Place de l'Oratoire (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Anc. 4e arrt
Place de l'Oratoire
Image illustrative de l’article Place de l'Oratoire (Paris)
La place en 1810.
Situation
Arrondissement Ancien 4e (actuel 1er)
Historique
Création XVIIIe siècle
Disparition Années 1850
Ancien nom Place de la Liberté
Place latérale du Palais des Sciences et des Arts
Place de Marengo

La place de l'Oratoire est une ancienne voie de Paris située dans l'ancien 4e arrondissement (actuel 1er arrondissement) à proximité du palais du Louvre et du temple de l'Oratoire.

Situation[modifier | modifier le code]

Cette voie était située dans le quartier Saint-Honoré, côté ouest, et quartier du Louvre, côté est. Au moment de sa suppression dans les années 1850, elle commençait place du Louvre et rue d'Angiviller et finissait rue de la Bibliothèque[1],[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'emplacement de l'ancienne place de l'Oratoire en 2011.

Une ordonnance royale du 26 décembre 1758 prévoit que « ayant ordonné la confection du Louvre, et voulant en faciliter les abords par une place depuis le péristyle jusqu'au portail de Saint-Germain-l'Auxerrois, dans une étendue parallèle au péristyle, à prendre depuis le quai jusqu'à la distance de 10 toises au-delà du pavillon du côté des prêtres de l'Oratoire, isoler la face du côté des prêtres de l'Oratoire, dans la longueur depuis la rencontre de celle dite ci-dessus passant devant le portail de Saint-Germain-l'Auxerrois jusqu'à l'angle de la rue Froidmanteau, etc.[1] ».

Elle n'est percée qu'entre la rue de l'Oratoire et la rue du Coq (actuelle rue de Marengo)[1]. Elle absorbe la rue de Beauvais (ou de Biauvoir)[4].

En 1793, elle est renommée « place de la Liberté ». Elle est baptisée plus tard « place latérale du Palais des Sciences et des Arts ».

Le 26 février 1806, un décret arrête par les « plans généraux des embellissements de Paris, vis-à vis la façade du Louvre ». Il est ordonné d'abattre les cours et jardins, en vis-à-vis de l'hôtel d'Angivilliers. La place est nommée « place de Marengo », puis en 1814 « place de l'Oratoire ». Vers cette époque, elle est prolongée à l'est jusqu'à la rue de la Bibliothèque[1].

Dans les années 1850, il est décidé d'achever le projet de réunion du Louvre et des Tuileries et de prolonger la rue de Rivoli à l'est de la rue de Rohan[5],[6],[7],[8]. La place est alors supprimée et rattachée à la rue de Rivoli.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • No 4 : emplacement, en 1838, de la Librairie historiques d'ouvrages, journaux, caricatures, autographes, etc ... relatifs à la Révolution, éphémère succursale de la maison Techener qui plaça à sa tête son employé François Noël Thibault, dit Noël France, futur père d'Anatole France, qui se rendit acquéreur de l'établissement en 1839 ou 1840, le renomma Librairie politique ancienne et moderne de France-Thibault et le transféra dans l'immeuble voisin (no 6)[9],[10]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, édition de 1844, p. 504 [lire en ligne].
  2. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), Paris, 14e quartier « Louvre », tableau d'assemblage, cote F/31/80/20, 13e quartier « Saint-Honoré », tableau d'assemblage, cote F/31/79/23, îlot no 14, cote F/31/79/37, îlot no 15, cote F/31/79/38, îlot no 16, cote F/31/79/39.
  3. Analyse diachronique de l'espace urbain parisien : approche géomatique (ALPAGE).
  4. Albert Lenoir et Adolphe Berty, Histoire topographique et archéologique de l'ancien Paris. Feuille 3, Paris, Martin et Fontet [lire en ligne].
  5. Adolphe Alphand (dir.), Adrien Deville et Émile Hochereau, Ville de Paris : recueil des lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques, Paris, Imprimerie nouvelle (association ouvrière), (lire en ligne), « Décret du 23 décembre 1852 », p. 269.
  6. Ibid., « Décret du 15-22 novembre 1853 », p. 277 [lire en ligne].
  7. Prolongement des arcades de la rue de Rivoli [le long du Louvre et des Tuileries], 1853, [lire en ligne].
  8. Réduction du projet d'ensemble de la rue de Rivoli avec arcades : déposé à l'enquête du 4e arrondissement, par Mr. Brouty Arch[itec]te ; gravé chez Erhard, 1853 [lire en ligne] et [lire en ligne].
  9. Georges Huard : Anatole France et le quai Malaquais, H. Champion, 1926, p. 6
  10. Catalogue de la Librairie politique ancienne et moderne de France-Thibault, place de l’Oratoire du Louvre, 6, non daté (disponible en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]