Pierre de La Forest (1490-1536)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre de La Forest
Fonction
Ambassadeur
Duché de Savoie
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activité
Famille
Autres informations
Propriétaire de

Pierre de La Forest (1490-1536) est un seigneur du XVIe siècle, chevalier, au service de la Maison de Savoie. Il est issu de la famille de La Forest, originaire de Savoie.

Ses descendants sont à l'origine de plusieurs branches (cf. section « Famille »), dont la branche familiale subsistante qui prendra, au XVIIIe siècle, le nom La Forest Divonne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Pierre de La Forest naît en 1490[1]. Il est le fils d'Antoine de La Forest (1444-1499) et de Claire Bonivard, dame de La Barre[2][1],[3], titulaires du fief et du château de la Barre (Brégnier-Cordon), en Bugey[4]. Son père est chevalier, gouverneur de Nice et ses environs, conseiller, puis chambellan ducal[5],[2],[3]. Il a un frère aîné, François, qui sera seigneur de Rian, écuyer du roi de France, François Ier, et un frère cadet, Jean, qui sera grand aumônier de Savoie[2],[3].

Pierre de La Forest épouse le , Huguette de Sômont (ou Saumont), fille et héritière d'Antoine de Sômont, seigneur du fief et du château de Somont, Yenne (Duché de Savoie)[2],[1],[6], demoiselle d'honneur de la princesse Philiberte de Savoie[3],[Note 1]. La messe de mariage est célébrée par son grand-oncle, Pierre de La Forest, grand aumônier de Savoie[7],[8], dans la chapelle du château de Carignan. La messe de mariage et les fêtes de la noce ont lieu en présence de la princesse Philiberte de Savoie.

Seigneuries[modifier | modifier le code]

Pierre de La Forest est seigneur de La Barre, Sômont, Fesson, Grignon, Nevaux, Montcharvin, La Valdisère, Rumilly-sous-Cornillon[2],[Note 2].

Le chevalier Pierre de La Forest réside au château de Rumilly-sous-Cornillon (duché de Genevois), situé dans l'actuelle commune de Saint-Pierre-en-Faucigny, acheté au comte de Genevois, Philippe de Savoie-Nemours.

Carrière au service des Savoie[modifier | modifier le code]

Pierre de La Forest commence sa carrière comme gouverneur du château de Chambéry, et ensuite, conseiller du duc Charles III de Savoie[9]

Au mois de juin 1531, le duc de Savoie nomme Pierre de La Forest son procurateur spécial et plénipotentiaire et l’envoie à la cour de France, avec le titre d’ambassadeur extraordinaire[1]. Sa mission était de tenter de conjurer le péril que les armes menaçantes du roi François Ier faisaient peser sur ses États, par un risque de guerre du Royaume de France contre le duché de Savoie. En effet, le duc de Savoie s'était allié aux Espagnols, sous le règne de l'empereur Charles Quint[Note 3], alors que François Ier s'était opposé à l’empereur. Malgré ses efforts, l’envoyé de Charles III ne put fléchir la volonté royale et détourner l’orage prés d’éclater : le duché de Savoie est envahi par les armées françaises en 1536. L'occupation du duché dura 23 ans et le duc Charles III dut se réfugier dans le comté de Nice et à Verceil, où il est mort, le .

Son fils, le duc Emmanuel-Philibert, vainqueur de la bataille de Saint-Quentin, obtient la restitution du duché, que les troupes françaises devront évacuer , sous le règne du roi Henri II . Il se marie avec la princesse Marguerite de France, fille du roi François Ier, conformément aux Traités du Cateau-Cambrésis (1559)[10] .

Pierre de La Forest meurt à son retour de Paris, au début de l'année 1536, quelques semaines avant l’invasion du duché de Savoie.

Famille[modifier | modifier le code]

Pierre de La Forest épouse, le , Huguette de Sômont. Ils ont huit enfants [2], dont :

  • Charles l'aîné , seigneur de La Barre, gentilhomme ordinaire du roi de France, capitaine du château de Chambéry. Il épouse Jeanne-Françoise de la Chesnay, fille du vice-président du Parlement français de Savoie, Nicolas de La Chesnay. Cette branche est éteinte dans les mâles ;
  • Charles le cadet (1522 — 1565), dit Charlot, chevalier, seigneur de Rumilly-sous-Cornillon et de Saint-Jean-de-Chevelu[1],[3]. Il épouse, Françoise de La Charnée († après 1585), fille de Jean-François et de Humberte de La Balme[Note 4], originaire de Saint-Jean-de-la-Porte, dans le massif des Bauges. Officier dans la formation de Savoie au service du roi de France, placée sous les ordres du duc Jacques de Savoie-Nemours, il est tué dans le combat de 1565, contre les Huguenots, à Vienne (Isère)[1],[12], dont
  • Antoine (1525 — 1574), seigneur de Feisson et de Murs, institué héritier universel de sa mère[11], dont est issue la branche des La Forest Sômont/Saumont jusqu'à sa disparition au XVIIe siècle. Il épouse Philiberte des Terreaux, fille du seigneur de Murs[6].
  • Louise, héritière de La Charnée[11] ;
  • Françoise, dame d'Outrechaise, épouse François de Michaille, président de la Chambre des comptes de Genevois , installée au Palais de l'Isle à Annecy .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Philiberte de Savoie est la sœur du duc Charles II/III de Savoie, ils également sont tante et oncle du roi de France François Ier.
  2. Pierre de La Forest fait partie des 4 barons admis à tenir les cordons du poêle aux funérailles de Philippe de Savoie-Nemours, en 1533[réf. nécessaire].
  3. Charles-Quint est le beau-frère du duc Charles III de Savoie, époux de la princesse Béatrice de Portugal (1504-1538).
  4. La famille de La Charnée, titulaire de la rente féodale accordée en 1408 par Amédée VIII de Savoie à noble Oger Ambrois de La Charnée, résidait au château de La Charnée à Saint-Jean-de-la-Porte, dans le massif des Bauges, au Moyen-Âge[11]. Foras indique « « La généalogie des la Forest, au lieu de la famille savoyarde de La Charnée, marque famille de la Chesnaye ! » »[11], que l'on retrouve chez Gustave Chaix d'Est-Ange[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Lucien Guy, Les anciens châteaux du Faucigny, t. 47, Académie salésienne, coll. « Mémoires et Documents », (lire en ligne), p. 145.
  2. a b c d e et f Foras, vol.II (présentation en ligne), p. 430-431.
  3. a b c d e et f Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle - XVIII Fel-For., Évreux, (lire en ligne), p. 326.
  4. Foras, p. 425, p. 447.
  5. Foras, vol. II (présentation en ligne), p. 424.
  6. a et b Jean Létanche, Les vieux châteaux, maisons fortes et ruines féodales du canton de Yenne en Savoie, Paris, Le Livre d'histoire-Lorisse, coll. « Monographie des villes et villages de France » (no 1005), (réimpr. 2007), 2e éd. (1re éd. 1907), 99 p. (ISBN 978-2-84373-813-5, lire en ligne), p. 63.
  7. Samuel Guichenon, Bresse et Bugey, T-2, p. 82.
  8. Foras, p. 429.
  9. Foras, p. 431.
  10. Victor de Saint-Genis, Histoire de Savoie, d'après les documents originaux, Chambéry, Conte-Grand éditeurs, 1869, t. II, p. 1 et suivantes.
  11. a b c et d Foras, vol. 1 (présentation en ligne), p. 368.
  12. Foras, p. 532.
  13. Régis Valette, Catalogue de la Noblesse française, année 2007, p. 112. Famille de La Forest Divonne [Savoie . Extraction chevaleresque . 1398, honneurs de la cour, comte en 1749], p. 112.]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Amédée de Foras, continué par le comte F.-C. de Mareschal, Armorial et nobiliaire de l'ancien duché de Savoie (vol.2), vol. 5, Grenoble, Allier Frères, 1863-1910 (lire en ligne), p. 424-441, « La Forest Divonne (de) ». Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Albert de La Forest-Divonne, La baronnie de Divonne et ses seigneurs (1123-1930), Toulouse, E. Privat, 1930. (OCLC 39259898)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]