Pique-nique à Hanging Rock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pique-nique à Hanging Rock
Description de cette image, également commentée ci-après
At the Hanging Rock (1875),
huile sur toile du peintre William Ford (1820–1886).

Titre original Picnic at Hanging Rock
Réalisation Peter Weir
Scénario Cliff Green
Pays d’origine Drapeau de l'Australie Australie
Genre drame
Durée 115 minutes
Sortie 1975

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Pique-nique à Hanging Rock (Picnic at Hanging Rock) est un film australien réalisé par Peter Weir, sorti en 1975 et adapté du roman éponyme de Joan Lindsay.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Martindale Hall (près de Mintaro, Australie-Méridionale), filmé lors des vues extérieures comme l'école privée de jeunes filles Appleyard Hall.

En 1900, en Australie. Les élèves d'une école privée pour jeunes filles partent en pique-nique au pied de Hanging Rock, une immense formation rocheuse de l'État du Victoria, jadis lieu de culte aborigène. Alors que le soleil est à son zénith et que les filles s'abandonnent à la torpeur de l'après-midi, quatre d'entre elles s'aventurent dans un étroit défilé rocailleux, comme appelées irrésistiblement par le rocher. Hormis une ingénue qui s'enfuit, prise de panique, les trois autres pénètrent dans une cavité et disparaissent, en même temps qu'une de leurs enseignantes. Des recherches et des battues sont organisées pour les retrouver. Une seule des trois sera retrouvée vivante mais amnésique.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre français : Pique-nique à Hanging Rock
  • Titre original : Picnic at Hanging Rock
  • Réalisation : Peter Weir
  • Scénario : Cliff Green, d'après le roman du même nom de Joan Lindsay publié en 1967.
  • Musique : Bruce Smeaton
  • Photographie : Russell Boyd, assisté de John Seale (cadreur, non crédité)
  • Costumes : Judith Dorsman
  • Production : Patricia Lovell
  • Sociétés de production : The Australian Film Commission, McElroy & McElroy, Picnic Productions Pty. Ltd. et Z
  • Distribution : Drapeau de l'Australie Greater Union Organisation
  • Genre : drame
  • Durée : | (1998 director's cut)
  • Dates de sortie[1] :
Drapeau de l'Australie Australie :
Drapeau de l'Italie Italie : (Festival du film de Taormine)
Drapeau de la France France :
Drapeau des États-Unis États-Unis :
Drapeau de la France France : (ressortie)

Distribution[modifier | modifier le code]

Statue de Miranda, centre d'accueil des visiteurs de Hanging Rock.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Cérémonie[2] Prix Personnalité nommée Résultat
AACTA Award 1976 meilleur film Hal et Jim McElroy Nomination
meilleur réalisateur Peter Weir Nomination
meilleure actrice Helen Morse Nomination
British Society of Cinematographer Award meilleure photographie Russell Boyd Nomination
BAFTA Award 1977 meilleure photographie Lauréat
meilleurs costumes Judith Dorsman Nomination
meilleur son Nomination
Saturn Awards 1979 meilleur scénario Cliff Green Nomination
meilleure photographie Russell Boyd Lauréat

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Broom icon.svg
Les sections « Anecdotes », « Autres détails », « Le saviez-vous ? », « Citations », « Autour de... » , etc., peuvent être inopportunes dans les articles (janvier 2014).
Pour améliorer cet article il convient, si ces faits présentent un intérêt encyclopédique et sont correctement sourcés, de les intégrer dans d’autres sections.
  • Le film est volontairement énigmatique et lacunaire quant à la disparition des jeunes filles.
  • La première réplique du film est une version modifiée de vers d'Edgar Allan Poe tirés de A Dream Within A Dream : « What we see or what we seem are but a dream, a dream within a dream ».
  • À un moment du film, une des filles récite les deux premiers vers du poème Casabianca de Felicia Hemans dont elle a oublié le reste (cette phrase peut être une métaphore de ce qui arrive aux filles) : « The boy stood on the burning deck; whence all but him had fled… »
  • C'est l'un des premiers grands succès de Peter Weir, notamment en Australie.
  • Sofia Coppola s'est en partie inspirée de l'atmosphère de ce film pour son premier long métrage Virgin Suicides, ainsi que pour son film Marie-Antoinette[3].
  • À partir de 2018, la chaîne australienne Showcase diffuse une minisérie basée sur le roman, reprise en France par Canal+en France[4].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie et webographie[modifier | modifier le code]

  • (en) S. C. Aitken et L. E. Zonn, « Weir(d) Sex : Representation of Gender-Environment Relations in Peter Weir's Picnic at Hanging Rock and Gallipoli », Environment and Planning D : Society and Space, vol. 11, no 2,‎ , p. 191-212 (DOI 10.1068/d110191).
  • (en) « The Rock and the Void : Pastoral and Loss in Joan Lindsay's Picnic at Hanging Rock and Peter Weir's Film Adaptation », Colloquy, no 23,‎ , p. 159-184 (lire en ligne).
  • (en) Annabel Carr, « Beauty, Myth and Monolith : Picnic at Hanging Rock and the Vibration of Sacrality », dans Carole M. Cusack, Christopher Hartney, Frances Di Lauro (dir.), The Buddha of Suburbia : Proceedings of the Eighth Australian and International Religion, Literature and the Arts Conference 2004, Sydney, RLA Press, , X-290 p. (ISBN 1864877529, lire en ligne), p. 123-131.
  • (en) « The Hanging Rock Piper : Weir, Lindsay, and the Spectral Fluidity of Nothing », Literature/Film Quarterly, Salisbury University, vol. 40, no 2,‎ , p. 84-95 (JSTOR 43798820).
  • Joseph Earp, « Pique-nique à Hanging Rock, la force du mythe », Courrier international N° 1434, Courrier international S.A, Paris, 26 avril 2018, p. 41-44, (ISSN 1154-516X) (article original paru dans le magazine The Brag, Sydney, Australie, le 26 avril 2017).
  • (en) « Contrasting cultural landscapes and spaces in Peter Weir's film Picnic at Hanging Rock (1975), based on Joan Lindsay's 1967 novel with the same title », Coolabah, Observatori : Centre d'Estudis Australians, Australian Studies Centre, Universitat de Barcelona, no 11,‎ (ISSN 1988-5946, lire en ligne).
  • (en) « Weir(d) Australia : Picnic at Hanging Rock and The Last Wave », Lit : Literature Interpretation Theory, vol. 8, nos 3-4,‎ , p. 331-346 (DOI 10.1080/10436929808580207).
  • (en) « Return to Hanging Rock : lost children in a Gothic landscape », Green Letters. Studies in Ecocriticism, vol. 21, no 2,‎ (DOI 10.1080/14688417.2016.1233822).
  • (en) « Fear in Peter Weir's Australian Films : A Matter of Control », Antipodes, Wayne State University Press, vol. 23, no 1 « Fear in Australian Literature and Film »,‎ , p. 75-80 (JSTOR 41957766).
  • (en) « Fear and Loathing in the Australian Bush : Gothic landscapes in Bush Studies and Picnic at Hanging Rock », COLLOQUY : text theory critique, no 20,‎ , p. 33-56 (lire en ligne).
  • (en) « "A million years...just for us" : Subversive fixity in Peter Weir's Picnic at Hanging Rock », FORUM : University of Edinburgh Postgraduate Journal of Culture and the Arts, no 1,‎ (lire en ligne).
  • (en) « Darling Miranda : courtly love in Picnic at Hanging Rock », Studies in Australasian Cinema, vol. 8, nos 2-3,‎ , p. 123-132 (DOI 10.1080/17503175.2014.960681).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  2. (en) Distinctions sur l’Internet Movie Database
  3. (en) Jake Weird, « The Virgin Suicides and Picnic at Hanging Rock », sur Weirdland, BlogSpot (consulté le 11 septembre 2014)
  4. Christophe Gazzano, « "Picnic at Hanging Rock" : Canal+ dégaine une série australienne ce soir », ozap.com,‎ (lire en ligne)