Pimenta racemosa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pimenta racemosa
Description de cette image, également commentée ci-après
Pimenta racemosa
Classification
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Rosidae
Ordre Myrtales
Famille Myrtaceae
Genre Pimenta

Espèce

Pimenta racemosa
(Mill.) J.W.Moore, 1933[1]

Classification phylogénétique

Ordre Myrtales
Famille Myrtaceae

Synonymes

  • Amomis acris (Sw.) O.Berg[2]
  • Amomis caryophyllata Krug & Urb.[2]
  • Amomis oblongata O.Berg[2]
  • Amomis pimento O.Berg[2]
  • Caryophyllus racemosus Mill.[2]
  • Eugenia tabasco (Willd. ex Schltdl. & Cham.) G.Don[2]
  • Myrcia acris (Sw.) DC.[2]
  • Myrcia pimentoides DC.[2]
  • Myrtus acris Sw.[2]
  • Myrtus caryophyllata Jacq.[2]
  • Myrtus pimentoides (DC.) T.Nees[2]
  • Myrtus tabasco Willd. ex Schltdl. & Cham.[2]
  • Pimenta acris (Sw.) Kostel.[3] [2]
  • Pimenta citrifolia (Poir.) Kostel.[2]
  • Pimenta dioica var. tabasco (Willd. ex Schltdl. & Cham.) Standl.[2]
  • Pimenta officinalis var. cumanensis O. Berg[2]
  • Pimenta pimento Griseb.[2]
  • Pimenta racemosa var. racemosa[2]
  • Pimenta tabasco (Willd. ex Schltdl. & Cham.) Lundell[2]
  • Pimentus cotinifolia Raf.[2]

Pimenta racemosa est une espèce d'arbres sempervirents de la famille des Myrtaceae.

Description[modifier | modifier le code]

Feuilles de Pimenta racemosa.

Il peut atteindre près de 15 mètres, mais quelques spécimens atteignent 20 mètres[4]. L'âge des plantations n’est pas toujours très précis, mais des arbres de 50 ans ont été signalés[4].

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

En français, Pimenta racemosa est appelé « piment couronné » ou « bois d'Inde », nom qu'il partage avec le piment de la Jamaïque (Pimenta dioica). Les anglophones le désignent sous les noms de « bay rum tree », « ciliment »[4]. En langue tonga[Lequel ?], il est appelé « binamoni »[5].

Écologie et habitat[modifier | modifier le code]

Il se trouve à 750 mètres d’altitude et se développe mieux dans les zones où la température annuelle varie entre 22 et 28 °C, mais peut supporter 18 à 32 °C[4]. Il a besoin de soleil ou d’ombrage léger[6].

Distribution[modifier | modifier le code]

Pimenta racemosa est originaire des Antilles, il est répandu dans la région des Caraïbes. Cette espèce, beaucoup plus largement cultivée dans les siècles passés qu'elle ne l'est encore aujourd'hui, a été introduite en Floride, dans quelques pays d'Afrique, d'Asie, ainsi que dans des îles du Pacifique, où elle est considérée comme invasive, notamment dans les îles Cook, Fidji, Hawaï et Tonga, où ses populations très denses peuvent éliminer les espèces indigènes. Compte tenu de sa naturalisation au Bénin et dans d'autres îles du Pacifique le risque de la voir se naturaliser dans d'autres pays où elle est cultivée n'est pas négligeable[5].

Usages[modifier | modifier le code]

Bay rum de Saint Thomas.

Ses feuilles sont utilisées dans la cuisine ou pour faire un thé aromatique[4]. Il contient aussi une huile parfumée qui est essentielle dans la fabrication de fragrants de parfums, comme le bay rum. Le fruit, le bay rum et l'huile essentielle sont toxiques et ne doivent pas être ingérés[6]. Il est notamment utilisé dans les produits de soins pour cheveux et dans les lotions après-rasage, mais peut causer l’irritation de la peau. Les fruits aromatiques, l'écorce et surtout les feuilles sont transformés pour être utilisés comme épice. Dans la médecine, l'huile des feuilles est utilisée comme insectifuge, antibiotique ou remède contre les douleurs à l'estomac et est appliquée pour traiter les maladies de la peau. Le thé fait à partir des feuilles traite la fièvre et le rhume. On utilise son bois en menuiserie pour faire des bâtons de marche[4]. Côté culinaire, les feuilles sont utilisées pour cuisiner des plats de riz, de soupes et de ragoûts dans les Caraïbes, tout comme dans d'autres parties du monde[7].

Récolte[modifier | modifier le code]

La récolte peut se faire toute l'année, bien que les périodes de sécheresse soient préférées. Elle se fait une fois par an ou 3 fois chaque 4 ans[4].

Liste des variétés[modifier | modifier le code]

Selon Catalogue of Life (20 juillet 2017)[8] :

  • variété Pimenta racemosa var. grisea
  • variété Pimenta racemosa var. hispaniolensis
  • variété Pimenta racemosa var. ozua
  • variété Pimenta racemosa var. racemosa
  • variété Pimenta racemosa var. terebinthina

Selon Kew Garden World Checklist (20 juillet 2017)[9] :

  • variété Pimenta racemosa var. grisea (Kiaersk.) Fosberg (1942)
  • variété Pimenta racemosa var. hispaniolensis (Urb.) Landrum (1984)
  • variété Pimenta racemosa var. ozua (Urb. & Ekman) Landrum (1984)
  • variété Pimenta racemosa var. racemosa
  • variété Pimenta racemosa var. terebinthina (Burret) Landrum (1984)

Selon The Plant List (20 juillet 2017)[2] :

  • variété Pimenta racemosa var. grisea (Kiaersk.) Fosberg
  • variété Pimenta racemosa var. hispaniolensis (Urb.) Landrum
  • variété Pimenta racemosa var. ozua (Urb. & Ekman) Landrum
  • variété Pimenta racemosa var. terebinthina (Burret) Landrum

Selon Tropicos (20 juillet 2017)[10] (Attention liste brute contenant possiblement des synonymes) :

  • variété Pimenta racemosa var. grisea (Kiaersk.) Fosberg
  • variété Pimenta racemosa var. hispaniolensis (Urb.) Landrum
  • variété Pimenta racemosa var. ozua (Urb. & Ekman) Landrum
  • variété Pimenta racemosa var. racemosa
  • variété Pimenta racemosa var. terebinthina (Burret) Landrum

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. IPNI, consulté le 12 juillet 2020
  2. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t et u The Plant List, consulté le 20 juillet 2017
  3. BioLib, consulté le 20 juillet 2017
  4. a b c d e f et g « Pimenta racemosa - Useful Tropical Plants », sur tropical.theferns.info (consulté le 1er juillet 2017)
  5. a et b Pasiecznik 2015.
  6. a et b « West Indian Bay Tree, Bay Rum Tree (Pimenta racemosa) », sur www.desert-tropicals.com (consulté le 1er juillet 2017)
  7. (en) Cynthia Nelson, « All About the West Indian Bay Leaf and Its Many Uses », The Spruce,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2017)
  8. Catalogue of Life, consulté le 20 juillet 2017
  9. Kew Garden « World Checklist », consulté le 20 juillet 2017
  10. Tropicos, consulté le 20 juillet 2017

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Bourgeois, « Une plante aromatique de la Caraïbe : Le bois d'Inde », Journal d'Agriculture Traditionnelle et de Botanique Appliquée, vol. 37, no 1,‎ , p. 139-149 (lire en ligne, consulté le 21 juillet 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :