Plœuc-sur-Lié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Plœuc-sur-Lié
Plœuc-sur-Lié
L'église Saint-Pierre.
Blason de Plœuc-sur-Lié
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Saint-Brieuc
Canton Plaintel
Intercommunalité Communauté de communes Centre Armor Puissance 4
Code postal 22150
Code commune 22203
Démographie
Gentilé Plœucois, Plœucoise
Population 3 302 hab. (2013)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 20′ 50″ nord, 2° 45′ 23″ ouest
Altitude 241 m
Min. 147 m
Max. 270 m
Superficie 44,45 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Plœuc-L'Hermitage
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 15.svg
Plœuc-sur-Lié

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 15.svg
Plœuc-sur-Lié

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Plœuc-sur-Lié

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Plœuc-sur-Lié

Plœuc-sur-Lié [plœk syʁ lje] est une ancienne commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne, devenue, le , une commune déléguée de la commune nouvelle de Plœuc-L'Hermitage.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Plœuc est formée du bourg et des villages suivants : Caribet, la Touche, Gouromplet, les Fonténieux, Saint-Éloi, la Ville Rouault, Berlugeon, la Saudrette, le Grand-Roz, la Vieille-Ville, la Touche-Oisel, Gourmeneuf, les Norniers, Hidrio, la Ville Prigien, la Ville Jagu, le Chesnay, Duancre, Launais Louis, la Roncière, Coatrion, Tréveret, les Neuf-Fontaines, Pourhon, Saint-Maignan, Branlée, la Hazaie, Saint-Just, la Bernardais, Cosseul, le Paimpoux, le Plessis, Damareuc, la Corbière, le Bas-Plessis, la Guette, la Gabegie, la Vieux Ville, Crémeur, la Bécane, les Grands Aulnay, etc. Elle est traversée par le Lié qui va se jeter dans l'Oust.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Le nom de la localité est attesté sous les formes Ploehuuc en 1182, Plohozec en 1184, Parrochia de Ploec en 1274, Pluec en 1330, Parrochia Plebis Gausson en 1368, Ploecgausson en 1369, Pleouc Gausson, Ploeuc-Gausson en 1426, Pleuc Gausson en 1438, Ploeuc-Gausson en 1480, Pleust en 1536 et en 1569, Ploeuc-sur-Liédepuis 1965.

On trouve la forme Pleouc et Pleouc-Gausson en 1426 pour la différencier de Plouëc-du-Trieux (anciennement Ploec)[1].

  • Le nom donné au bourg de Plœuc-sur-Lié vient du latin « plebs » (la plèbe, le peuple (cf. Le gaffiot)) et du gaulois « ec » (grand), évoluant vers le sens de plou « paroisse ». Un grand peuple, donc, contrairement au petit peuple de Pleubian (bian, en breton : petit)[réf. nécessaire].
  • La paroisse a été dédiée à un saint très peu connu, mais qui a donné son nom à d'autres communes (Plouëc-du-Trieux et Plouézec), un saint Hodoc dont le nom est probablement prononcé Hozoc vers 800. Plœuc signifierait donc « paroisse fondée par (ou dédiée à) Saint Hodoc ».
Nom breton Habitants (breton)
Ploheg Plohegad (Plohegiz), Plohegadez (-ed)

Son nom se disait jadis « Pieu » ou « Pié » en gallo du Penthièvre et du Méné, dialectes parlés localement depuis le Moyen Âge[réf. nécessaire].

Son nom gallo est Ploec-Gauczon et son nom breton est Ploheg[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Jeanne de Plœuc est héritière de la première Maison de Plœuc. En 1292, elle épouse Tanguy de Kergorlay, et est à l'origine de la deuxième Maison de Plœuc. Les armoiries de la famille sont « chevronné de six pièces d'hermine et de gueules », elle porte la devise « L'âme et l'honneur ».

Les différentes familles ayant donné des seigneurs de Plœuc :

  • La famille de Plœuc
  • La famille de Bréhan
  • La famille Le Mintier
  • La famille de la Rivière
  • La famille de Timeur
  • La famille Visdelou (visage de Loup)

La Maison de Plœuc est issue des comtes de Poher. La Maison de la Rivière tire son origine des anciens comtes de Mûr et de Corlay qui descendraient eux-mêmes des puissants comtes de Cornouaille.

Le 22 février 1664, Yves-Olivier de la Rivière achète la seigneurie de Plœuc, saisie en 1662 sur la marquise de Montgaillard. Par lettres patentes du 14 avril 1696, la terre de Plœuc est érigée en comté (Archives des Côtes-d'Armor, 1E 658). Le 5 août 1783, Gilbert de la Fayette et son cousin, le marquis de Lusignan, qui viennent d'hériter de la famille de la Rivière (à la suite du décès de Charles Yves Thibaut de la Rivière le 20 avril 1781), vendent la seigneurie de Plœuc à la marquise de la Chasse.

Plœuc-sur-Lié et L'Hermitage-Lorge constitueront au 1er janvier 2016 la deuxième commune nouvelle du département des Côtes-d'Armor[3]. Celle-ci prendra le nom de Plœuc-L'Hermitage.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'hermine à trois chevrons de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790 1792 Lévêque    
1793 1793 André   Curé et officier public de la paroisse de Ploeuc
1793 1794 Souvestre    
an II de la République 12 brumaire an IV Jarnet, Yves   De l'an IV à l'an VIII, administrateurs provisoires
10 fructidor an VIII 1er complémentaire de l'an XII Damar, Louis    
juin 1806 19 mai 1822 Berthelot de la Coste, Louis-François    
avril 1833 octobre 1840 Victor Guépin Droite Notaire, conseiller d'arrondissement
puis conseiller général[4]
octobre 1840 février 1865 Allo Jacques    
2000 2014 Daniel Denis PS Professeur
2014 31 décembre 2015 Thibaut Guignard[5] UMP-LR Collaborateur parlementaire
Vice-président du conseil départemental des Côtes-d'Armor.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 3 302 habitants, en augmentation de 2,42 % par rapport à 2008 (Côtes-d'Armor : 1,65 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5 4644 9155 2305 4975 4535 3055 4335 3965 298
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5 0025 0525 1144 9164 8434 7984 8754 7834 775
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 8644 7064 4813 8883 7883 6853 5873 3273 075
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2013
2 9602 9322 9013 0092 9322 9373 1443 2593 302
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les fontaines Saint-Eloi (XVIIe siècle), de la Vieuville, du Grand-Roz et Saint-Just
  • Le château ou le manoir de la Corbière (1545-1764), siège de la seigneurie ou comté de Plœuc
  • Le manoir du Terte (1689)
  • Le manoir de la Ville-Rouault (XVIIIe siècle)
  • Le manoir de la Lande-Valo (XVII-XVIIIe siècle)
  • Le manoir de la Vieuville (XVIIe siècle)
  • Une maison (1622), située rue de la Gare
  • Les moulins à eau de la Vieuville, de la Corbière (XVIIe siècle), de Grillon, Neuf, de la Marre, du Pont d'Or, Gougeon, Bertrand, Guéné, Rolland, de Saint Magnan, de Saint Eloy, du Pont-à-l'Ane (dont 8 moulins sur la rivière le Lié)
  • Menhirs de Bayo et menhir de la Norhant (époque néolithique).
  • L'église Saint-Pierre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]