Pierre de Salabert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre de Salabert
Pierre de Salabert.jpg
Fonction
Abbé
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
ReligieuxVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion

Pierre de Salabert (Albi, 1734 - Munich, 1807), est un abbé français[1]. Il fut ministre de la principauté de Palatinat-Deux-Ponts dans le Saint-Empire romain germanique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d’un boucher, Pierre de Salabert voit le jour à Albi dans le sud de la France. Ordonné prêtre à Metz, Pierre de Salabert fut choisi pour être le précepteur des deux jeunes fils, Charles II Auguste de Palatinat-Deux-Ponts et Maximilien de Deux-Ponts, de Frédéric de Deux-Ponts-Birkenfeld (1724-1767) et de Maria Franziska Dorothea de Palatinat-Soulzbach. Il les accompagna dans la capitale du duché en 1762 pour se mettre au service de Agathon Guinement, chevalier de Keralio, gouverneur des enfants.

Après 1772, l'abbé suivit ensuite la carrière du plus jeune, Maximilien de Deux-Ponts, qui fit de lui son confident et l’abbé (nommé par le roi de France) de la riche abbaye de Tholey, puis, le protecteur devenu Duc de Deux Ponts, le protégé devint son ministre des Affaires Étrangères et commandeur d’Essing (près de Ratisbonne).

Aimant tous les plaisirs de la vie, l’abbé de Salabert résida d’abord au château de Blieskastel, près de la ville de Deux-Ponts, puis à celui de Hombourg que le duc Charles II Auguste de Palatinat-Deux-Ponts lui avait offert. L’abbé suivit ensuite le duc puis roi Maximilien de Deux-Ponts à Munich, où il se fit bâtir en 1804 – 1805, par l’architecte Karl von Fischer, un des premiers et des plus beaux palais néo-classiques de la capitale bavaroise, le « Palais Salabert », devenu par la suite le « Palais du prince Charles », une résidence d’apparat du premier ministre bavarois actuel.

Pierre de Salabert décéda à Munich, le .

Son abbaye de Tholey, pillée en 1794 par les armées françaises, a été réinstaurée comme abbaye par le pape en 1949.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hans-Michael Körner (dir) : Große Bayerische Biographische Enzyklopädie, 4 tomes, Walter de Gruyter, Berlin, 2005 (p.1679)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Hans-Michael Körner (dir) : Große Bayerische Biographische Enzyklopädie, 4 tomes, Walter de Gruyter, Berlin, 2005.

Liens externes[modifier | modifier le code]