Pique-prune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Osmoderma eremita

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barbot, Pique et Prune (homonymie).
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Le pique-prune ou scarabée pique-prune (Osmoderma eremita) est un insecte de la famille des Cétoniidés. C'est une espèce en régression, menacée et protégée. Elle est considérée comme un bon bioindicateur de la naturalité d'un milieu en termes de présence d'arbres sénescents ou de bois-mort, mais en présence de bois mort, ses populations peuvent néanmoins évoluer avec des cycles asynchrones[1].

Habitat[modifier | modifier le code]

L'espèce est présente au sein de bocages denses abritant un nombre important de vieux feuillus sénescents et riches en caries ou troncs creux.
Dans le secteur nord-ouest de la France, elle occupe préférentiellement les vergers de châtaigniers greffés et les chênes têtards.

Statut de l'espèce (état, pressions et menaces, réponses)[modifier | modifier le code]

L'espèce est un chaînon essentiel dans le fonctionnement écologique des milieux forestiers, et sa présence est un bio-indicateur fiable de la qualité des milieux. Elle est strictement protégée par l'arrêté du 23 avril 2007 fixant les listes des insectes protégés sur l’ensemble du territoire et les modalités de leur protection[2].
La présence du pique-prune a par exemple conduit à interrompre la construction de l'autoroute Alençon-Le Mans entre 1996 et 2002[3]. L'attention portée à cette espèce est principalement due à son statut d'espèce-indicatrice et d'espèce-parapluie, et n'a pas toujours bien été compris par les populations et acteurs locaux[4].

Larve

Une partie du département de la Mayenne est concernée par la zone Natura 2000 (Pays de Pail, Coëvrons) où cet animal rare est à protéger.

Un moyen de protéger ce type d'espèces [5] est de restaurer et conserver un réseau suffisamment dense et écologiquement interconnecté de bois mort et arbres sénescents, ainsi que de vieux arbres dans les haies et prairies.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

  • Référence Fauna Europaea : Osmoderma eremita (en)
  • Thomas Ranius et al. 2005: Osmoderma eremita (Coleoptera, Scarabaeidae, Cetoniinae) in Europe. Animal Biodiversity and Conservation 28.1:1-44. [1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ranius, T. (2001). — Constancy and asynchrony of populations of a beetle, Osmoderma eremita, living in tree hollows. Oecologia, 126: 208-215.
  2. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=147FC48F5A5D2F9F80405F4FE7F090C2.tpdjo13v_2?cidTexte=JORFTEXT000000465500&dateTexte=20111006
  3. http://www2.equipement.gouv.fr/archivesdusite/ram/ram2000/equipement/pays_de_loire.htm#7
  4. Laurence Caramel, « Le pique-prune, scarabée amateur de vieux arbres, sème la discorde chez les hommes », sur LeMonde.fr,‎ .
  5. Speight, M.C.D. (1989). — Saproxylic invertebrates and their conservation. Council of Europe, Publications and Documents Division, Strasbourg.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Filmographie[modifier | modifier le code]