Pierre de Foix (1449-1490)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne Pierre de Foix dit « le Jeune ». Pour Pierre de Foix dit « l’Ancien », voir Pierre de Foix (1386-1464). Pour d’autres homonymes, voir Pierre de Foix.
Pierre de Foix
Image illustrative de l'article Pierre de Foix (1449-1490)
Biographie
Naissance
Pau
Béarn
Ordre religieux Ordre des frères mineurs
Décès
Rome
Flag of the Papal States (pre 1808).svg États pontificaux
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Sixte IV
Titre cardinalice Cardinal-diacre de Ss. Cosma e Damiano
Cardinal-diacre de S. Sisto
Évêque de l’Église catholique
Fonctions épiscopales Évêque de Vannes
Évêque d'Aire
Administrateur du diocèse de Bayonne
Administrateur de l'archidiocèse de Palerme
Administrateur du diocèse de Malte
Archevêque de Palerme

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Pierre de Foix, dit le Jeune (né le 7 février 1449 à Pau et mort à Rome le ) est un cardinal du XVe siècle. Il est un fils du comte Gaston IV de Foix-Béarn et de la reine Éléonore Ire de Navarre. Il est un neveu du cardinal Pierre de Foix le Vieux (1414) et du roi Louis XI de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre de Foix fait des études à Paris et à Ferrare. À Rome il entre dans l'ordre des frères mineurs et il est nommé protonotaire apostolique. Frère de la duchesse Marguerite de Foix l'épouse du duc François II de Bretagne pour qui il a négocié la paix de Senlis avec Louis XI de France en 1474. Il est nommé évêque Aire-sur-l'Adour le mais il opte pour la Bretagne et le chapitre de chanoines de Vannes l'élit après la mort de Yves de Pontsal le 7 janvier 1476 sur la recommandation de Robert de Bergues évêque titulaire de Sinope qui résidait à Rennes.

Le pape Sixte IV l'autorise à cumuler ces fonctions avec ses autres bénéfices ecclésiastiques: notamment les réserves de l'abbaye Saint-Antoine-et-Saint-Pierre de Lézat dans le diocèse de Rieux de Sainte-Croix dans le diocèse de Bordeaux de Saint-Jean-de-Sorde dans diocèse de Dax de Saint-Sever-de-Rustan (diocèse de Tarbes). Il le crée de plus cardinal lors du consistoire du . En 1479, à la mort de sa mère, il est nommé vice-roi de Navarre par la régente Madeleine de France, chargé d'exercer l'autorité royale durant l'absence de son neveu le roi François Phébus. Il parvient à rétablir un ordre précaire dans le royaume ce qui permit au roi de se faire couronner à Pampelune en 1481. A l'avénement au trône de sa nièce Catherine de Foix (1483) il tente un rapprochement avec les rois catholiques, ce qui provoque sa destitution (1484). Il est nommé administrateur du diocèse de Bayonne en 1484 et de l'archidiocèse de Palerme de 1485 à 1489. Il est abbé en commende du monastère de Saint-Savin dans le diocèse de Tarbes et abbé commendataire de l'abbaye de Sainte-Melaine de Rennes. En 1488 il est abbé de l'Abbaye Saint-Bénigne de Dijon jusqu'en 1490[1]. En 1489, il est nommé administrateur du diocèse de Malte et promu archevêque de Palerme. Le cardinal de Foix ne participe pas au conclave de 1484, lors duquel Innocent VIII est élu pape.En juin 1486 lorsque les troupes française menacent Nantes il se réfugie à Rome. Il tente d'obtenir le siège épiscopal de Nantes après la mort de Pierre du Chaffault dans l'espoir de jouer un rôle prépondérant dans le duché où la mort prochaine du duc laissait prévoir une tutelle agitée. François II consulté par le souverain pontife lui préfère son fidèle secrétaire Guillaume Guéguen. Le duc mort le pape décide finalement de nommer Robert d'Espinay, Le cardinal meurt à Rome le 17 juillet 1490 et Charles VIII de France entre à Nantes par trahison le 20 mars 1491[2].

Armoiries[modifier | modifier le code]

Parti :

  1. Écartelé :
    1. de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel (de Navarre) ;
    2. d'or aux trois pals de gueules (d'Aragon) ;
    3. d'or aux deux vaches de gueules, accornées, colletées et clarinées d'azur passant l'une sur l'autre (de Béarn) ;
    4. d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bande componée d'argent et de gueules brochant sur le tout (d'Évreux) ;
    Sur le tout d'or aux deux lions léopardés de gueules, armés et lampassés d'azur, passant l'un sur l'autre (de Bigorre) ;
  2. Écartelé en sautoir :
    1. et 4. d'or aux quatre pals de gueules (de Foix) ;
    2. de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur (de Castille) ;
    3. d'argent au lion de pourpre armé, lampassé et couronné d'or (de Léon)[3].

Iconographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Abbé L. Chomton, Histoire de l'église Saint-Bénigne de Dijon, Dijon, 1900, Liste des abbés
  2. Barthélemy-Amédée Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes et les Ducs de Bretagne, COOP Breizh Spézet (2000) (ISBN 284346 0778), p. 643-663
  3. (it) « Foix (de) (Fuxo) fra Pietro, juniore », sur www.araldicavaticana.com (consulté le 12 février 2012)