Place Darcy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Place Darcy
Image illustrative de l’article Place Darcy
Situation
Coordonnées 47° 19′ 25″ nord, 5° 02′ 03″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Ville Dijon
Quartier(s) Centre historique
Morphologie
Type Place
Forme Triangulaire
Histoire
Monuments Porte Guillaume
Protection Patrimoine mondial Patrimoine mondial (2015, Climats du vignoble de Bourgogne)

La place Darcy est une place du XIXe siècle de type haussmannien aux portes du secteur sauvegardé de Dijon.

Elle porte depuis 1858 le nom de l'ingénieur hydraulicien dijonnais Henry Darcy (1803-1858).

Historique[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge et sous l'Ancien Régime, les remparts de Dijon passent au bord de cette place, où s'ouvre une des portes de l'enceinte, la porte Guillaume, qui est munie d'un système de défense : elle est encadrée de deux tours et précédée d'un pont-levis et d'un ouvrage avancé. La route de Paris, celle de Chalon-sur-Saône et celle de Langres arrivent à Dijon près de cette porte. Au-delà s'étend une vaste plateforme ou terrain vague.

Entre 1786 et 1788, l'architecte Jean-Philippe Maret reconstruit la porte Guillaume sous la forme d'un arc de triomphe auquel est donné le nom de porte Condé en hommage au prince de Condé et gouverneur de Bourgogne Louis V Joseph de Bourbon-Condé. Ce monument est rebaptisé arc de la Liberté sous la Révolution française, puis porte Guillaume au XIXe siècle.

Sous la Restauration, en mars et avril 1824, des prédicateurs viennent à Dijon prêcher une mission, qui se termine par l'édification à l'emplacement de l'actuel jardin Darcy d'une croix de mission, qui est enlevée après la révolution de 1830 et se trouve aujourd'hui dans le bras nord du transept de la cathédrale Saint-Bénigne.

En 1838, l'hydraulicien Henry Darcy amène l'eau courante à Dijon et contribue grandement au développement de la ville et à la santé de ses habitants. On construit en 1839 d'après ses plans, à l'emplacement de l'actuel jardin Darcy, un réservoir monumental d’eau potable de 2 400 m3, relié par un aqueduc souterrain de 12 km à la source du Rosoir de la haute vallée du Suzon. Celui-ci permet d'alimenter en eau courante les 29 000 habitants de Dijon. Au-dessus du réservoir est édifié en 1841 par l'architecte Émile Sagot le "monument des fontaines". L'esplanade située entre la porte Guillaume et le réservoir est baptisée en 1850 place du Château d'eau, avant de prendre son nom actuel de place Darcy en 1858 à la disparition d'Henry Darcy.

Une fontaine à vasques en fonte, provenant de Paris, est installée en 1850 sur la place. En 1878, la commune de Dijon la revend à la ville de Châtillon-sur-Seine qui l'installe sur la place Marmont[1].

En 1880, le jardin Darcy est réalisé en style néorenaissance sur le réservoir d'eau et autour de celui-ci par l'architecte Félix Vionnois (1841-1902). En 1886 est édifiée à peu près au centre de la place, sur un socle en pierre, une statue en bronze de François Rude qui sera envoyée à la fonte sous l'occupation allemande en 1942.

Dans les années 1880 et 1890, les maisons et les petits bâtiments qui bordaient la place sont remplacés par des immeubles de type haussmannien, à façade en pierre de taille et toiture d'ardoise, qui donnent à la place sa physionomie actuelle. L’hôtel de la Cloche, le plus luxueux de Dijon, est élevé de 1881 à 1884. L'un des derniers édifices à être bâti est le cinéma Darcy Palace, ouvert en 1914.

Avant la Première Guerre mondiale, la place Darcy est un pôle important des transports en commun de Dijon, avec le passage des tramways à vapeur interurbains des chemins de fer départementaux de la Côte-d'Or (dont on voit ici une des rames) et des tramways électriques de la compagnie des tramways électriques de Dijon.

En 1907, la ville de Dijon acquiert un exemplaire de la fontaine Jeunesse de Max Blondat et l'installe dans un petit square de la place Darcy, proche de la porte Guillaume.

Au début des années 1990, la partie centrale de la place est modifiée par le creusement d'un parking souterrain ouvert en 1992.

Au début des années 2010, la place est à nouveau transformée avec l'installation de stations du nouveau tramway et la piétonisation de la partie proche de la porte Guillaume.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le film "La Seconde Vérité", avec Michèle Mercier et Robert Hossein, a été tourné en 1966 à Dijon[2] dont plusieurs scènes place Darcy : à l'intérieur de l'ancien café Le Glacier, au jardin Darcy et sur la place elle-même.

Manifestations et hommages[modifier | modifier le code]

La place sert parfois de lieu de départ de manifestations, ou de lieu d'hommage. En particulier :

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Eugène Fyot, Dijon, son passé évoqué par ses rues, Dijon, Damidot, 1928, p. 21-22.
  2. http://www3.bienpublic.com/dossiers/cinema/cine1.html
  3. « “Dijon est Charlie” : entre 35 000 et 50 000 personnes ont manifesté dans la ville », francetvinfo.fr, (consulté le ).
  4. « Marche Républicaine à Dijon, la Protec21 encadre « Charlie »! », http://protec21.org, (consulté le ).
  5. « Côte-d'Or - Hommage . Attentats de Paris : témoignages et hommages dans les rues de Dijon », sur bienpublic.com, Le Bien Public, (consulté le ).
  6. « Côte-d'Or - Deuil. Dijon : L'Hôtel de la Cloche à l'heure parisienne », sur bienpublic.com, Le Bien Public, (consulté le ).
  7. « Côte-d'Or - Hommage . Après les attentats, les Dijonnais se rassemblent place Darcy », sur bienpublic.com, Le Bien Public, (consulté le ).
  8. « 500 personnes se sont réunies à Dijon en mémoire des victimes des attaques de Paris », (consulté le )
  9. Eugène Fyot, Dijon, son passé évoqué par ses rues, Dijon, Damidot, 1928, p. 25.
  10. https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/IA21002136?auteur=%5B%22Leprince%20Albert%20%28architecte%29%22%5D&idQuery=%22f4d2cf1-7cae-fbd3-e3a1-c0c0c421b2f%22
  11. « Côte-d'Or - Histoire. Dijon : le boulevard de Brosses hier et aujourd'hui », sur bienpublic.com, Le Bien Public, (consulté le ).
  12. « Hier & aujourd'hui. Dijon : la rive nord de la place Darcy », sur bienpublic.com, Le Bien Public, (consulté le ).
  13. « Hier/Aujourd'hui. Dijon : place Darcy », sur bienpublic.com, Le Bien Public, (consulté le ).
  14. « Hier et aujourd'hui. Dijon : 1, place Darcy », sur bienpublic.com, Le Bien Public, (consulté le ).
  15. « Ville de Dijon », sur dijon.fr (consulté le ).

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eugène Fyot, Dijon, son passé évoqué par ses rues, Dijon, Damidot, 1928, p. 12-29.
  • Yves Beauvalot, Le roman de la place Darcy, Dijon, Association pour le Renouveau du Vieux-Dijon, [1974], p. 9-34.
  • Yves Beauvalot, Le roman de la place Darcy (fin) et un hôtel particulier méconnu à Dijon : le petit hôtel Berbisey (1761-1767), Dijon, Association pour le Renouveau du Vieux-Dijon, [1975], p. 5-29.

Voir aussi[modifier | modifier le code]