine d'infanterie coloniale du Tonkin, faisait partie de l'état-major de l'armée française du Tonkin, membre de la société de Géographie de Paris, épousa le 1er décembre 1908 à Plaisance, Henriette Sabail,(fille d'Alfred Sabail), héritière des Lanafoërt, héros de verdun, chevalier de la légion d'honneur, chevalier de l'ordre de Malte, croix de guerre. Mort à Verdun en 1916 après avoir sauvé huit de ses hommes lors d'un assaut.
  • Jean Charles L'officier (1913-1974), fils de Pierre Marius L'officier et petit fils d'Alfred Sabail, Héritier des Lanafoërt-Doat, Chef d'entreprise, Président du Bon Marché à Paris, puis vice-président du groupe Lafarge, Cadet de Saumur, Officier de la Légion d'honneur.
  • Émile Pladner (1906 - 1980), champion du monde de boxe anglaise (le 2 mars 1929 au Vélodrome d'hiver).
  • Jean-Louis Quéreillahc (1921-2018), écrivain français et ancien mairie de Plaisance.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes du Gers.
Blason Blasonnement :
De gueules à deux agneaux paissant d'argent en chef et au chien arrêté du même en pointe [39].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. Histoire de Plaisance
  4. Louis Lanafoërt, avocat et notaire royal, maire de Plaisance du 4 mars 1818 au 3 juillet 1819, fit construire l'hôtel de ville actuel, la grande promenade publique, il fit restaurer la totalité des routes, le renouvellement du pavé des rues et l´établissement d'une école d'enseignement mutuel.
  5. Joseph-Louis Lanafoërt, né le 5 mars 1788, décédé le 14 avril 1842, avocat royal, procureur impérial, maire de Plaisance entre 1821 et 1842. il fit construire," la route départementale de Plaisance à Maubourguet, le champ de foire, les promenades sur le bord de la rivière, le pont sur l'Arros, la place Nouvelle, les grands chemins de grande communication de Plaisance à Viella et de Vic Fezensac à Plaisance, la fontaine publique, les approvisionnements en matériaux et les fonds déposés à la caisse communale pour la reconstruction de l'église" Source : Délibérations communales (1883-1844), archives familiales Lanafoërt-Chapelain L'Officier.
  6. Alain Lagors, « La Bastide de Plaisance du Gers au XIXe siècle : croissance et apogée du bourg-marché (vers 1780-1880). », Bulletin de la Société archéologique, historique, litteraire & scientifique du Gers, no 4,‎ , p. 425-464.
  7. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  8. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031261.html.
  9. Site de la préfecture - Fiche de Plaisance
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  14. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  15. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  16. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  17. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  18. école maternelle de Plaisance
  19. école primaire
  20. collège Louis Pasteur
  21. école de la commune
  22. Greta de Plaisance
  23. professionnels de santé à Plaisance
  24. Paroisse catholique de Plaisance
  25. Services publics
  26. cinéma de Plaisance
  27. « Présentation du projet - RPGers », RPGers,‎ (lire en ligne, consulté le 5 août 2017)
  28. « Le 25e Salon des métiers d'art ferme ses portes ce soir », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 17 août 2017)
  29. Site du club
  30. Union sportive plaisantine Rugby
  31. Commerçants
  32. Station verte
  33. insee, hébergement touristique
  34. église de Plaisance
  35. « l'orgue », sur www.plaisancedugers.fr (consulté le 5 août 2017)
  36. Tour Carré
  37. Arènes de Plaisance
  38. Almanach Royal, Annuaire Officiel de la République Française.
  39. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=15526

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]