Place de l'Abbé-Georges-Hénocque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

13e arrt
Place de l’Abbé-Georges-Hénocque
Image illustrative de l’article Place de l'Abbé-Georges-Hénocque
La place de l'Abbé-Georges-Hénocque.
Situation
Arrondissement 13e
Quartier Maison-Blanche
Voies desservies Rue Charles-Fourier
Rue de la Colonie
Rue des Peupliers
Rue du Docteur-Leray
Rue Henri-Pape
Morphologie
Diamètre 70 m
Forme Circulaire
Historique
Dénomination 1968
Ancien nom Place des Peupliers
Géocodification
Ville de Paris 0005
DGI 0007
Géolocalisation sur la carte : 13e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 13e arrondissement de Paris)
Place de l’Abbé-Georges-Hénocque
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Place de l’Abbé-Georges-Hénocque
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La place de l’Abbé-Georges-Hénocque est une voie du 13e arrondissement de Paris située au sud de la place d'Italie, à mi-chemin de la poterne des Peupliers sur le boulevard Kellermann.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

De forme circulaire avec un diamètre de 70 mètres et un square en son centre, elle est située au cœur du quartier de la Maison-Blanche. Elle est environnée d'un quartier de petits pavillons ouvriers aux teintes pastel ou en meulière, construits au début du XXe siècle. C'est la place centrale de ce quartier surtout résidentiel. La Bièvre passe sous la place pour contourner la Butte-aux-Cailles par l'ouest.

La place de l’Abbé-Georges-Hénocque est desservie à proximité par la ligne (M)(7) aux stations Tolbiac et Maison Blanche ainsi que par la ligne de tramway (T)(3). Les lignes de bus RATP 57 et Traverse Bièvre ont des arrêts sur la place elle-même, et les lignes de bus RATP 62 67 passent à proximité à l'arrêt Bobillot - Tolbiac.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte le nom de l'abbé Georges Hénocque (1870-1959), aumônier dans le 13e arrondissement et résistant pendant la Seconde Guerre mondiale.

Historique[modifier | modifier le code]

Créée en 1910 avec le nom officieux de « place des Peupliers », elle a reçu en 1968 le nom de « place de l'Abbé-Georges-Hénocque[1] ».

Pierre Goldman y a été assassiné le [2].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • Au no  2 de la place, l'immeuble en briques jaunes, caractéristique du style de cette époque, construit entre 1913 et 1921 par l'architecte Henri Viet en tant qu'Institut d'hygiène sociale pour la protection mutuelle des chemins de fer, aujourd'hui Mutuelle générale des cheminots[3].
  • L'hôpital privé des Peupliers, propriété de la Générale de Santé, anciennement hôpital de la Croix-Rouge, au no 8 de la place.
  • Le square de l'Abbé-Georges-Hénocque, situé au centre de la place.
  • Autour de la place, plusieurs lotissements de maisons individuelles, dont le plus ancien à partir de 1908 à l'initiative de l'Association fraternelle des employés et ouvriers des chemins de fer français (section Paris Métropolitain), dont la création remontait à 1880. Le plus remarquable est celui de la rue Dieulafoy, où quarante-quatre maisons presque identiques ont été construites à partir de 1921 par l'architecte Henry Trésal, auteur en 1929, avec son confrère Adolphe Thiers, de la cité Montmartre-aux-artistes[4],[5].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972, 1985, 1991, 1997, etc. (1re éd. 1960), 1 476 p., 2 vol.  [détail des éditions] (ISBN 2-7073-1054-9, OCLC 466966117), supp., p. 8.
  2. Karl Laske, « La justice rouvre l’enquête sur l’assassinat d’Henri Curiel », mediapart.fr, (consulté le 17 janvier 2018).
  3. « Règlement du PLU, tome 2, annexe VI, protections patrimoniales, 13e arrondissement », Ville de Paris (consulté le 4 juin 2011).
  4. Gérard Conte, C'était hier… Le 13e arrondissement, Paris, L.M. – Le Point, , 191 p. (ISBN 2-904463-04-6), p. 94.
  5. Site de la ville de Paris.