Place de Brouckère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir De Brouckère.
Place de Brouckère
Image illustrative de l'article Place de Brouckère
L'un des quatre accès à la station de métro De Brouckère.
Situation
Coordonnées 50° 51′ 05″ nord, 4° 21′ 09″ est
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région de Bruxelles-Capitale Région de Bruxelles-Capitale
Ville Bruxelles
Morphologie
Type Place
Forme Rectangulaire

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Place de Brouckère

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Place de Brouckère

Géolocalisation sur la carte : Bruxelles

(Voir situation sur carte : Bruxelles)
Place de Brouckère

La place de Brouckère (en néerlandais : de Brouckèreplein) est une place du centre de la ville belge de Bruxelles.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Elle fut ainsi nommée en l'honneur de Charles de Brouckère, 1796-1860, bourgmestre de Bruxelles, professeur à l'Université libre de Bruxelles et ayant joué un grand rôle politique lors de la Révolution belge de 1830.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est une des plus prestigieuses places de Bruxelles, dont elle constitue dans l'esprit de beaucoup le « centre du centre ». Elle abrite notamment deux palaces, l'Hôtel Métropole et l'Hôtel Atlanta, et l'ancien cinéma Eldorado, devenu UGC De Brouckère. Elle se situe dans la perspective du boulevard Anspach, boulevard ouvert pour relier la gare du Midi à la gare du Nord, au XIXe siècle, prenant exemple sur les grandes percées urbaines de Paris, Vienne et Madrid. Par son rôle de place d'hyper centre, elle a attiré dans ses environs les lieux de plaisir et de théâtres dès le XIXe siècle et le Théâtre national de Belgique est encore venu s'installer à proximité, au boulevard Émile Jacqmain à la fin du XXe siècle. Elle a constitué le centre d'un mini Broadway bruxellois lorsque de grandes publicités lumineuses y déversaient, depuis les toits, une clarté supérieure à celle de l'éclairage public. Un journaliste américain l'avait comparée à Times Square et la télévision allemande vint y faire une mise en scène avec corps de ballet dans le cadre d'un programme européen. Il en reste un souvenir étincelant qui fut, pendant plus d'un tiers de siècle, une des images de Bruxelles. Image bien oubliée depuis, si ce n'est dans les albums de photographies. On ne peut pas attribuer cette disparition aux crises économiques successives, les grandes sociétés internationales à qui appartenaient ces publicités n'ayant pas éteint celles-ci dans d'autres grandes villes à travers le monde. On incrimine plutôt la surtaxation communale qui a fini par lasser les gestionnaires belges de ces publicités.

La place avec sa fontaine (ca. 1897-1900)

Les immeubles du XIXe siècle, qui constituent encore la majorité des rives de la place, montrent que l'endroit, célébré grâce à la chanson de Jacques Brel Bruxelles, ainsi que dans une chanson de Dick Annegarn et dans un air de jazz manouche de Django Reinhardt, est un legs de la Belle Époque et fut un lieu fréquenté par la riche bourgeoisie. Mais, au cours des années 1970, deux immeubles de verre et d'acier construits, l'un par la société Philips et abritant le bureau de poste principal et diverses sociétés et l'autre occupé par une partie des services de l'administration postale et de l'administration de la ville de Bruxelles, ont été érigés à une extrémité de la place, dominant celle-ci de leurs façades de verre et d'acier, en rupture totale avec l'environnement. Parallèlement, le quartier subissait une forte paupérisation du fait de la fuite de la classe moyenne vers les banlieues vertes. Plusieurs immeubles furent abandonnés. La fontaine-obélisque Anspach, inaugurée en 1897, fut enlevée, en 1973, pour faire place à un accès de la station de métro. L'administration avait promis de la remettre en place après les travaux mais elle sera, finalement, partiellement remontée à l'extrémité du plan d'eau du Marché aux Poissons en mai 1981

Aujourd'hui, les quartiers alentour connaissent une « gentrification » et de nombreuses rénovations, ainsi qu'un retour des jeunes ménages actifs. Le quartier reste cependant très marqué par ses décennies populaires et offre le spectacle étonnant d'une très grande mixité sociale, dans une atmosphère très dynamique, cosmopolite et internationale qui remplace l'ambiance d'abandon qui a caractérisé de nombreuses années de chantiers.

Cependant, un projet de réaménagement complet est encore en perspective, visant essentiellement de réduire l'emprise de la voirie carrossable à laquelle on avait donné une importance démesurée au fil des années en supprimant le terre-plein central au profit de la circulation automobile dans un quartier cependant bien desservi par le métro, le tramway souterrain et les bus.

Accès[modifier | modifier le code]

Métro de Bruxelles
Ce site est desservi par la station de métro : De Brouckère.
  • Tramway: arrêt de Brouckère (prémétro).
  • Bus: arrêt de Brouckère.
  • Villo! : station no 21

Musique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]