Pierrette Fleutiaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierrette Fleutiaux
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Pierrette AdenisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Autres informations
Genre artistique
Site web
Distinctions
Œuvres principales

Pierrette Fleutiaux, née le à Guéret dans la Creuse et morte à Paris le [1], est une écrivaine française, lauréate du prix Femina 1990 pour Nous sommes éternels.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et formation[modifier | modifier le code]

Pierrette Fleutiaux est née Adenis à Guéret, où son père dirige l'école normale primaire[2]. Sa mère est professeure de sciences naturelles[3]. Elle passe une partie de son enfance dans la ferme de ses grands-parents[4]. Elle fait ses études à Limoges, Poitiers, Bordeaux, puis à la Sorbonne où elle obtient une agrégation d'anglais[3].

Parcours littéraire[modifier | modifier le code]

De 1968 à 1975 elle vit à New York où elle est correctrice à l'agence littéraire Meredith, mannequin au Garment center, traductrice pour l'ONU et professeure au lycée français. C'est à New York qu'elle commence à écrire d'abord en anglais puis en français. Anne Philipe édite le premier roman de Pierrette Fleutiaux, Histoire de la Chauve-souris, en 1975[4]. Suivront d'autres livres, Histoire du tableau et La Forteresse, notamment.

En 1985, Pierrette Fleutiaux publie Métamorphose de la reine, réécriture féministe et anachronique des contes de Perrault. Suivront entre autres : Nous sommes éternels, roman pour lequel elle obtient le prix Femina, et L'Expédition, roman qui revisite les récits des grands voyageurs du XVIIIe siècle inspiré par l'histoire de l'île de Pâques[4].

En 2003, elle publie Des phrases courtes ma chérie, récit qui évoque le vieillissement de sa mère qui lui conseillait d'écrire des phrases brèves « pour toucher un public plus large »[4]. La Saison de mon contentement est écrit à l'occasion de la campagne électorale de Ségolène Royal. Après la mort d'Anne Philipe qui fut sa première éditrice, elle publie en 2010 Bonjour Anne, chronique d'une amitié, où elle lui rend hommage[3]. Avec la naissance de sa première petite-fille, elle évoque dans Loli le temps venu ses sentiments[5].

Administratrice de la Société des gens de lettres, elle en est la vice-présidente aux affaires culturelles de 2013 à 2014 et la vice-présidente de 2014 à 2017[6].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Pierrette Fleutiaux est mariée avec Alain Wagneur[1].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvre[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Livrets d'opéra[modifier | modifier le code]

  • 1989 : La Femme de l'ogre : opéra radiophonique de Monic Cecconi-Botella pour Radio-France sur un livret de l'auteur, d'après une nouvelle extraite de Métamorphoses de la reine (Gallimard).
  • 2018 : Nous sommes éternels : musique de Pierre Bartholomée sur un livret de Jérôme Fonty et Pierrette Fleutiaux, d'après le roman éponyme (Gallimard). Création à l'opéra-théâtre de Metz Métropole. Direction musicale : Patrick Davin, mise en scène : Vincent Goethals.

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1977 : prix Marie-Claire femmes pour Histoire du tableau
  • 1985 : prix Goncourt de la nouvelle pour Métamorphoses de la reine[6]
  • 1990 : prix Femina pour Nous sommes éternels[3]
  • 1997 : prix des jeunes lecteurs de Valenciennes pour Trini fait des vagues
  • 1997 : prix Lire au collège pour La Maison des voyages
  • 2017 : prix des lycéens et apprentis de la région Auvergne-Rhône-Alpes

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Alexiane Guchereau, « Pierrette Fleutiaux, prix Femina 1990, est morte », LivresHebdo, 28 février 2019.
  2. « L'auteure Pierrette Fleutiaux, prix Femina et Goncourt, décédée ce mercredi, était née à Guéret », La Montagne, sur lamontagne.fr, [lire en ligne].
  3. a b c et d Claire Devarrieux, « Mort de la romancière Pierrette Fleutiaux, prix Femina 1990 », Libération, 28 février 2019, [lire en ligne].
  4. a b c et d Astrid de Larminat, « Disparition de la romancière Pierrette Fleutiaux à 78 ans », 28 février 2019, sur lefigaro.fr, [lire en ligne].
  5. « Pierrette Fleutiaux », sur France Inter (consulté le 24 février 2018).
  6. a b et c Pierrette Fleutiaux, sur sgdl.org, [lire en ligne].

Liens externes[modifier | modifier le code]