Place Aimé-Delrue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Place Aimé-Delrue
Situation
Coordonnées 47° 12′ 32″ nord, 1° 33′ 00″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Ville Nantes
Quartier(s) centre-ville
Morphologie
Type Place

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Place Aimé-Delrue

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Place Aimé-Delrue

Géolocalisation sur la carte : Nantes

(Voir situation sur carte : Nantes)
Place Aimé-Delrue

La place Aimé-Delrue est une place du centre-ville de Nantes.

Description[modifier | modifier le code]

Établie sur la rive sud de l'ancienne île Gloriette, sur les bords de la Loire (bras de la Madeleine), la place est située à l'extrémité nord du pont Général-Audibert. Elle permet la jonction entre les quais Magellan et Moncousu, et est également au débouché sud de la chaussée de la Madeleine et du boulevard Jean-Monnet.

L'angle nord-ouest de la place est occupé par l'hôpital de la mère et de l'enfant dépendant du CHU de Nantes.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Elle a été baptisée, par décision du conseil municipal du 8 octobre 1965, à la mémoire d'Aimé Delrue (1902-1961)[1],[2], modeste commerçant droguiste du quartier (sa boutique se trouvait nos 47-49 chaussée de la Madeleine), philanthrope et « bon vivant » qui, à la tête du comité des Fêtes de la ville relance les festivités du Carnaval de Nantes après la Seconde Guerre mondiale. Avant cette date, elle eut pour nom « place Romaine »[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle, il existait, sur le côté nord-est de la place, une chapelle dédiée à sainte Madeleine, qui fut le siège d'un prieuré fondé le par le duc Conan III, dit « le Gros ». Cette chapelle dépendait alors de l'église Sainte-Croix, et donnera son nom à la prairie environnante qui fut traversée par la chaussée homonyme.

Cette chaussée faisait alors partie du seul axe routier qui permettait de franchir la Loire entre le cœur de la « Cité des ducs », formé par l'actuel quartier du Bouffay, et le faubourg de Pirmil sur la rive gauche (actuel quartier Saint-Jacques).

Le prieuré sera fermé au moment la Révolution, tandis que la chapelle fut détruite en 1865[4],[5].

En 1655, la ville transfère l'hôtel-Dieu sur le site qu'il occupe actuellement. Au fil des siècles, l'établissement hospitalier prendra de l'ampleur. Il sera reconstruit au milieu du XIXe siècle par l'architecte Joseph-Fleury Chenantais. Le plan Amouroux de 1854 indique qu'à cette époque un « bureau de Pesage pour les foins » existait sur la place, car le quai Moncousu était alors essentiellement destiné au déchargement de ce fourrage.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, les bombardements alliés du 16 septembre 1943, détruisirent la majeure partie de l'hôtel-Dieu. À la fin du conflit, la reconstruction de l'hôpital menée par l'architecte Michel Roux-Spitz, reconfigura le paysage de la place. Les immeubles qui occupaient encore son angle nord-ouest furent démolis pour laisser la place à ce qui allait devenir le principal pôle du centre hospitalier universitaire de Nantes.

icône image Image externe
Vue de la place en 1983

En 1988, le boulevard Jean-Monnet destiné à doubler la chaussée de la Madeleine, qui reste un axe important de franchissement de la Loire, est ouvert à la circulation. La ligne 2 du tramway est inauguré à son tour en 1992 avec l'aménagement d'une station Aimé-Delrue au nord de la place. La ligne 3, inaugurée en 2000, est venue la compléter.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Aimé Delrue, le Coluche nantais », sur Maville.com (consulté le 3 juin 2013).
  2. « Aimé Delrue était fier d'être un rigolo, un amuseur », sur Ouest-France (consulté le 4 juillet 2015).
  3. « Aimé-Delrue (place) », sur catalogue.archives.nantes.fr, archives municipales de Nantes (consulté le 3 juin 2013).
  4. La fondation de la paroisse Sainte-Madeleine de Nantes
  5. Pied 1906, p. 183

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Édouard Pied, Notices sur les rues de Nantes, A. Dugas, , 331 p., p. 183.
  • Aimé Delrue, biographie - collection La Madeleine à LULU - Marie Paule Louers en 2008

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :