Pierre de Pelleport

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre de Pelleport
Image illustrative de l'article Pierre de Pelleport

Naissance
Montréjeau (Haute-Garonne)
Décès (à 82 ans)
Bordeaux (Gironde)
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Lieutenant-général
Années de service 1793-1848
Conflits Guerres révolutionnaires
Guerres napoléoniennes
Campagne d'Espagne (1823)
Distinctions Vicomte
Grand officier de la Légion d'honneur
Commandeur de Saint-Louis
Hommages Pair de France
Autres fonctions maire de Bordeaux en 1842.

Pierre de Pelleport, né à Montréjeau (Haute-Garonne) le , mort à Bordeaux (Gironde) le , est un général français de l’Empire, pair de France et maire de Bordeaux.

Grièvement blessé à la bataille d'Eylau en 1807, il sert plus tard dans les armées de la Restauration et est nommé à la Chambre des pairs en 1841.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guerres révolutionnaires[modifier | modifier le code]

Pelleport s'enrôle comme soldat le 24 juin 1793, dans le 8e bataillon de volontaires de la Haute-Garonne lors de la levée en masse de son département. Il fait dans ce corps les campagnes de l'armée des Pyrénées-Orientales, pendant lesquelles il est promu au grade de sous-lieutenant le 25 décembre 1793.

Il passe ensuite à l'armée d'Italie dans la 18e demi-brigade (depuis 18e de ligne), et se bat lors, de cette campagne (1796-1797), à Montenotte, à Lodi, à Arcole et Rivoli.

Passé à l'armée d'Orient, il reçoit son brevet de capitaine adjudant-major le 20 mars 1799, et il est blessé sous les murs de Saint-Jean-d'Acre le 25 avril suivant.

Guerres napoléoniennes[modifier | modifier le code]

Revenu en France, il est de la première promotion de la Légion d'honneur. Pelleport suit la Grande Armée en Autriche (1805), en Prusse (1806) et en Pologne (1807). Il gagne à Iéna ses épaulettes de chef de bataillon le 23 novembre 1806, et une riche dotation à Eylau où il a reçu plusieurs blessures.

Nommé colonel le 30 mai 1809, à la suite de la Essling, il est créé baron de l'Empire le 4 janvier 1810, avec une nouvelle dotation, après celle reçu à Wagram et Znaïm, où il se distingue. On lui remet aussi la croix d'officier de la Légion d'honneur.

En Russie (1812), il combat sous les ordres de Ney et reçoit à Valontino la croix de commandeur de la Légion d'honneur, et dans la même campagne le grade de général de brigade le 12 avril 1813.

En 1813, le général Pelleport se montre glorieusement à la Lützen, à Bautzen, à Leipzig. Blessé dans cette bataille, il reçoit la croix de la Couronne de Fer, prend part à la campagne de France et est de nouveau blessé aux Buttes-Chaumont en défendant Paris (1814).

Restauration et Monarchie de Juillet[modifier | modifier le code]

Pierre de Pelleport

Louis XVIII fait le général Pelleport chevalier de Saint-Louis et commandant d'une brigade de la garnison de Paris. Pendant les Cent-Jours, il passe à l'armée du Midi sous les ordres du général Gilly.

Rallié aux Bourbons à la seconde Restauration, il fait partie du conseil supérieur de la guerre en 1818. Pelleport est attaché en 1823 à l'expédition d'Espagne. Il se distingue à l'attaque de Campillo de Arenas le 25 juillet 1823, et est élevé au grade de lieutenant-général le 8 août suivant. Le duc d'Angoulème le crée vicomte et lui remet les croix de grand officier de la Légion d'honneur, de commandeur de Saint-Louis et de l'Ordre de Saint-Ferdinand (4e classe).

Le général de Pelleport n'est point employé après les événements de 1830 et est mis en disponibilité. Commandant supérieur de la garde nationale de Bordeaux en 1831, il rentre dans le service actif en 1834. En 1836, il est nommé inspecteur général et commandant supérieur du camp de Saint-Omer puis appelé au commandement des 21e et 11e divisions militaires. Il est placé en 1839 à la tête de la 21e division militaire (Perpignan).

Le 25 décembre 1841, le roi le nomme pair de France et, l'année suivante, maire de Bordeaux, mais il refuse ces dernières fonctions pour une raison d'âge et siége rarement au palais du Luxembourg. Il est conseiller général de la Gironde, conseiller municipal de Bordeaux et président des commissions hospitalières. Placé peu après dans la réserve de l'état-major général, il est admis d'office à la retraite, comme général de division le 30 mai 1848.

On a de lui : Souvenirs militaires et intimes 1793-1853 (1857).

Son fils Charles Jacques Pierre Jean de Pelleport-Burète est maire de Bordeaux de 1874 à 1876.

Hommages[modifier | modifier le code]

Ont donné le nom à l'une de leurs rues du général Pelleport, ministre de la Guerre et qui comptait soixante-deux ans de service et dix-sept blessures :

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Escutcheon to draw-fr.svg Armes des Pelleport sous l'Ancien Régime

De sable à une hure de sanglier d'or.[1]

Blason modèle fr Armes parlantes.svg Armes parlantes (Pelleport / porc / sanglier).

Ornements extérieurs Barons de l'Empire français.svg
Escutcheon to draw-fr.svg
Armes du baron Pelleport et de l'Empire (4 janvier 1811), commandant de la Légion d'honneur (1812), chevalier de l’Ordre de la Réunion et de l’Ordre de la Couronne de fer (1812),

Coupé : au I, parti de sinople à trois bandes d'argent et du quartier des barons militaires de l'Empire ; au II, d'azur à un sphinx d'or contourné et assis sur une terrasse isolée du même.[1],[2]

French heraldic crowns - Baron.svg
Escutcheon to draw-fr.svg
Armes du baron Pelleport sous la Restauration (confirmé baron héréditaire par lettres patentes du 26 octobre 1816)

D'azur au sphinx contourné d'or, soutenu d'une épée en fasce, du même ; au chef d'or, chargé d'une croix pattée, soutenue d'un croissant, de gueules.[1]

Heraldique couronne vicomte français.svg
Escutcheon to draw-fr.svg
Armes du 1er vicomte Pelleport sous la Restauration (vicomte héréditaire par lettres patentes du 15 février 1823), Grand officier de la Légion d'honneur (1823), Chevalier (1814), puis Commandeur de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis (1823),Chevalier de 4e classe de l'Ordre de Saint-Ferdinand d'Espagne (1823),

D'azur au sphinx contourné d'or, soutenu d'une épée en fasce, du même ; au chef d'or, chargé d'une croix pattée, soutenue d'un croissant, de gueules.[1]

Heraldique couronne vicomte et pair.svg
Blason Famille de la FITE PELLEPORT 3D-2.svg
Armes du 1er vicomte Pelleport sous la Monarchie de Juillet (pair de France : 25 décembre 1841)

Coupé : au I, parti de gueules à la croix alaisée d'argent et de sinople à une ancre d'argent, posée en bande et à une épée aussi d'argent, montée d'or, posée en barre et en sautoir ; au II, d'or au sphinx de sable. Devise: NON AERE, SED AERE.[2],[3],[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]