Place Nationale (Montauban)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La place Nationale
Arcades de la place Nationale
Plaque commémorative du 800e anniversaire de la fondation de Montauban
Mètre-étalon de la Place Nationale à l'usage des drapiers

La place Nationale est une place située dans la ville de Montauban. Reconstruite au XVIIe siècle suite à deux incendies, elle est le cœur de la ville.

Historique[modifier | modifier le code]

Montauban, Mons Albanus (Mont Blanc), est fondé en 1144. La première mention d'une place avec couverts à Montauban date de 1170. Un texte de 1450 atteste que ces couverts formaient une double rangée. Cette place reprend donc les caractéristiques des places qu'on peut rencontrer dans les bastides du sud-ouest en amplifiant les couverts. La place devait être entourée de maisons de bois comme on peut le voir à Mirepoix[Lequel ?] ou à Lisle-sur-Tarn avec la maison consulaire.

La place avait plusieurs rôles : - lieu d'expression de la vie de la commune avec la maison consulaire et une tribune d'où était proclamée les règles de la vie municipale, - lieu des échanges commerciaux. Chacun des couverts portaient un nom rappelant les denrées échangées - le couvert nord est le couvert du Blé, celui du sud, le couvert des Drapiers, à l'est le couvert des Fruits, à l'ouest le couvert des Sabots. La maison consulaire abritait les poids et mesures pouvant servir de référence si nécessaire, - lieu où la justice était rendue. Le pilori se trouvait devant le couvert ouest. Il a été remplacé en 1792 par une croix de bois.

Le 11 novembre 1616, le côté sud et une partie du côté est sont ravagés par un incendie puis réaménagée par l'architecte Pierre Levesville à la demande des consuls de la ville. La reconstruction de la partie sud en maison de brique est achevée en 1621. Pour ce faire, l'architecte a réaménagé les parcelles pour donner plus de régularité aux façades. Il est probable que le décor avec pilastres existait déjà au préalable, plaqué sur les façades des maisons en bois, car des pilastres d'ordre toscan sont cités dans une description de 1564.

Le 15 juin 1649, un second incendie détruit les parties nord et est des couverts. L'architecte toulousain Claude Pacot achève la reconstruction en respectant les façades déjà construites par Levesville[1]. Il semble que la reconstruction ne commence réellement qu'en 1656, date à laquelle les consuls appellent l'architecte du roi en Languedoc, Bernard Campmartin en consultation. Il propose, conformément à une demande des propriétaires, de surélever d'un étage de galetas à mirandes. Cette disposition a été reprise progressivement par tous les propriétaires.

Au XVIIIe siècle, les bâtiments qui n'avaient pas été détruits par les incendies furent abattus et reconstruits suivant le même plan que les autres à la demande de l'intendant Legendre de Lormoy.

Pour le passage de Napoléon Ier à Montauban, en 1808, les façades sont nettoyées et blanchies avec ajout d'un cadran solaire.

La dernière restauration date des années 1999-2000.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. calameo.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collecif, Montauban ville d'Art et d'Histoire. Musées, monuments, promenades, p. 64-66, éditions du patrimoine, Paris, 2010 (ISBN 978-2-7577-0100-3)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]