Pilule empoisonnée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La pilule empoisonnée (« poison pill » dans le jargon financier anglo-saxon) est une clause destinée à se protéger d'une prise de pouvoir inamicale par un groupe ou une société hostile.

Elle peut prendre de multiples formes : il peut s'agir d'une possibilité offerte d'émettre des actions supplémentaires, de l'attribution d'options d'achat d'actions destinées à augmenter le nombre d'actions en circulation, mais aussi d'avantages offerts aux clients en période d'offre publique d'achat (OPA) hostile, voir de la mise en place d'une stichting de droit néerlandais qui prend le contrôle d'actions de la société cible, interdisant ainsi la revente à des tiers. C'est la méthode privilégiée en 2021 par Suez lors de l'OPA proposée par Véolia[1],[2].

La pilule empoisonnée peut également prendre la forme d'une petite filiale présente dans un groupe. Si cette filiale opère dans un secteur « sensible », cela oblige l'acquéreur éventuel du groupe à obtenir le feu vert d'une autorité gouvernementale. Les sociétés ayant des activités militaires entrent dans cette catégorie. Ce type de défense avait été envisagé des deux côtés de l'Atlantique lorsque la société Alcatel avait fusionné avec Lucent. Chacune des deux sociétés ayant des activités dans le domaine des équipements militaires, la cession de celles-ci à des intérêts étrangers n'était pas envisageable[3].

Le terme pilule empoisonnée désigne plus globalement d'un ensemble de mesures financières, juridiques, comptables ou réglementaires destinées à contrecarrer une prise de contrôle non souhaitée.

L'expression, au départ utilisée entre guillemets[4], s'est banalisée depuis 2008 banalisée[5],[6],[7]. Au Canada on utilise plus volontiers l'expression dragée toxique[8],[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La «stichting», l’arme surprise de Suez », sur www.optionfinance.fr (consulté le 9 juin 2021)
  2. Capucine Cousin, « Suez riposte en créant une fondation pour y loger son pôle Eau France », Agefi.fr,‎ (lire en ligne)
  3. Valérie Segond, « Serge Tchuruk mène-t-il Alcatel sur la bonne voie ? », sur La Tribune, (consulté le 18 mai 2014)
  4. Le groupe de luxe Hermès met en place une « pilule empoisonnée » - Les Echos
  5. Alcan envisage l'utilisation d'une pilule empoisonnée - Les Echos
  6. « Pilule empoisonnée Définition | Finance de marché » (consulté le 9 juin 2021)
  7. « OPA hostiles : la crise favorise le retour des « pilules empoisonnées » », sur Les Echos, (consulté le 9 juin 2021)
  8. « Canadian Royalties: la dragée toxique est approuvée », sur Le Devoir, (consulté le 12 juillet 2010)
  9. « OPA : Aliments Maple Leaf adopte une dragée toxique », sur Les Affaires, (consulté le 12 juillet 2010)