Pierre de Richebourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pierre de Richebourg
Image illustrative de l’article Pierre de Richebourg
Vue générale de l'édifice
Présentation
Type menhir
Période Néolithique
Caractéristiques
Matériaux quartzite
Géographie
Coordonnées 47° 52′ 56″ nord, 1° 19′ 23″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Commune Retiers
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Pierre de Richebourg
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
(Voir situation sur carte : Bretagne)
Pierre de Richebourg
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
(Voir situation sur carte : Ille-et-Vilaine)
Pierre de Richebourg

La pierre de Richebourg, aussi dénommée menhir de Richebourg, est un menhir situé sur la commune de Retiers, dans le département français d'Ille-et-Vilaine.

Historique[modifier | modifier le code]

Dès 1888, des mesures sont prises pour la conservation du menhir par le préfet de Vitré de l'époque, M. Buisson[1]. Il est mentionné dans les Guides Joanne - ancêtre des Guides bleus[2].

Il est classé au titre des monuments historiques depuis le [3].

Description[modifier | modifier le code]

Le menhir est composé d'un bloc de quartzite de forme prismatique. Ses grandes faces sont orientées est-ouest[4]. Il mesure 3,15 mètres de haut, pour une largeur de 2,35 mètres et une épaisseur de 1,50 mètre[5]. Il est probable qu'il était plus haut encore à l'origine et que la partie supérieure a été débitée[4].

Folklore[modifier | modifier le code]

Paul Bézier, membre de la Société archéologique d'Ille-et-Vilaine, rapporte la légende suivante[6] :

« On dit qu'il porte en sa partie supérieure l'empreinte d'une main et que c'était une « tribune » d'où la foule, assise sur des sièges de pierre, était haranguée. Cette tradition fait croire à une légende se rapportant à l'empreinte d'une main et à l’existence dans le passé, d'un cromlech autour du menhir. Malgré de nombreuses recherches, je n’ai pu recueillir la légende ni trouver les traces du cromlech »

.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Paul Bézier, Inventaire des monuments mégalithiques du département d'Ille-et-Vilaine, Rennes, H. Caillière, , 360 p. (lire en ligne), p. 130-131.
  • Paul Bézier, Supplément à l'inventaire des monuments mégalithiques du département d'Ille-et-Vilaine, Rennes, H. Caillière, , 128 p. (lire en ligne), p. 62.
  • L. Lavallée, « Procès-verbal de la séance du 10 janvier 1888 », Bulletin et Mémoires de la Société Archéologique d'Ille-et-Vilaine, Rennes, vol. 19,‎ , iii (lire en ligne)
  • Léon Collin, « Quelques monuments mégalithiques du Sud-Est de l'Ille-et-Vilaine », Bulletin et Mémoires de la Société Archéologique d'Ille-et-Vilaine, Rennes, vol. 59,‎ , p. 61-62 (lire en ligne)
  • Jacques Briard, Loïc Langouët et Yvan Onnée, Les mégalithes du département d'Ille-et-Vilaine, Rennes, Institut culturel de Bretagne et Centre régional d'archéologie d'Alet, coll. « Patrimoine archéologique de Bretagne », , 122 p. (ISBN 9782868220929), p. 79. 

Articles connexes[modifier | modifier le code]