Pierregot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierregot
Pierregot
Chapelle Notre-Dame-O-Pie, entourée de tombes anciennes et nouvelles.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiena
Canton Corbie
Intercommunalité Communauté de communes du Territoire Nord Picardie
Maire
Mandat
Loïc Dupont
2014-2020
Code postal 80260
Code commune 80624
Démographie
Population
municipale
276 hab. (2015 en augmentation de 10,4 % par rapport à 2010)
Densité 112 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 00′ 09″ nord, 2° 22′ 49″ est
Altitude Min. 95 m
Max. 134 m
Superficie 2,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Pierregot

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Pierregot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pierregot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pierregot

Pierregot est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est un village picard situé au nord-est d'Amiens.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Pierregot apparaît dans les textes au XIIIe siècle, sous la forme Pierregort (1262)[1].

Le nom de la commune est Pièrgou en picard[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village était un centre important d'extraction du grès au XIIIe siècle[1].

Pierregot était au Moyen-Age le siège d'une seigneurie appartenant à l'évêque d'Amiens, qui fit élever le moulin Arrachard, moulin à vent dont la tour est toujours visible, entre Pierregot et Rubempré[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de la Somme.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Villers-Bocage[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune intègre le canton de Corbie.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes Bocage Hallue, créée fin 1999.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du Département.

Ce projet prévoiyait la « fusion des communautés de communes du Bernavillois, du Doullennais et de Bocage Hallue », le nouvel ensemble de 34 661 habitants regroupant 70 communes[3]. À la suite de l'avis favorable du Doullennais, du Bernavillois, de l'avis défavorable de Bocage-Hallue (dont une partie des communes souhaitait rejoindre la communauté d'agglomération Amiens Métropole[4]), puis de l'avis favorable de la commission départementale de coopération intercommunale en mars 2016[5].

C'est ainsi que l'arrêté préfectoral du créant la communauté de communes du Territoire Nord Picardie a pris effet le [6], dont la commune est désormais membre..

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[7]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Gérard Philippe    
mars 2008[8] 2014 Daniel Sauvet    
2014[9] en cours
(au 6 mai 2014)
Loïc Dupont    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[11].

En 2015, la commune comptait 276 habitants[Note 1], en augmentation de 10,4 % par rapport à 2010 (Somme : +0,2 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
340 483 378 485 566 625 614 661 652
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
635 582 519 428 392 359 367 342 311
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
279 285 262 224 213 182 188 174 173
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
153 179 180 211 250 243 248 249 250
2013 2015 - - - - - - -
260 276 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Mairie-école, construite en 1880 sur les plans de l'architecte amiénois Charles Billoré en remplacement d'une école de garçons vétuste. Le bâtiment est en brique, couvert par un toit à croupe couronné de deux épis de faîtage. Son axe central est souligné par une lucarne à fronton orné d'un globe[13]
  • L'église paroissiale saint Jean-Baptiste :
L'église paroissiale de Pierregot, construite en craie sur soubassement de grès et comprenant des parties de brique, date du XVIIe siècle, mais repose sur des fondations plus anciennes. Son plan très simple, se compose d'une nef rectangulaire et d'une abside à trois pans. D'importants travaux furent entrepris au XIXe siècle, notamment sur le clocher. Le pignon du chœur fut également refait en 1820, et les fenêtres sur les élévations nord et sud, furent reprises en 1835[14],[15].
  • Chapelle Notre-Dame-dite chapelle O-Pie ou ou Notre-Dame d'Huppy
Au nord du village, au bord de la route d'Amiens à Pas-en-Artois, surgit une chapelle isolée entourée du cimetièrecommunal. Cet édifice solitaire du XVIe siècle, remanié au XIXe siècle construit en craie sur un soubassement de grès, est érigé sur le lieu où l'on découvrit, au XIIIe ou au XIVe siècle, une statue de Notre Dame. Une niche fut construite pour abriter son effigie. Un édifice de plus grande ampleur fut ensuite élevé par le seigneur de Baizieux ; il honorait un vœu prononcé avant son départ pour la guerre. Le chevalier aurait fait ériger une abbaye pour desservir la chapelle, mais ces bâtiments conventuels ont disparu[16],[17].
  • Presbytère du XVIIIe siècle, restauré, 28, Grande rue[18].
  • Pierregot a conservé plusieurs maisons du XIXe siècle ou du début du XXe siècle, en brique ou en torchis. On peut ainsi noter une grande ferme agricole avec nombreuses dépendances de la fin du XIXe siècle, 8 rue d'En-Haut[19].
  • Tour de l'ancien moulin à vent dit moulin Arrachard, lieu-dit la Plaine des Moulins, construit en 1769[20].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Samuel Daveluy[pourquoi ?] : maître brasseur à Rainneville. Fils de François Daveluy, et d'Anthome Chault (Bliault). Né à Pierregot, le 4 mars 1600, baptisé sept jours plus tard. Marié avec Hélène Godefroy, qui lui donna au moins un enfant, Paul Daveluy, auteur de la célèbre[pourquoi ?] branche québécoise, et ancêtre de Louis-Adolphe Daveluy, fondateur de Daveluyville, dans le comté d'Artabaska, au Québec[réf. nécessaire].
Il fut rappelé lors de la Première Guerre mondiale et disparait en 1915 à l'âge de quarante-quatre ans[réf. nécessaire]
Mort pour la France. Son nom figure sur le monument commémoratif de Poix-de-Picardie[réf. nécessaire].
  • Méloé Colette Daveluy : en 1867, le peintre J. van den Haute, donna les traits de Méloé Colette à la femme portant le bébé, dans La Nativité de la Vierge, une œuvre picturale exposée dans le chœur de l'église Saint-Jean-Baptiste de Pierregot[réf. nécessaire].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Présentation de la commune de Pierregot », notice no référence, base Palissy, ministère français de la Culture
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  4. Benoît Delespierre, « Bocage-Hallue apporte une belle corbeille avant la fusion », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  5. Benoît Delespierre, « Pour Bocage-Hallue, ce sera avec Doullens et Bernaville », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  6. Arrêté préfectoral du 5 décembre 2016 portant création de la communauté de communes du Territoire Nord Picardie issue de la fusion des communautés de communes Bernavillois, du Doullennais et de Bocage Hallue
  7. « Les maires de Pierregot », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 6 mai 2018).
  8. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 28 février 2009)
  9. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  13. « Mairie-école », notice no IA80000308, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Archives départementales de la Somme. Série 99 O
  15. « Eglise paroissiale Saint-Jean-Baptiste », notice no IA80000184, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 185 (ASIN B000WR15W8).
  17. « Chapelle Notre-Dame dite Notre-Dame-o-Pie ou Notre-Dame d'Huppy », notice no IA80000262, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. « Presbytère », notice no IA80000305, base Palissy, ministère français de la Culture.
  19. « Ferme », notice no IA80000306, base Palissy, ministère français de la Culture.
  20. « Moulin Arrachard », notice no IA80000341, base Mérimée, ministère français de la Culture.