Pigna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne une commune corse. Pour la commune italienne homonyme, voir Pigna (Italie).
Pigna
Vue de Pigna
Vue de Pigna
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Corse
Département Haute-Corse
Arrondissement Calvi
Canton L'Île-Rousse
Intercommunalité Communauté de communes de l'Île-Rousse - Balagne
Maire
Mandat
Joséphine Martelli
2014-2020
Code postal 20220
Code commune 2B231
Démographie
Population
municipale
106 hab. (2014)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 36′ 01″ nord, 8° 54′ 10″ est
Altitude 230 m
Min. 15 m
Max. 521 m
Superficie 2,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Corse

Voir sur la carte administrative de Haute-Corse
City locator 14.svg
Pigna

Géolocalisation sur la carte : Haute-Corse

Voir sur la carte topographique de Haute-Corse
City locator 14.svg
Pigna

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pigna

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pigna

Pigna est une commune française située dans le département de la Haute-Corse et la région Corse.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Pigna est une petite commune du littoral balanin, sans façade maritime. Pigna se situe dans un écrin de villages de toute beauté, sous Sant'Antonino labellisé "L'un des plus beaux villages de France", et entouré d'Aregno côté intérieur et de Corbara côté mer. Il domine Algajola sur le littoral dont il est à 3 km à vol d'oiseau. La commune est membre de la communauté de communes de l'Île-Rousse - Balagne.

Communes limitrophes
Rose des vents Aregno Corbara Santa-Reparata-di-Balagna Rose des vents
Aregno N Santa-Reparata-di-Balagna
O    Pigna    E
S
Aregno Sant'Antonino Sant'Antonino

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune occupe une petite partie (superficie de 2,21 km2) de la Vallée du Regino, une zone dépressionnaire dans la partie orientale de la Balagne, dans un secteur composé avec des sédiments quaternaires et des formations sédimentaires et métamorphiques[1].

Cette cuvette est la partie septentrionale du sillon qui va, sans interruption, de l'embouchure du Regino à la marine de Solenzara, et est à peu près parallèle à la ligne des grands sommets au pied desquels elle forme un immense fossé.

Son territoire s'étale depuis un petit chaînon montagneux oriental, comportant Cima di Sant'Angelo (553 m - Corbara), Capu Corbinu (553 m) son culmen « à cheval » sur Santa-Reparata-di-Balagna, Capu all'affacata (463 m - Sant'Antonino). De Capu Corbinu, démarre une ligne de crête orientée vers l'ouest, jusqu'à Capo Mozzelo (364 m). Cette ligne de crête qui la sépare de la commune de Sant'Antonino, décline ensuite rapidement en direction du lit du Regino.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par un ruisseau sans nom qui apporte ses eaux au ruisseau de Migliani[2] qui se jette à la mer à l'est de la plage d'Aregno.

Au nord-ouest, le ruisseau de Teghiella (ou Fica fossa), affluent du ruisseau de Migliani[3] longe ses limites territoriales.

Climat et végétation[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le village

Accès routiers[modifier | modifier le code]

Le village de Pigna se situe en contrebas de l'actuelle route D151, la voie d'accès menant aux localités voisines de Corbara et d'Aregno. Le seul lieu de stationnement offert aux visiteurs est un parking privé dont l'accès est facturé 2€.

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est pas desservie par les C.F.C. dont la ligne longe le littoral voisin. La gare de L'Île-Rousse est la plus proche, distante de 8,5 km. La gare d'Aregno-plage, distante de 9,5 km, est un arrêt important en période estivale pour le "tramway des plages" qui longe la côte et les plages entre Calvi et L'Île-Rousse.

Le village de Pigna est distant de 9 km du port de commerce de L'Île-Rousse et à 23 km de celui de Calvi. L'aéroport le plus proche est celui de Calvi-Sainte-Catherine, à 22 km.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Ruelle du village

Le village de Pigna est bâti sur les hauteurs, sur un éperon rocheux à 224 mètres d'altitude, au pied d'une montagne culminant à 562 mètres. Il est le principal lieu habité de la commune. Au lieu-dit Baccali dans la plaine, composé de quelques habitations, se trouve un centre équestre.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Village édifié par Consalvo Romano en l'an 816. Celui-ci a eu deux fils qui, après sa mort, divisèrent entre eux l'héritage paternel : l'un habita la maison paternelle appelée la Torra, et le second vécut dans une maison voisine construite en pierres carrées taillées à la main. Jusqu'au XVIIe siècle ces deux familles vécurent dans l'opulence, malgré quelques persécutions dues aux Génois. Mais en 1680 une rivalité entre ces deux familles et leurs descendants fit que la deuxième branche tua un membre de la première. Pour ce meurtre ils subirent de la part du gouvernement Génois le bannissement et la confiscation de leurs biens. Ils obtinrent enfin le pardon contre la perte de tous leurs biens. De cette famille descendent les Consalvi avec comme premier porteur du nom Piétro Giovanni descendant de Giuseppe.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Au début du XVIIIe siècle, Pigna faisait partie des seize villages qui composaient la pieve d'Aregnu[Note 1]. Aregnu se trouvait dans l'ancienne province de Balagne, riche par son agriculture.

« La Balagna : Provincia più fertile di tutte le altre di Corsica, sebbene non arriva à miglie 70 di ampiezza, e molto più ricca per l’abbondanza di oglio, di cui ne fà gran traffico. Cinque Pievi contiene questa Provincia ; cioè Ostricone, Giussani, S.Andrea, Aregno, e Tuuani. »

— Francesco Maria Accinelli L’histoire de la Corse vue par un Génois du XVIIIe siècle - Transcription d’un manuscrit de Gênes - ADECEC Cervioni et l’Association FRANCISCORSA Bastia 1974, pages 226-227

.Après avoir suivi le déclin du monde rural, Pigna, dans les années 60, a relevé le défi de la vie. Il compte aujourd'hui plus d'enfants que de vieillards et l'on y produit dans le calme des grandes certitudes.

Un berger, trois agriculteurs, un potier, un graveur, un taille-doucier, un maçon, un luthier, un flutier,un fabricant de vins arômatiques, une boutique d'artisanat et agro-alimentaire, plusieurs chambres d'hôtes, cinq restaurants,deux auberges, en apportent la preuve.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1954, le canton de L'Île-Rousse était composé avec les communes de Corbara, L'Île-Rousse, Monticello, Pigna, Sant'Antonino et Santa-Reparata-di-Balagna. Pigna comptait alors 60 habitants permanents.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie, place de l'église.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1973 mars 2008 Bibiane Martelli-Consalvi PRG  
mars 2008 en cours Joséphine Martelli DVG Retraitée
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 106 habitants, en augmentation de 6 % par rapport à 2009 (Haute-Corse : 5,24 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
174 177 153 192 225 227 318 231 232
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
235 225 211 196 183 161 170 172 155
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
142 141 135 106 84 82 67 60 60
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014 -
60 101 110 92 95 97 100 106 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Randonnées[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Estivoce[modifier | modifier le code]

Pigna accueille chaque année EstiVoce (anciennement appelé Festivoce), festival de musique et de chansons anciennes[8].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Enclos A Vaccaghja[modifier | modifier le code]

Enclos A Vaccaghja

La Vaccaja est un ancien enclos pour bovidés transformé en auditorium de plein air de 220 places. Il est construit en terre crue stabilisée ; la scène est couverte par un dôme de 8 mètres de diamètre construit sans coffrage selon la technique nubienne. Il est inscrit Monument historique par arrêté du 7 mars 1990[9].

Cet enclos est l'un des derniers témoignages de l'intense activité céréalière de la Balagne.

Église paroissiale de l'Immaculée Conception[modifier | modifier le code]

Église de l'Immaculée Conception.

L'église paroissiale de l'Immaculée Conception aux deux tours-clochers aux formes arrondies, au toit de tuiles romanes sur lesquelles pousse une herbe folle. Elle est en cours de restauration.

L'édifice renferme deux œuvres classées :

  • tableau Rixe entre paysans du XVIIe siècle classé Monument historique en tant qu'objet par arrêté du 9 septembre 1969[10].
  • tableau La Cène du début XVIIe siècle classé Monument historique en tant qu'objet par arrêté du 9 septembre 1969[11].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Auditorium de Pigna[modifier | modifier le code]

L'auditorium.
Article détaillé : La construction de l'auditorium.

Construit entre 1998 et 2000 en terre crue, selon les préceptes de l'architecte égyptien Hassan Fathy, cet auditorium de 110 places accueille toute l'année des concerts dédiés à la voix. Musique ancienne, musique populaire, tradition et création sont programmées par le Centre culturel Voce auquel la commune a confié la gestion de ce remarquable équipement culturel. De nombreux enregistrements y ont été effectués, dont certains ont reçu des distinctions flatteuses. Le dernier en date : Les suites pour cello de Bach sur l'alto de Gérard Caussé.

Autres[modifier | modifier le code]

  • La Casa musicale avec sa résidence pour musiciens.
  • La Céramique de Pigna et son atelier visitable hors saison estivale
  • Les aires à blé (aghja).

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

Pigna est concernée par une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique :

Oliveraies et boisement des collines de Balagne

La zone couvre une superficie de 1 958 ha. Elle est divisée en plusieurs unités réparties dans les principales vallées concernant dix communes de Balagne, représentant les vestiges de l'ancien paysage arboré qui recouvrait la microrégion. L'olivier se rencontre sous la forme de rejets de souche après le feu[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Laurent-Marie Casabianca (né à Pigna), qui a écrit Le berceau de Christophe Colomb devant l’Institut de France et l’opinion publique (1890) afin de détruire la thèse de Christophe Colomb Calvais.
  • Toni Casalonga

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. 16 villaggi fra quali Occhi, Lavatogio, S.Reparata, Aregno, Cattari, Avapessa, Corbara, S.Antonino, e Monticello, compresa l’Argagliola principale di questa provincia fortificata da Ribelli, in questa vi soleva rissedere il Luogotenente, con 4 050 anime formano la Pieve di Aregno. - Francesco Maria Accinelli
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]