Pinguicula ramosa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pinguicula ramosa
Description de cette image, également commentée ci-après
Grassette du Japon
Classification
Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Scrophulariales
Famille Lentibulariaceae
Genre Pinguicula

Nom binominal

Pinguicula ramosa
Miyoshi ex Yatabe, 1890

Classification phylogénétique

Ordre Lamiales
Famille Lentibulariaceae

Synonymes

  • Pinguicula villosa var. ramosa (Miyoshi ex Yatabe) M. Tamura
  • Pinguicula ramosa f. albiflora S. Komiya & C. Shibata

Statut de conservation UICN

( VU )
VU  : Vulnérable

La Grassette du Japon (Pinguicula ramosa) est une plante carnivore vivace du Japon. Elle appartient à la famille des Lentibulariaceae.

Nom vernaculaire[modifier | modifier le code]

  • Kōshinsō, Japon

Description[modifier | modifier le code]

Pinguicula ramosa est une plante terrestre à feuilles vert tendre, oblongues de 7 à 15 mm de long pour 5 à 8 mm de largeur. Elle possède un pétiole clair et des poils glanduleux. Ses fleurs, de couleur pourpre pâle, s'épanouissent en juin et juillet[1].

Découverte[modifier | modifier le code]

En 1890, la grassette du Japon est découverte par le botaniste japonais Manabu Miyoshi, sur les pentes du mont Kōshin dans le sud-est de Nikkō (préfecture de Tochigi), d'où son nom local : herbe de Kōshin (庚申草, Kōshinsō?)[1],[2].

Localisation[modifier | modifier le code]

Cette espèce est strictement endémique du Japon où elle se rencontre communément dans des zones humides de montagne entre 1 200 et 2 200 mètres d'altitude (étage montagnard à alpin). Plante emblématique de la ville de Nikkō, elle peuple notamment les pentes des monts Nantai et Nyohō dans le parc national de Nikkō[1].

Protection[modifier | modifier le code]

Cette espèce relativement rare est protégée au Japon. Elle figure en effet sur la liste des plantes menacées de disparition du ministère de l'Environnement[1]. Elle est aussi inscrite sur la liste des monuments naturels spéciaux du Japon depuis 1952[3],[4].

Anecdote[modifier | modifier le code]

En 1978, le ministère des Postes et Télécommunications du Japon émet un timbre commémoratif de 50 yens — 19e d'une série sur le thème de la conservation de la nature — représentant des fleurs de Pinguicula ramosa[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (ja) Fumiyoshi Suzuki, Préfecture de Tochigi, « コウシンソウ » [« Kōshinsō »],‎ (consulté le 10 mai 2016).
  2. (ja) Agence pour les Affaires culturelles, « コウシンソウ自生地 » [« Habitat naturel de la grassette du Japon »], sur Cultural Heritage Online (consulté le 6 février 2017).
  3. (ja) Japan Association for Techno-innovation in Agriculture, Forestry and Fisheries, « コウシンソウ自生地 » [« Habitat naturel de Kōshinsō »], sur www.jataff.jp,‎ (consulté le 10 mai 2016).
  4. (ja) Agence pour les Affaires culturelles, « コウシンソウ自生地 » [« Habitat naturel de la grassette du Japon »], sur www.bunka.go.jp (consulté le 6 février 2017).
  5. (en) Richard Ellis, International Carnivorous Plant Society, « Carnivores on Stamps and Currency », sur CarnivorousPlants.org, (consulté le 10 mai 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :