Place des Minimes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Minimes.

Place des Minimes
Image illustrative de l’article Place des Minimes
Le lycée de Saint-Just et la place des Minimes au premier plan.
Situation
Coordonnées 45° 45′ 28″ nord, 4° 49′ 17″ est
Pays France
Région Rhône-Alpes
Ville Lyon
Quartier(s) 5e arr.
Morphologie
Type Place ouverte
Forme Triangulaire
Histoire
Anciens noms Croix de Coulle
Croix de Colle
place de l'Olme
Monuments Collège Jean-Moulin
Lycée Saint-Just
Protection Site du centre historique

Géolocalisation sur la carte : Lyon

(Voir situation sur carte : Lyon)
Place des Minimes

La place des Minimes est une place située dans le 5e arrondissement de Lyon, en France

Accessibilité[modifier | modifier le code]

La place est desservie par la station Minimes - Théâtres Romains du funiculaire de Saint-Just.

Situation et description[modifier | modifier le code]

La place des Minimes est un espace public en dévers sur la colline de Fourvière, située entre le collège Jean-Moulin qui la borde côté ouest et la rue des Farges, côté est. De forme triangulaire, sa pointe est au sud où se situe l'accès au lycée de Saint-Just.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

La Croix de Coulle sur le plan scénographique de Lyon de Maurille-Antoine Moithey en 1780.

Elle porte le nom de l'Ordre des Minimes, ordre religieux qui s'installe à Lyon vers 1553 dans la « propriété de Laurent de Corval, située au devant de la croix de Colle »[M 1]. La partie la plus élevée, à l'ouest a porté de nombreux noms, dont la « place de l'Olme », de Coille, de Coilly, de Croix-de-Colle, Croix-d'Escolles, d'Escoilles, Décollez, etc.[M 1] et la Croix de Coulle sur un plan du XVIIIe siècle de Maurille-Antoine Moithey. Jean Pelletier, pour sa part, précise que c'est « une partie de l'espace vers le nord [qui porte] le nom de place de la Croix-de-Crolle »[1]. Louis Maynard cite De Rubys quant à l'origine du nom Décollez qui rappellerait la « décollation », ou décapitation, de dix-neuf martyrs sous l'empereur romain Septime Sévère[M 1]. Il cite également d'autres auteurs, non-nommément, pour l'origine du nom de « croix de colle » et « cruz de colle », signifiant « croix de la colline » en rappelant que se dressaient sur la place un orme et une croix[M 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Cartes et plans pour les servis et redevances, XVIIe-XVIIIe s, ADRML 12G 510. Mention de la place sous le nom Place de la croix de colle.

Un marché au bétail a occupé la place du Moyen Âge au XIXe siècle[2]. En 1553, l'Ordre des Minimes fondé à Cosenza en Italie en 1453, s'installe aux abords de la place, sur l'emplacement actuel du collège Jean-Moulin dans un ensemble dont le monastère, l'église et le cloître sont vendus comme biens nationaux en 1791 et détruits peu après[1]. Sur les ruines de l'ensemble est bâtie l'Institution d'enseignement de Notre-Dames-des-Minimes, sécularisée en 1905 avec les loi de séparation des Églises et de l'État et renommée « collège des Minimes »[1], devenu aujourd'hui collège Jean-Moulin.

Description[modifier | modifier le code]

Au numéro 1 se trouve le collège Jean-Moulin bâti en partie sur les thermes romains de la rue des Farges dont la partie méridionale est toujours accessible et visible par cette dernière rue.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Jean Pelletier, Lyon Pas à pas, Horvath, , 222 p., p. 49-50
  2. Desbat 1984, p. 9.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Maynard, Rues de Lyon avec indication de ce qu'on peut y remarquer en les parcourant, éditions Jean Honoré, (ISBN 2-911491-15-7) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  1. a b c et d Place des Minimes
  • Armand Desbat, Les fouilles de la rue des Farges : 1974-1980, Groupe Lyonnais de Recherche en Archéologie Gallo-romaine, , 107 p. 

Article connexe[modifier | modifier le code]