Pissos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pissos
Église Saint-Pierre de Pissos.
Église Saint-Pierre de Pissos.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Mont-de-Marsan
Canton Grands Lacs
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Pissos
Maire
Mandat
Denis Saintorens
2014-2020
Code postal 40410
Code commune 40227
Démographie
Gentilé Pisséens
Population
municipale
1 401 hab. (2014)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 18′ 36″ nord, 0° 46′ 38″ ouest
Altitude Min. 30 m – Max. 79 m
Superficie 140,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte administrative des Landes
City locator 14.svg
Pissos

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Pissos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pissos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pissos
Liens
Site web Site de la commune de Pissos

Pissos est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département des Landes (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte du parc naturel régional des Landes de Gascogne de 1970 à 2014

Commune située dans la forêt des Landes, traversée par la Grande Leyre et faisant partie du parc naturel régional des Landes de Gascogne. Le 6 Avril 2011, une température de 33°C y a été relevée, un record national pour une première semaine d'Avril.

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant le Moyen Age, Pissos est une étape du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle sur la via Turonensis Entre 1790-1794 et 1860, la commune de Liposthey est rattachée à Pissos. Sous l'impulsion de la loi du 19 juin 1857, le gemmage se développe et perdure jusqu'au début des années 1980.

En 1818, Dominique Larreillet (1771-1857), entreprenant maître de forges d'Ychoux, reçoit l'autorisation d'établir la forge de Pissos, qui reste active jusqu'au milieu des années 1880. La trop courte durée de vie et le nombre modeste d'emplois créés n'aura pas réussi à installer durablement une culture ouvrière dans la commune[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

En 1971, l'ancienne commune de Richet fusionne avec Pissos.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 2014 Guy Destenave PS Instituteur retraité
Conseiller général du Canton de Pissos (1973-2015)
mars 2014 en cours Denis Saintorens DVG Médecin
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 401 habitants, en augmentation de 6,54 % par rapport à 2009 (Landes : 5,28 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 539 1 338 1 477 1 190 1 925 1 980 2 066 2 203 2 262
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 279 1 951 1 952 1 886 1 883 1 711 1 770 1 698 1 698
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 718 1 682 1 638 1 429 1 401 1 359 1 191 1 050 928
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
906 827 809 834 970 1 097 1 231 1 356 1 401
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Forge de Pissos, Jean-Jacques Fénié, exposition à la chapelle à la mer, Mimizan, juillet 2016
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. « Église Saint-Pierre de Pissos », notice no IA40001343, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 17 mars 2011
  7. « Église Saint-Jean-Baptiste de Richet », notice no PA00084002, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 17 mars 2011
  8. Les chemins de Saint-Jacques dans les Landes, Francis Zapata, Jean-Pierre Rousset, éditions Sud Ouest, 2002, p. 125 Bordeaux (ISBN 2-87901-468-9)

Liens externes[modifier | modifier le code]