Place du Coderc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».

Place du Coderc
Image illustrative de l’article Place du Coderc
L'angle nord-est de la place du Coderc en 2009.
Situation
Coordonnées 45° 11′ 03″ nord, 0° 43′ 17″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Ville Périgueux
Quartier(s) La Gare / Saint-Martin
Morphologie
Type Place
Forme Polygonale
Longueur 66 à 70 m
Largeur 34 (de 20 à 46) m
Superficie 1 927 m2

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Place du Coderc

Géolocalisation sur la carte : Périgueux

(Voir situation sur carte : Périgueux)
Place du Coderc

La place du Coderc est une place située à Périgueux, dans le département de la Dordogne, en France.

L'histoire de la place remonte au Moyen Âge. Elle accueille dès lors les bâtiments les plus importants de la cité, dont la maison de la Commune à partir de l'Ancien Régime. Lorsque la première halle est édifiée vers 1400, la place du Coderc devient un lieu notable du marché traditionnel. Au cours des siècles suivants, des familles principalement aisées se succèdent sur et autour de la place, laissant derrière elles des traces de leur patrimoine. Après la Révolution française, le Coderc est la place exécutoire pendant un demi-siècle environ. Le commerce se développe ensuite ; dans les années 1970, on compte une trentaine de magasins dans le quartier.

Localisation[modifier | modifier le code]

La place du Coderc se situe dans le secteur sauvegardé du centre-ville de Périgueux, à proximité immédiate de l'ancien hôtel de ville[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le mot coderc (ou couderc), qui vient du latin coudercum, est un synonyme du mot latin pour évoquer un préau[2]. En ancien occitan, codèrc signifie « enclos, préau, place, pelouse ou pacage communal »[G 1].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La place du Coderc date du Moyen Âge, époque à laquelle elle est plus petite que la place actuelle[G 1] et accueille les plus importants bâtiments de la cité du Puy-Saint-Front[3].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Logis à trois étages dominé par un beffroi.
Le consulat, également appelé la « Maison de ville de Périgueux » (ici en 1646), se situait sur la place du Coderc.

Durant l'Ancien Régime, la maison de la Commune s'élève sur cette place[4]. Dans le traité d'union datant de 1240 entre le Puy-Saint-Front et la Cité[G 2], ce consulat y est mentionné[G 3]. Situé en limite des paroisses de Saint-Silain et de Saint-Front[G 4], le consulat servait également de prison[G 3]. Composé d'un logis à trois étages, il était dominé par un beffroi de six niveaux avec chemin de ronde sur mâchicoulis, surplombé par un lanternon et une girouette[G 3]. Une horloge y est indiquée en 1390[G 5].

Une première halle est édifiée sur la place, probablement vers 1400[G 6].

De 1400 à 1448 un puits est creusé au milieu de la place ; en partie comblé, il est curé en 1490-1491[G 1]. En 1528, la place est pavée[G 1].

La halle, recouverte en 1557, est agrandie en 1570 puis détruite le 29 mars 1650 pour y déloger le régiment de Picardie qui l'occupait[G 6].

Au XVIIe siècle, la place du Coderc est au centre du quartier où les familles fortunées construisent leurs logis[5].

Par suite d'un mécontentement dû aux impôts sur le vin, une émeute a lieu en 1635 : Jean Seguin, le secrétaire du maire, est massacré et son cadavre est jeté dans le puits[G 1] ; celui-ci est colmaté en 1679 mais de façon insuffisante car le conseil municipal vote une souscription en 1839 pour son comblement définitif[G 1].

En 1739, une nouvelle horloge avec jacquemart composé de deux personnages en bois est installée en haut du beffroi du consulat[G 5].

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Un arbre de la liberté est planté en 1793 au milieu de la place du Coderc[G 1]. Précédemment lieu où se dressait le pilori, la place devient, entre 1800 et 1840[G 1], l'espace public où se dresse la guillotine et se déroulent de nombreuses exécutions[6],[7].

Le consulat est démoli en 1829, pour être remplacé par une nouvelle halle, et ce qui reste du bâtiment s'effondre le 23 mai 1830 lors d'un puissant orage[G 7]. Lors du déblaiement des caves du consulat, le 26 août de la même année, une couleuvrine portant la date de 1588 est découverte[Note 1],[G 7].

Au sein du grand projet urbanistique du préfet Charles de Chastenet à Périgueux[8], la nouvelle halle couverte est édifiée en 1832-1833 sur l'emplacement de l'ancien consulat par l'architecte Louis Catoire[G 6]. Son ouverture au public s'effectue le 15 décembre 1833 ; elle est utilisée jusqu'en 1875 pour le marché aux grains puis sert ensuite pour la vente à la criée[G 6].

Du début du XXe siècle à nos jours[modifier | modifier le code]

Le 25 mars 1908, le prêtre Noé Chabot ouvre sur la place un bar-tabac qui accueille régulièrement les cheminots de la Compagnie du Paris–Orléans[9].

En 1953, un projet, resté sans suite, est envisagé pour remplacer la halle par un marché couvert de forme ronde au même endroit, et d'une capacité triple[G 6].

Nombre de commerces par secteur dans la rue des Chaînes[Note 2] et la place du Coderc (années 1970)[8].
Alimentation Équipement de la personne Équipement de la maison Hygiène et santé Culture et loisirs
10 8 2 1 7
Croquis au stylo à bille et au crayon 6B du côté nord de la place du Coderc, à Périgueux.
Croquis de la place du Coderc dessiné par Guy Moll.

En septembre 1979, lors de travaux sur la place du Coderc, deux canons sont découverts au niveau des anciennes caves du consulat ; ils sont exposés dans le jardin du Thouin[G 8].

La halle est réhabilitée en 1999[G 6].

Le 17 juillet 2013 une plaque en hommage à Jean Boussuges (1938–2013), le célèbre « poète du Coderc », est officiellement inaugurée à l'angle avec la rue de la Sagesse[10].

Au début du mois d'octobre 2014, les pavés de la place sont rejointoyés par les agents municipaux[11].

Début 2015, la ville décide de réserver le stationnement sur la place, de mai à septembre, aux personnes à mobilité réduite et aux véhicules de livraison[12].

Économie[modifier | modifier le code]

Selon le quotidien Sud Ouest, le Coderc est la place du « marché traditionnel » en Périgord le mercredi et le samedi[13]. De plus, les halles sont ouvertes tous les matins[14]. Au 9 bis, l'ancien bureau de poste, fermé le [15], est remplacé le par les nouveaux locaux de l'office de tourisme municipal[16].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Architecture[modifier | modifier le code]

Plan schématisé de la place du Coderc.
Plan schématisé de la place.

De forme polygonale irrégulière, le tracé de la place correspond à deux trapèzes accolés, un petit à l'est et un plus étendu à l'ouest. D'une superficie de 1 927 m2 et d'une largeur moyenne de 34 m[G 1], la place a une longueur variant de 66 à 70 m pour une largeur de 20 à 46 m[Note 3].

Le principal élément architectural est la halle du Coderc, construite en 1832-1833, bâtiment rectangulaire qui occupe tout l'ouest de la place[G 6].

Au nord, au no 11, se trouve l'hôtel de Lestrade dont l'entrée se situe au 1 rue de la Sagesse[G 9]. Si l'extérieur ne révèle aucun détail architectural particulier, son escalier Renaissance intérieur avec plafonds à caissons est inscrit au titre des monuments historiques en 1928 puis classé en 2005, alors qu'entre-temps, l'immeuble est intégralement inscrit en 2003[17].

À l'angle nord-est, au 17 place du Coderc, la « maison Lapeyre » (du nom d'un pharmacien qui l'a occupée fin du XVIIIe siècle, début du XIXe siècle) ou la « maison Pouyaud » (du nom de son successeur dans les lieux), fait l'angle avec le 1 rue Limogeanne[G 10], principale voie piétonne du centre historique de Périgueux. La tourelle d'angle polygonale en encorbellement remonterait au XVIIe siècle. L'immeuble en partie détruit par un incendie en 1719 a ensuite été restauré[G 10].

À l'est de la place, le no 10 présente des colonnettes et des chapiteaux du XIIIe siècle[G 1].

La façade nord de l'ancien hôtel de ville[Note 4] donne à l'angle sud-ouest de la place. Attenant à cette ancienne mairie, l'immeuble du no 2 présente des vestiges de trois fenêtres du XIIe ou XIIIe siècle[G 1].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La place du Coderc dans la culture[modifier | modifier le code]

La place est mentionnée au début du chapitre III de Jacquou le Croquant, le roman social écrit par Eugène Le Roy : « Le lendemain à l'heure dite, nous étions devant le bâtiment de l'ancien Présidial, qu'on appelait encore de ce nom et qui était sur la place du Coderc, juste en face des prisons, à l'endroit où est aujourd'hui le numéro 8 »[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La couleuvrine a été déposée au musée d'art et d'archéologie du Périgord.
  2. La rue des Chaînes, qui commence au cours Montaigne, débouche sur la place du Coderc à son angle nord-ouest.
  3. Données calculées sur le Géoportail.
  4. Cet hôtel de ville regroupait les principaux services municipaux de 1823 à 2013.

Références[modifier | modifier le code]

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j et k p. 133.
  2. p. 563.
  3. a b et c p. 142.
  4. p. 141.
  5. a et b p. 144.
  6. a b c d e f et g p. 132.
  7. a et b p. 143.
  8. p. 91.
  9. p. 292.
  10. a et b p. 288-289.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Ensemble urbain de Périgueux » [PDF], sur le site du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, (consulté le 2 novembre 2014).
  2. Wlgrin de Taillefer 1825, p. 607.
  3. Wlgrin de Taillefer 1825, p. 629.
  4. École pratique des hautes études, Démographie et sociétés, vol. 9, École pratique des hautes études, , p. 16.
  5. Jean-Louis Galet, Connaissance de Périgueux, P. Fanlac, , 71 p., p. 37.
  6. André-Pierre Chavatte, Rendez-vous avec la veuve à Périgueux, Books on Demand France, , 221 p. (ISBN 2810624240 et 9782810624249), p. 221.
  7. Léon Dessalles, Périgueux et les deux derniers comtes de Périgord, éditions Dupont, , 493 p. (OCLC 35515451), p. 166.
  8. a et b Genty 1984.
  9. Suzanne Boireau-Tartarat, Promenades spirituelles en Périgord, éditions Albin Michel, , 336 p. (ISBN 978-2226178220 et 9782226290274), chap. 35.
  10. « Périgueux : Une plaque en hommage au poète du Coderc », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  11. Nancy Ladde, « Le cœur historique de Périgueux en chantier(s) », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  12. « La place du Coderc piétonne de mai à septembre », À Périgueux, no 6,‎ , p. 6.
  13. « Où faire son marché, le matin ou le soir, en Périgord », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  14. « Les marchés de Périgueux », sur le site de la mairie de Périgueux (consulté le 25 décembre 2014).
  15. Nancy Ladde, « L'office de tourisme s'installera au… Coderc », Sud Ouest édition Périgueux, 18 octobre 2016, p. 15.
  16. Nancy Ladde, « L'office de tourisme trouve ses marques », Sud Ouest édition Périgueux, 18 avril 2017, p. 16.
  17. « Maison Renaissance ou ancien hôtel de Lestrade dit aussi « hôtel de la Joubertie » », notice no PA00082758, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 29 octobre 2014.
  18. Jacquou le Croquant, Paris, Calmann Lévy,  Fac-similé disponible sur Wikisource Télécharger cette édition au format ePub (Wikisource) (chap. III, p. 90).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Henry-François-Athanase Wlgrin de Taillefer, Antiquités de Vésone, cité gauloise, remplacée par la ville actuelle de Périgueux, t. 2, éditions Dupont, , 719 p. (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Guy Penaud, Le Grand Livre de Périgueux, éditions la Lauze, , 601 p. (ISBN 2-912032-50-4) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Michel Genty, Villes et bourgs du Périgord et du pays de Brive : le fait urbain dans des espaces de la France des faibles densités, vol. 1, Presses universitaires de Bordeaux, , 1173 p. (ISBN 2-867810-08-6, lire en ligne), p. 839, 849 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 1er janvier 2015 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 1er janvier 2015 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.