Place Saint-Paul (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Place Saint-Paul.

4e arrt
Place Saint-Paul
Image illustrative de l’article Place Saint-Paul (Paris)
L'espace dénommé « place Saint-Paul », en automne.
Situation
Arrondissement 4e
Quartier Saint-Paul

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Place Saint-Paul
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

Il n'existe officiellement aucune place Saint-Paul à Paris[1]. Aujourd'hui pourtant, on donne parfois ce nom à l’espace dont le point central est constitué par les bouches d’entrée de la station Saint-Paul qui se trouvent sur un terre-plein séparant la rue Saint-Antoine et la rue de Rivoli. La « place » et la station de métro tirent leur nom de l’église Saint-Paul-Saint-Louis voisine. L'espace est aussi appelé tout simplement « métro Saint-Paul ».

Ce site est desservi par la station de métro Saint-Paul.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'espace entre les deux rues, planté de deux rangées d’arbres, existe depuis le prolongement de la rue de Rivoli à partir de l'ancienne place du Marché-Saint-Jean[2] jusqu'à la rue Saint-Antoine, réalisé par le baron Haussmann en 1854. La convergence des rues François-Miron et de Rivoli se fait selon un angle si faible que sur près de 200 mètres, l'espace entre les deux voies serait trop faible pour y bâtir des immeubles. C'est ainsi qu'au voisinage de la jonction entre les rues Saint-Antoine et de Rivoli, la largeur de cette dernière est si importante qu'elle forme une place.

La station de métro se trouvant sur le premier tronçon de la ligne 1 du métro de Paris porte ce nom depuis l'ouverture du réseau parisien ; la station Saint-Paul fut toutefois ouverte trois semaines après l'inauguration, le 6 août 1900.

Un hôtel donnant sur cette place sans nom s'appelle Hôtel de la Pointe Rivoli.

En 2012, des travaux importants d'aménagement ont conduit à supprimer les ormes champêtres qui dépérissaient du fait de la graphiose. Trente-deux nouveaux arbres ont été plantés : un groupe de sept arbres à fleurs à l'ouest, un arbre « remarquable par son port et sa floraison » à l'est, et vingt-quatre ormes de Lutèce au centre.

Carte postale datant du début du XXe siècle, légendée « Place des Juifs et Pointe Rivoli ».

Des cartes postales anciennes représentant cette « place Saint-Paul » portent pour légende « place des Juifs[3] ». Le quartier juif voisin (rue des Rosiers, rue Ferdinand-Duval, etc.) est le Pletzl, (פלעצל, prononcé pletzel, « petite place » en yiddish). Cette « petite place » qui a donné son nom au quartier est souvent identifiée avec la « place Saint-Paul ». Elle se distinguerait par ce vocable d'une place plus grande, la place des Vosges par exemple.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Aucune « place Saint-Paul » existante ou ayant existé ne figure dans la Nomenclature des voies publiques et privées de Paris, mairie de Paris, 9e édition, mars 1997, 670 p. (ISBN 2-9511599-0-0).
  2. Aujourd'hui, place du Bourg-Tibourg. Cf. « Rue Bercy-Saint-Jean, ajoutée maintenant à la rue du Roi-de-Sicile », www.paris-pittoresque.com ; « Place du Marché-Saint-Jean », www.cosmovisions.com.
  3. Jean-Pierre Azéma, Le Pletzl. Tentative de définition d'un espace yiddishophone parisien. Vivre et survivre dans le Marais, au cœur de Paris du Moyen Âge à nos jours, Éditions Le Manuscrit, 2005, 541 p. (ISBN 2748151321), p. 305.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :