Pigeonite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pigeonite
Catégorie IX : silicates[1]
Image illustrative de l’article Pigeonite
Pigeonite, plagioclases et augite (Tipogorree Hills (en), Tasmanie, Australie).
Général
Classe de Strunz
Classe de Dana
Formule chimique Ca2Fe2Mg2O18Si6 (Mg,Fe,Ca)2(SiO3)2
Identification
Masse formulaire[2] 696,958 ± 0,02 uma
Ca 11,5 %, Fe 16,03 %, Mg 6,97 %, O 41,32 %, Si 24,18 %,
Couleur Brun, brun-noir verdâtre
Classe cristalline et groupe d'espace Prismatique (2/m)
(mêmes symboles H-M)
P21/c
Système cristallin Monoclinique
Réseau de Bravais a = 9,7, b = 8,95,
c = 5,24 [Å] ; β = 108,59° ; Z = 4
Macle Fréquemment macles simples ou multiples sur {100} ou {001}
Clivage Bon sur {110}, (110) ^ (110) ~ 87°
Cassure Conchoïdale
Habitus Cristaux prismatiques jusqu'à 1 cm ; granulaire, massif
Échelle de Mohs 6
Trait Gris blanc
Éclat Vitreux à terne
Propriétés optiques
Indice de réfraction nα = 1,683 - 1,722
nβ = 1,684 - 1,722
nγ = 1,704 - 1,752
Pléochroïsme Faible à modéré ; X = incolore, vert pale, brun ; Y = brun pale, vert brunâtre pale, rose brunâtre ; Z = incolore, vert pale, jaune pale
Biréfringence Biaxial (+) ; δ = 0,021 - 0,030
2V = 0 - 30° (mesuré)
Dispersion 2 vz ~ faible à distincte
Transparence Semi-transparent

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La pigeonite est un minéral d'aspect vitreux et mat, et de couleur brune — qui peut être un brun pourpré, violet ou verdâtre — ou noire[3]. De formule chimique (Mg,Fe,Ca)2(SiO3)2[a], c'est un clinopyroxène[4], c’est-à-dire un silicate de la famille des inosilicates à chaîne simple ; c'est une solution solide peu calcique, variant surtout d'un pôle ferrifère à un pôle magnésien. Cristallisant dans le système cristallin monoclinique[3] comme l'augite, elle en est cependant séparée par un hiatus de miscibilité.

La pigeonite est présente dans des roches lunaires et des météorites[3].

La pigeonite tire son nom de Pigeon Point dans le comté de Cook (Minnesota), péninsule inhabitée des rives du Lac Supérieur où elle a été découverte en [3],[4] par Alexander N. Winchell (it)[3],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette formule peut aussi être écrite (Mg,Fe,Ca)(Mg,Fe)(SiO3)2 afin de distinguer les deux sites octaédriques, dont un seul peut contenir du calcium.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. a b c d et e « Pigeonite », sur euromin.w3sites.net (consulté le ).
  4. a et b (en) « Pigeonite », sur mindat.org (consulté le ).
  5. (en) Alexander N. Winchell, « Mineralogical and petrological study of the gabbroid rocks of Minnesota » [« Étude minéralogique et pétrographique des roches gabbroïques du Minnesota »], The American Geologist, vol. 26,‎ , p. 197-306.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]